Unité d'habitation de Firminy-Vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Unité d'habitation de Firminy-Vert
Unité d'habitation de Firminy Vert.JPG

Vue de l'unité d'habitation.

Présentation
Type
Style
Architecte
Construction
Hauteur
50 m
Propriétaire
Office Public HLM Firminy
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L’unité d’habitation de Firminy-Vert est un immeuble d'habitation situé à Firminy dans le département de la Loire en France, œuvre de l'architecte Le Corbusier.

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, les prévisions démographiques de la ville anticipaient une augmentation rapide de la population jusqu'à 50 000 habitants. On demanda à Le Corbusier de concevoir trois unités d’habitation comportant 3 500 logements sur les hauteurs de la ville de Firminy-Vert et un centre commercial à leur pied. Mais la population de la ville stagna à environ 25 000 habitants. Il fut donc décidé de ne pas construire les deux autres unités (en raison aussi du manque d’esthétisme jugé trop imposant par la population)

Les travaux commencèrent en 1965, en même temps que l'inauguration de la maison de la culture. Le Corbusier meurt la même année et sera remplacé par son disciple André Wogenscky qui inaugurera le bâtiment en 1967. Sur 414 logements, un maximum de 320 appartements occupés fut atteint vers 1973.

Dans les années 1980, le bâtiment n'est plus apprécié par sa population et de nombreuses familles partirent s'installer dans des maisons individuelles. L'immeuble se vidant de plus en plus il fut décidé de fermer la partie nord et de rapatrier les habitants dans la partie sud afin de réduire les déficits de fonctionnement. Jusqu'en 2003 elle restera la seule unité d'habitation à être gérée par l'Office public d'HLM, et pour permettre la réouverture de la partie fermée il fut décidé de vendre les duplex en copropriété.

En août 2012, l'école, au dernier étage, est rénovée et une filière de Master Erasmus Mundus MaCLands (métiers des Patrimoine et Gestion des paysages culturels Unesco) de l'Université de Saint-Étienne s'y installe[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, long de 130,35 mètres, large de 21 mètres et haut de 56 mètres, orienté selon un axe nord-sud, est implanté sur le piton du Massaridier. Il fut construit avec quatre fois moins de budget que la Cité radieuse de Marseille qui était une commande de l'État français, ce qui se traduisit par des compromis avec Le Corbusier. Par exemple, on installa un stationnement en surface alors qu'il en était prévu un souterrain, moins de matériaux d'isolation ont été utilisés, et les finitions sont sommaires ; par exemple la piscine sur le toit n'est pas carrelée.

Il comprend 20 niveaux desservis par sept rues « étages » comprenant 414 appartements en duplex, faisant de l’unité la plus grande sur les cinq existantes dans le monde, avec une superficie totale 27 859 m². Les duplex vont du T2 au T6 et ont une double exposition au soleil grâce à une conception traversante. Les mesures des appartements découlent des calculs du Modulor : le module de base a une hauteur de 2,26 m et une largeur de 1,83 m.

Au sommet, sur une terrasse, se trouve une école primaire en forme de bateau. L'école occupe toute la longueur de l’édifice sur deux niveaux. Elle est constituée de huit classes prévues pour accueillir les enfants des trois unités. Elle resta ouverte jusqu'en 1999 et fut fermée pour des raisons de sécurité et en raison d'un nombre d'enfants insuffisant. Aujourd'hui les locaux sont utilisées en annexes de l'Université de Saint-Étienne pour l'enseignement de la filière Master Erasmus Mundus MaCLands (métiers des Patrimoine et Gestion des paysages culturels Unesco). La terrasse, qui était libre d'accès au public, est actuellement[Quand ?] fermée. Elle est occupée par des infrastructures publiques : des solariums orientés est et ouest, une piscine, un théâtre, le tout largement environné de verdure.

L'unité ne comporte pas de commerce au sein du bâtiment car un centre commercial était prévu à l'origine entre les trois unités.

L'édifice est classé monument historique en 1993 et 2010[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Unité d'habitation construite par Le Corbusier », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Le Master Erasmus Mundus MACLAND déménage - MaCLands, 27 juin 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Noël Jouenne, La vie collective des habitants du Corbusier, Paris, L'Harmattan, 2005 (ISBN 978-2-7475-8522-4)
  • Noël Jouenne, Dans l'ombre du Corbusier : Ethnologie d'un habitat collectif ordinaire, Paris, L'Harmattan, 2007 (ISBN 978-2-2960-3310-8)

Lien externe[modifier | modifier le code]