uTip

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

uTip
Logo de UTip
Logo de uTip.

Adresse utip.io
Description Plateforme de financement participatif
Commercial  Oui
Écrit en PHP, via Symfony
Javascript, via Vue.js
Publicité  Non
Langue Français et anglais
Inscription Gratuite
Nombre d'inscrits 500 000 (janvier 2020)
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Créé par Adrien Mennillo, Stanislas Mako et Thomas Domenjoz
Lancement
État actuel Actif

uTip est une plateforme française de financement participatif en ligne créée par Adrien Mennillo en , au principe comparable à celui de Tipeee ou Patreon.

Principe[modifier | modifier le code]

Fonctionnalités[modifier | modifier le code]

uTip met à disposition des créateurs de contenu (comme des auteurs, des vidéastes, des graphistes...) qui s'inscrivent sur le site une page personnelle leur permettant de recevoir des dons ou de vendre des produits[1],[2],[3],[4]. Une section de la plateforme permet pour sa part la vente aux enchères de jetons non fongibles[5],[6]. Enfin, l'entreprise propose aux personnes inscrites sur uTip un système de flux d'actualité reprenant les publications sur les médias sociaux de chaque créateur suivi[1],[7].

Initialement, le site se fait connaître en permettant également à ses visiteurs de visionner volontairement des publicités pour rapporter quelques centimes d'euro au créateur de contenu choisi[8],[9]. La plateforme a également proposé le minage de cryptomonnaie via Coinhive comme moyen de rémunération par le passé[1],[2],[9].

uTip prélève une petite commission sur les dons effectués sur la plateforme[1], mais le pourcentage récupéré par le site sur les revenus globaux de chaque créateur est laissé à leur libre choix individuel[10].

Historique[modifier | modifier le code]

uTip est fondée le par Adrien Mennillo[11], et la plateforme est lancée le de la même année[12].

En , la start-up lève 500 000 euros[13].

En , l'entreprise lève 1 million d'euros alors que 350 000 comptes sont inscrits sur le site, parmi lesquels 6 500 créateurs[14],[15],[16]. En , ce chiffre était de 20 000 créateurs pour 500 000 utilisateurs inscrits[17].

En , le site arrête de proposer le visionnage de publicités comme un moyen de rémunération en raison d'une baisse des prix de la publicité sur la plateforme[7].

En , alors qu'une polémique agite Tipeee au sujet de l'hébergement, par le site, de contenus complotistes et haineux, plusieurs créateurs de contenu quittent cette dernière plateforme — parfois pour s'inscrire sur uTip, présentée comme l'une de ses principales alternatives, avec « plus d'éthique »[10],[18],[19]. Un article de Numerama publié peu de temps après la controverse conclut que, si la plateforme est réactive aux signalements qui lui sont faits et exclut les pages enfreignant clairement sa charte, des contenus conspirationnistes sont néanmoins présents sur uTip[20].

Le site lance Kalart en , une subdivision de la plateforme permettant l'achat et la vente aux enchères de jetons non fongibles, sans nécessiter, pour les utilisateurs du site, la détention d'un portefeuille de crypto-monnaie[5],[21],[22].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Kevin Hottot, « Bits, uTip, Tipeee... l'industrie du pourboire dans le streaming », sur Next INpact, (consulté le ).
  2. a et b « uTip : la plateforme de soutien aux créateurs bientôt en bêta », sur Begeek, (consulté le ).
  3. Frédéric Simottel, « Adrien Mennillo : uTip redonne aux créateurs de contenus le contrôle sur la diffusion et la monétisation de leurs œuvres », sur BFM Business, (consulté le ).
  4. Christophe Pacaud et Agnès Bonfillon, « uTip, un nouvel outil pour monétiser ses contenus sur YouTube », sur RTL, (consulté le ).
  5. a et b « Kalart, la plateforme qui vous permet d'acquérir les NFT de vos artistes préférés », sur Capital, (consulté le ).
  6. Agence France-Presse, « NFT : la nouvelle façon de soutenir les artistes sur Internet ? », sur Radio-télévision belge de la Communauté française, (consulté le ).
  7. a et b David-Julien Rahmil, « Patreon, OnlyFans, uTip : ces plateformes qui soutiennent l’économie de la passion », sur L'ADN Business, (consulté le ).
  8. Dominique Desaunay, « uTip, l’autre façon de monétiser ses contenus vidéo », sur Radio France internationale, (consulté le ).
  9. a et b Audrey Chabal, « Miner Des Cryptomonnaies Ou Regarder Des Publicités Pour Générer De L'Argent », sur Forbes France, (consulté le ).
  10. a et b Marcus Dupont-Besnard, « uTip, LiberaPay : quelles sont les alternatives à la plateforme Tipeee ? », sur Numerama, (consulté le ).
  11. « uTip », sur Societe.com (consulté le ).
  12. « uTip », sur L'Usine digitale, (consulté le ).
  13. Alice Huot, « uTip lève 500 000 euros », sur L'ADN Business, (consulté le ).
  14. Assiya Berrima, « La startup uTip lève 1 million d’euros pour monétiser les contenus des youtubeurs », sur FrenchWeb, (consulté le ).
  15. « uTip : la plateforme de soutien aux créateurs lève 1 million d’euros », sur Next INpact, (consulté le ).
  16. William Sadrin, « uTip s’amorce avec Day One Entrepreneurs & Partners », sur Les Échos, (consulté le ).
  17. Cécilia Di Quinzio, « uTip, une monétisation alternative pour les influenceurs », sur Stratégies, (consulté le ).
  18. François Manens, « Des créateurs demandent à leurs soutiens de ne plus utiliser Tipeee… sur Tipeee », sur Numerama, (consulté le ).
  19. François Manens, « Quels créateurs et créatrices quittent Tipeee ? », sur Numerama, (consulté le ).
  20. Aurore Gayte, « Contenus extrêmes, complotisme : uTip est-il « plus éthique » que Tipeee ? », sur Numerama, (consulté le ).
  21. Cécilia Di Quinzio, « uTip lance la plateforme NFT Kalart », sur Stratégies, (consulté le ).
  22. Ambrine Ziani, « Kalart lance une offre B2B pour les NFT », sur Stratégies, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]