Topiques (Aristote)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Topique.
Topiques
Titre original
(grc) ΤοπικάVoir et modifier les données sur Wikidata
Partie de
Langue
Auteur
Genre

Les Topiques est un ouvrage du philosophe grec Aristote. Il s’agit du cinquième livre de l’Organon, ensemble de traités de logique et d'argumentation.

Aristote y expose des réflexions sur la partie pratique de la logique, la dialectique, l'aspect formel étant plus spécifiquement traité dans les Analytiques, et plus particulièrement sur la déduction dialectique, à laquelle il consacre ses Topiques ainsi qu’une partie du livre Γ de sa Métaphysique[pas clair].

L'objectif du traité pour Aristote est principalement triple : l'entraînement intellectuel, le contact avec autrui, l'acquisition de connaissances de caractère philosophique, même s'il lui en attribut un quatrième à part, celui de permettre au dialecticien d'accéder aux principes premiers de chaque science.

Il y définit le syllogisme, schéma logique menant à une conclusion à partir de la conjonction de deux propositions considérées comme vraies. Il classifie les prédicats qui composent les prémisses et les problèmes en quatre classes, et à partir de cette classification, il ébauche le cadre théorique de la dialectique, à travers différentes séries de procédés argumentatifs, qui sont autant de stratégies répondant aux diverses situations discursives dans lesquelles peut nous placer un interlocuteur et nous permettant de le réfuter et de triompher de lui, selon l'appartenance de ses assertions à l'une ou l'autre de ces classes de prédicats.

Les "prédicables"[modifier | modifier le code]

Dans la première partie de ses Topiques, Aristote établit une distinction entre quatre classes de prédicats qui composent les prémisses et les problèmes :

Son élève et successeur Théophraste les réduit à deux :

« On doit ainsi considérer Les Topiques comme une œuvre de la jeunesse d’Aristote. […] Contrairement à l’opinion de beaucoup d’interprètes anciens, la logique du probable n’est donc pas un complément de la logique du nécessaire ; elle n’est pas une seconde logique s’appliquant à un domaine où la vérité scientifique ne saurait être atteinte. Elle apparait plutôt comme une sorte d’exercice préparatoire à la théorie de la démonstration et de la science… »

— Traduction Jules Tricot, Les Topiques, introduction, Vrin, pages 8-9[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. ὁρός
  2. γένος
  3. a et b συμβεβηκός
  4. πρὸς ἰδιόν
  5. Essai sur la dialectique de Platon, de Paul Janet, 1855 (chapitre II, p. 121.)
  6. Aristote (trad. Jules Tricot), Topiques : Organon V, Vrin, 368 p. (ISBN 2-7116-0019-X, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]