Trio Fontenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trio Fontenay
Pays de résidence Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Ville de résidence Hambourg
Années d'activité
Type de formation Trio avec piano
Style Musique classique
Fondateur Wolf Durcir
Michael Mücke
Niklas Schmidt
Collaborations Eduard Brunner, Wolfgang Holzmair, Eliahu Inbal
Éditeurs Teldec/Warner

Le Trio Fontenay est un trio avec piano de musique classique allemand, actif entre 1980 et 2006. Ils se sont produits dans le monde entier et ont enregistré une grande partie de l'important répertoire pour trio avec piano.

Formation[modifier | modifier le code]

Le Trio Fontenay est formé à Hambourg en 1980. Les membres du trio sont Wolf Durcir, au piano, Michael Mücke, au violon et Niklas Schmidt, au violoncelle.  « Fontenay » est un mot de vieux français signifiant « source » et « fantaisie » ; c'est également le nom d'une rue près du Conservatoire de Hambourg où se trouve une salle où l'ensemble s'est initialement rencontré pour répéter leur premier concert. L'influence la plus importante sur les interprétations de l'ensemble, provient de leur participation aux classes du Beaux Arts Trio à Lucerne et du Quatuor Amadeus, à Cologne[1],[2],[3].

Carrière de concert[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, ils développent rapidement une activé de concerts, notamment des apparitions régulières dans les grandes salles de concert et festivals en Europe. En 1986, ils effectuent leurs débuts américains. Ensuite, le trio visite l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, l'Australie et l'Extrême-Orient. Pendant un temps l'ensemble est nommé « trio en résidence » au Théâtre du Châtelet et basé à Paris. Lors de la saison 1995–1996, ils interprètent un cycle consacré à l'intégrale Beethoven au Théâtre du Chatelet, au Wigmore Hall de Londres, au Schauspielhaus de Berlin, au Concertgebouw d'Amsterdam, à Hambourg, Munich et Cologne. L'enregistrement de ces œuvres, reçoit en 1994, le prix de la critique de disque allemande (Preis der deutschen Schallplattenkritik)[4]. En 1998, le violoncelliste Niklas Schmidt est remplacé par Jens-Peter Maintz[5]. Les musiciens décident de dissoudre le Trio Fontenay, en février 2006.

Discographie[modifier | modifier le code]

L'ensemble a enregistré la musique de Beethoven, Brahms, Debussy, Dvorak, Fauré, Haydn, Ives, Mendelssohn, Messiaen, Mozart, Rachmaninov, Ravel, Roslavets, Schubert, Schumann et Turina pour les labels Teldec, Denon, EMI, Philips et K&K Verlagsanstalt. Les enregistrements listés ici ont été réalisés avec le violoncelliste Niklas Schmidt, à moins d'indication contraire et sont listés dans l'ordre chronologique.

  • Mendelssohn, Trio avec piano n° 1 en mineur, op. 49 et Rachmaninov, Trio élégiaque n° 2 en mineur, op. 9 ((Denon CO-1971)[6]
  • Brahms, Trio pour piano n° 3 en do mineur, op. 101 et Dvorak, Trio avec piano n° 3 en fa mineur, B130 ((1989, Teldec/ASV 8 43921)[7]
  • Schubert, Trio avec piano n° 1 en si-bémol majeur, D898, Trio avec piano n° 2 en mi-bémol majeur, D929, Trio pour piano en si-bémol majeur (Sonate en un mouvement), D 28, Notturno en mi-bémol majeur, D897 (2CD Deutsche Harmonia Mundi/EMI CDS7 49041-8)[8]
  • Brahms, Trio pour piano n° 2 en ut majeur, op. 87 et Dvořák, Trio avec piano n° 1 en si-bémol majeur, B51 (1992, Teldec/ASV 244 177-2)[9]
  • Mendelssohn, Trio avec piano n° 1 en mineur, op. 49 ; Trio avec Piano n° 2 en ut mineur, op. 66 (1992, Teldec 2292-44947-2)[10]
  • Mozart, Trios pour piano K. 496, 502, 548, 564, Divertimento en si-bémol majeur, K. 254 (1991, 2CD Teldec/Warner Classics 2292-46439-2)[11]
  • Brahms, Trio pour piano n° 1 en si majeur, op. 8 et Ives, Trio pour piano (1992, Teldec 2292-44924-2)
  • Brahms, Trio pour piano en la majeur, op. posth. et Schumann, Trio avec piano n° 1 en mineur, op. 63 (1992, Teldec 2292-44927-2)[12]
  • Brahms, Trio pour piano n° 1, op. 8 ; Trio n° 2, op. 87 ; Trio n° 3, op. 101 ; Trio en la majeur, op. posth. (1992, 2CD Teldec 9031-76036-2)[13]
  • Ravel, Trio avec piano, Debussy, Premier trio en sol majeur et Fauré, Trio pour piano en mineur, op. 120 (1992, Teldec 2292-44937-2)[14]
  • Messiaen, Quatuor pour la fin du temps - Avec Eduard Brunner, clarinette (1993, Teldec 9031-73239-2 / 0927-48749-2)[15]
  • Dvořák, Trio avec piano n° 1, op. 21, B51 ; Trio n° 3, op. 65, B130 ; Trio n° 4, op. 90, B166 ; Trio n° 2, op. 26, B56 (1993, 2CD Teldec 9031-76458-2 : n° 1 Teldec/ASV 244 177-2 ; n° 3 Teldec/ASV 8 43921)
  • Beethoven, Trio n° 1, op. 1 n° 1 en mi-bémol majeur ; Trio n° 2, op. 1 n° 2 en sol majeur ; Trio n° 3, op. 1 n° 3 en ut mineur ; Trio n° 4, op. 11 en si-bémol majeur ; Trio n° 5, op. 70 n° 1 en majeur, « Les Esprits » ; Trio n° 6, op. 70 n° 2 en mi-bémol majeur Trio n° 7, op. 97 en si-bémol majeur « À l'Archiduc »  ; Trio avec piano n° 10, op. 44 en mi-bémol majeur (thème et 14 variations) ; Trio avec piano n° 11, op. 121 : Variations sur « Ich bin der Schneider Kakadu » (1994, 3CD Teldec 9031-73281-2)[16]
  • Beethoven, Triple Concerto, en ut majeur, op. 56 - Philharmonia Orchestra, dir. Eliahu Inbal (mai 1990, Teldec 4509-97447-2) Complément : Trio pour piano n° 5 « des Esprits » cité plus haut.
  • Schumann, Trio n° 2 en fa majeur, op. 80 ; Trio n° 3 en sol mineur, op. 110 (1995, Teldec 4509-90864-2)[17]
  • Schubert, Trio n° 1 en si-bémol majeur, D 898 ; Trio en si-bémol majeur (Sonate en un mouvement), D 28 ; Trio n° 2 en mi-bémol majeur, D 929 ; Notturno en mi-bémol majeur, D 897 (juin et novembre 1994, janvier 1995, 2CD Teldec 4509-94558-2)[18]
  • Beethoven, Scottish Songs, op. 108 ; Chansons Irlandaises, WoO 152, 153, 154 et 155 - Avec Wolfgang Holzmair, baryton (1998, Philips 784 442-2)[19]
  • Haydn, Trio avec piano n° 32, Hob.XV:18, en la majeur ; Trio avec piano n° 35, Hob.XV:21, en ut majeur ; Trio avec piano n° 39 , Hob.XV:25, en sol majeur, « trio bohêmien » ; Trio avec piano n° 42, Hob. XV:30 en mi bémol majeur, (Teldec 0630-15857-2)[20]
  • Roslavets, Trio avec piano n° 2 (1920), n° 3 (1921), n° 4 (1921) - Jens-Peter Maintz, violoncelle (janvier/août 2000, Warner Apex 2564 69324-4)
  • Turina, Trio avec piano n° 1, op. 35 et Beethoven, Trio avec piano n° 6, op. 70 n° 2 en mi-bémol majeur - Jens-Peter Maintz, violoncelle (Concert, Abbaye de Maulbronn, juin 2002, K&K Verlagsanstalt KuK 84)

Vidéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Trio Fontenay » (voir la liste des auteurs).

  1. Trio Fontenay web page at Wolf Harden web site.
  2. The Rockefeller University News and Notes, March 9, 2001.
  3. University of Wisconsin-Madison News, March 21, 2002.
  4. Web site of the German Record Critics Award.
  5. Jens-Peter Maintz at Cellist.nl database.
  6. Revue de Christophe Headington dans Gramophone, mai 1988, p. 1616. Consulté le 28 mai 2009. Le critique préfère, dans ces deux œuvres, le Trio Fontenay aux Trio Borodine et Beaux Arts. En ce qui concerne l'œuvre de Rachmaninoff, il écrit : « Cette interprétation... est profondément senti autant qu'habile et l'enregistrement dans l'église de Francfort est une bonne idée, même si l'occasion, du piano sonne un peu en retrait. Ils sont bons aussi dans le trio de Mendelssohn, un œuvre puissante qui peut surprendre ceux qui ne connaissent que le côté plus tendre de ce compositeur ; je sens cependant, que certains tempos sont un peu rapide. »
  7. Revue d'Hilary Finch dans le magazine Gramophone, septembre 1988, p. 434. Consulté le 28 mai 2009. Le critique aime le couplage, mais préfère l'interprétation du trio Israël dans Brahms (9/86, CRD 3432) et le Trio Borodine dans le Dvorak (2/85, CHAN8320). Trouve le Trio Fontenay, « trop discret » et l'acoustique du studio d'enregistrement « trop sèche ».
  8. Critique de Christopher Headington dans Gramophone, janvier 1989, p. 1181. Consulté le 28 mai 2009. « J'aime cette version pour ses jeu affectueux et habile et pour son enregistrement fidèle » mais « si vous cherchez une vision plus urgente de cette musique, les Beaux Arts Trio chez Philips ont plus d'élan et je dois dire qu'ils semblent avoir plus de succès dans la recherche d'un équilibre schubertien entre simplicité ensoleillée, d'une part, et la tension ou la mélancolie sur les autres... » — Remarque : les trios de Schubert ont été enregistrées à nouveau en 1996 sur Teldec 4509-94558-2.
  9. Commentaire d'Alan Sanders dans Gramophone, février 1990, p. 1479-80. Consulté le 28 mai 2009. Dans le Dvořák, « Le jeu est attentionné, mais en même temps d'un sentiment spontané, magnifiquement équilibré et généreusement phrasé. ...Je peux donner au Fontenay le plus beau compliment en disant que leur version [du Brahms] est pleinement concurrentiel [avec Szeryng, Fournier, Rubinstein (4/88, RD86260)] et a ses propres qualités de haute musicalité, de force et de style. Techniquement, la qualité de leur jeu est d'un niveau élevé et plus important encore, ils savent préserver un sentiment de spontanéité devant les micros. »
  10. Critique de John Warrack dans Gramophone, septembre 1990, p. 558. Consulté le 28 mai 2009. Dans ces œuvres, sa préférence est plutôt en faveur des Guarneri et des Fontenay au détriment des Borodine : « Décider entre les trois interprétations intelligentes et bien conçues, n'est pas simple, ni même entièrement réaliste. Malgré mon admiration totale pour les Borodine, je pense que l'exécution des Guarneri est d'un naturel et d'une élégance qui est plus proche de Mendelssohn. Les Fontenay sont très semblables dans esprit aux Guarneri, qui est un choix sans risque, s'il faut choisir. »
  11. Critique de Christophe Headington dans Gramophone, novembre 1991, p. 121-122. « J'aime la démarche des Fontenay, qui trouvent suffisamment d'énergie dans les mouvements extérieurs et un dialogue équilibré entre les trois instrumentistes. Parfois, on peut ressentir que tout est un peu trop lumineux et aéré », mais « sa jeunesse de fraîcheur a son propre charme... En somme, j'aime les Beaux Arts Trio, les meilleurs de tous dans ce répertoire... »
  12. Critique de Joan Chissell dans Gramophone, mars 1992, p. 66. Consulté le 28 mai 2009.
  13. Commenté par Joan Chissell dans Gramophone, novembre 1992, p. 120. Consulté le 24 août 2009.
  14. Critique de Christopher Headington dans Gramophone, Juillet 1992, p. 69. Consulté le 28 mai 2009.
  15. Revue dans Gramophone, décembre, 1992, p. 97. Consulté le 28 mai 2009 et Revue de Roger Nichols dans Gramophone, février 2003, p. 59, 61. Consulté le 28 mai 2009. Note plusieurs erreurs d'exécution, en particulier un fa-dièse au lieu de fa-naturel dans la partie de piano deu cinquième mouvement, répété neuf fois. Préfère l'enregistrement avec Yvonne Loriod, la femme du compositeur au piano, comme plus authentique (EMI Encore 575629-2).
  16. Critique de Joan Chissell dans Gramophone, mars 1994, p. 69 Consulté le 14 mars 2015. « En effet, leur vivacité d'esprit de travail d'équipe, pas moins que leur éclat individuel sont à couper le souffle, n'est jamais mis en doute tout au long des trois disques. Néanmoins, pour un aperçu plus complet de la musique pour trio avec piano de Beethoven, je conseille vivement les lecteurs à s'ne tenir aux artistes du « monde ancien », sans oublier les Beaux-Arts et le Trio Borodine, le prix-moyen Zukerman/Du Pré/Barenboim et Stern/Rose/Istomin — ou le dernier non des moindres, Perlman/Harrell/Ashkenzay, qui restent mes préférés. Et je le dis avec regret, parce que j'ai sincèrement admiré ce que j'ai entendu de Fontenay avant. »
  17. Critique de Joan Chissell dans Gramophone, décembre 1995, p. 110. Consulté le 28 mai 2009. « ...pris sur ses propres mérites, ce nouveau couplage des deuxième et de la troisième trios par les Fontenay permet de faire l'éloge de la jeunesse et la vivacité de caractérisation… »
  18. Critique favorable de ce second enregistrement des Fontenay, par Joan Chissell dans Gramophone, février 1997, p. 74. Consulté le 24 août 2009.
  19. Critique favorable de John B. Steane dans Gramophone, avril 1998, p. 85. Consulté le 28 mai 2009.
  20. Revue de Richard Wigmore dans Gramophone, février 1999, p. 67. Consulté le 28 mai 2009. « Un programme bien contrasté des derniers trio avec piano de Haydn dans une interprétation sympathique, en fait une alléchante proposition. J'ai particulièrement apprécié les Fontenay dans le cadre des exubérants mouvements d'ouverture des [Hob.XV] numéros 18 et 30, généreusement et souplement rythmé, rapide et aux phrasés plein d'imagination, avec les interprètes qui trouvent de  nouvelles couleurs et nuances pour la reprise de l'exposition... Mais si les Fontenay semblent plus à l'écoute de l'intériorité et de lyrisme de Haydn que de ses esprits animaux, il y a tant de choses à découvrir dans ces lectures caractérisées de façon réfléchie, affectueuses, honnêtement capter par les ingénieurs de chez Teldec. »
  21. Amazon.com prod. page.

Liens externes[modifier | modifier le code]