Quatuor pour la fin du Temps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Invitation pour la création du Quatuor pour la fin du Temps réalisée par un détenu du Stalag de Görlitz

Le Quatuor pour la fin du Temps est une œuvre musicale en huit mouvements d'Olivier Messiaen écrite pour violon, violoncelle, clarinette et piano. Cependant, les quatre instruments ne jouent ensemble tout un mouvement que dans deux mouvements.

Il a été inspiré par l'Apocalypse de Saint Jean et composé en hommage à l'ange annonciateur de la fin des temps[1]. L'œuvre est composée de huit parties et sa durée d'exécution est d'environ cinquante minutes. Olivier Messiaen explique lui-même : « Sept est le nombre parfait, la création de six jours sanctifiée par le sabbat divin ; le sept de ce repos se prolonge dans l'éternité et devient le huit de la lumière indéfectible, de l'inaltérable paix[2]. » Les parties I, II, VI et VII sont entièrement originales, les autres étant l'adaptation de pièces plus anciennes[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le quatuor a été écrit en détention au Stalag VIII-A, à Görlitz (situé sur la frontière actuelle germano-polonaise) en 1940, endroit où étaient détenus Messiaen et Étienne Pasquier depuis le 20 juin 1940[4]. Il y fut présenté pour la première fois le par Étienne Pasquier (cofondateur auparavant, en 1927, avec ses deux frères, du célèbre Trio Pasquier) au violoncelle, Jean Le Boulaire au violon, Henri Akoka à la clarinette et Olivier Messiaen lui-même au piano devant un auditoire de 400 personnes[3].

Près de six mois plus tard, les musiciens ont été libérés et rapatriés en France. Pasquier et Messiaen rejouèrent l'œuvre peu après au théâtre des Mathurins à Paris, avec, cette fois-ci, Boussinier à la clarinette (Akoka devant fuir les persécutions anti-juives) et Etienne Pasquier au violon[4].

Analyse et mouvements du quatuor[modifier | modifier le code]

Inspiré par l'annonce de l'Ange de l'Apocalypse (« Il n'y aura plus de temps »), Messiaen perçoit ce temps comme le temps musical, avec toutes ses possibilités d'organisation, c'est-à-dire le rythme, qui est au centre des recherches du compositeur. Ce quatuor est ainsi « la première œuvre où les problèmes nouveaux de structures rythmiques sont posés, et en particulier : élimination des temps égaux, avènement des valeurs irrationnelles, valeurs ajoutées, pédales rythmiques, rythmes augmentés et diminués, et rythmes non rétrogradables[5]. » Par ailleurs, Messiaen use aussi de rythmes grecs et hindous, de chants d'oiseaux, de transposition musicale de couleurs, pour commenter musicalement sa pensée théologique.

I. Liturgie de cristal[modifier | modifier le code]

« Entre trois et quatre heures du matin, le réveil des oiseaux : un merle ou un rossignol soliste improvise, entouré de poussières sonores, d'un halo de trilles perdus très haut dans les arbres. Transposez cela sur le plan religieux, vous aurez le silence harmonieux du ciel. »

— Olivier Messiaen[2]

Le chant est joué par la clarinette, dans un environnement sonore en partie indépendante des trois autres instruments (violon, violoncelle et piano). La clarinette imite un merle, tandis que le violon reprend le chant d'un rossignol.

II. Vocalise, pour l'Ange qui annonce la fin du temps[modifier | modifier le code]

Ce mouvement est joué par le quatuor au complet. La clarinette n'intervient qu'au début et à la coda. Ce mouvement, du moins dans sa partie centrale pour les trois autres instruments, cherche des harmonies originales d'accords successifs.

« Les première et troisième parties (très courtes) évoquent la puissance de cet Ange fort, coiffé d'arc-en-ciel et revêtu de nuée, qui pose un pied sur la mer et un pied sur la terre. Le “milieu”, ce sont les harmonies impalpables du ciel. Au piano, cascades douces d'accords bleu-orange, entourant de leur carillon lointain la mélopée quasi plain-chantesque des violon et violoncelle. »

— Olivier Messiaen

III. Abîme des oiseaux[modifier | modifier le code]

Ce mouvement, d'une grande difficulté technique, est joué par la clarinette en solo. Il a été écrit précédemment pour Henri Akoka et inclus secondairement dans l'œuvre.

« L'abîme, c'est le Temps, avec ses tristesses, ses lassitudes. Les oiseaux, c'est le contraire du Temps ; c'est notre désir de lumière, d'étoiles, d'arcs-en-ciel et de jubilantes vocalises ! »

— Olivier Messiaen

IV. Intermède[modifier | modifier le code]

Ce mouvement, un « scherzo de caractère plus extérieur que les autres mouvements », réunit le violon, le violoncelle et la clarinette. C'est le plus académique des huit[6].

V. Louange à l'Éternité de Jésus[modifier | modifier le code]

Ce mouvement très lent réunit le violoncelle et le piano dans un chant infiniment lent, extatique au violoncelle, souligné par des accords répétés au piano. Dans les moments « calmes » on peut sentir un système presque tonal. Ce mouvement est un arrangement d'une pièce antérieure, « Oraison », extraite de Fête des belles eaux pour six Ondes Martenot, œuvre créée pour l'Exposition universelle de 1937.

« Jésus est ici considéré en tant que Verbe. Une grande phrase, infiniment lente, du violoncelle, magnifie avec amour et révérence l'éternité de ce Verbe puissant et doux [...] Majestueusement, la mélodie s'étale, en une sorte de lointain tendre et souverain. »

— Olivier Messiaen

VI. Danse de la fureur, pour les sept trompettes[modifier | modifier le code]

Les quatre instruments jouent à l'unisson un mouvement d'une grande rigueur rythmique, sans doute le plus caractéristique de la série.

Il s'agit là de la seule allusion de toute l'œuvre à l'aspect de cataclysme du Jugement dernier. Ce mouvement s'achève sur un quadruple fortissimo qui produit un effet terrifiant.

« Les quatre instruments à l'unisson affectent des allures de gongs et trompettes [...] Musique de pierre, formidable granit sonore ; irrésistible mouvement d'acier, d'énormes blocs de fureur pourpre, d'ivresse glacée. »

— Olivier Messiaen

VII. Fouillis d'arcs-en-ciel, pour l'Ange qui annonce la fin du temps[modifier | modifier le code]

Ce mouvement pour les quatre instruments est le pendant du deuxième (Vocalise) et est construit sur le même schéma.

VIII. Louange à l'Immortalité de Jésus[modifier | modifier le code]

Ce mouvement est le pendant du cinquième (Louange à l'Éternité) avec le violon tenant le rôle de soliste accompagné du seul piano. Il s'agit de la transcription d'un mouvement du Diptyque pour orgue de 1930.

« Cette deuxième louange s'adresse plus spécialement au second aspect de Jésus, à Jésus-Homme, au Verbe fait chair, ressuscité immortel pour nous communiquer sa vie. Elle est tout amour. Sa lente montée vers l'extrême aigu, c'est l'ascension de l'homme vers son Dieu, de l'enfant de Dieu vers son Père, de la créature divinisée vers le Paradis. »

— Olivier Messiaen

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quatuor pour la fin du temps », sur Médiathèque (consulté le 24 février 2015).
  2. a et b Préface d'Olivier Messiaen, livret du CD Quatuor pour la fin du Temps, par Gil Shaham, Paul Meyer, Jian Wang, Myung-Whun Chung, DG, 2000, p. 16.
  3. a et b Hill P, notice de l'enregistrement de l'œuvre par Robert Plane à la clarinette et le Gould Piano trio, éditions Chandos.
  4. a et b Interview d’Étienne Pasquier, Das Orchester, janvier 1999.
  5. Le Nouveau Dictionnaire des œuvres de tous les temps et de tous les pays, t. V, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, p. 6128.
  6. Notice de discographie du pianiste Pierre-Laurent Aimard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rebecca Rischin (2006). Et Messiaen composa… 1941, Stalag Görlitz. Genèse du Quatuor pour la fin du Temps, Paris, Ramsay.

Lien interne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]