Confédération syndicale des familles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Confédération syndicale des familles

Création 1946
Forme juridique Fédération d'associations
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité service aux familles
Site web la-csf.org

La Confédération syndicale des familles (CSF) est une confédération nationale d'associations familiales, créée en 1946, agréée comme association de consommateurs.

Cette confédération est l'un des sept mouvements familiaux nationaux à recrutement général, membres de l'Union nationale des associations familiales (UNAF).

Historique[modifier | modifier le code]

La Confédération syndicale des familles est née en 1959. Elle est issue du regroupement des associations familiales ouvrières (AFO) nées à l'issue de la Seconde Guerre mondiale[1].

Le [2], la CSF a absorbé le Comité national des associations populaires familiales syndicales (également connu sous l'appellation « Confédération nationale des associations populaires familiales syndicales ») fondé en 1951 et également héritier des associations familiales ouvrières[3].

La CSF/CNAPFS se rattache alors au mouvement familial mais revendique un véritable syndicalisme familial de gauche[4].

Raison d'être[modifier | modifier le code]

Assurer la défense et la représentation des intérêts matériels et moraux des familles, quelle que soit leur situation juridique et sociale ou leur nationalité, en particulier en leur qualité d’usagers et de consommateurs de biens et services, de parents d’élèves et de retraités.

Démarche syndicaliste[modifier | modifier le code]

La CSF affirme une ambition de changer la société :

  • développer l’initiative personnelle et la promotion collective, la solidarité, la justice et la paix ;
  • faire en sorte que ce qu’il y a de meilleur en chacun puisse s’exprimer pour le bénéfice de tous ;
  • changer les « règles du jeu » : réguler de nouveau le capitalisme sauvage, soit le capitalisme non régulé ;
  • agir pour modifier les mentalités et casser toutes les ségrégations ;
  • lutter pour que le social, l’éducation, la formation et la culture ne soient pas les sous-produits de l’économie et de l’argent ;
  • agir pour que la protection de l’environnement mondial soit mise en œuvre pour chaque pays et les institutions internationales et agir pour que le développement du tiers-monde soit enfin sérieusement pris en compte ;
  • construire une société qui respecte l’homme, cela reste aux yeux de la CSF un objectif pour lequel lutter vaut encore la peine.

Positionnements[modifier | modifier le code]

La CSF a rejoint le mouvement anti-OGM[5]. C'est la seule en France à s'être positionnée de façon favorable au mariage pour tous[6] et à la reconnaissance des droits de filiation pour les couples de même sexe.

Organisation[modifier | modifier le code]

La confédération regroupe des associations départementales[7],[8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Historique de la CSF sur son site officiel.
  2. Les informations pratiques et juridiques de l'Institut national de la consommation.
  3. Ariane Azéma & Laurence Duchêne, « La gauche à l’assaut des familles », revue Vacarme, hiver 1997, [lire en ligne].
  4. J. Ferrando Y Puig, « Le mouvement consommateur, hier et aujourd’hui », revue Économie & Humanisme, numéro 357, juillet 2001, [lire en ligne].
  5. Les anti-OGM écrivent à Adrien Zeller (président de la région Alsace), in Dernières Nouvelles d’Alsace, 15 septembre 2006, [lire en ligne].
  6. Communiqué de Presse de novembre 2012 : Positionnement de la CSF sur le mariage pour tous, [lire en ligne].
  7. Site de l'union départementale d'Ille-et-Vilaine.
  8. Site de l'union départementale de la Haute-Vienne.