Tony Judt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Judt.
Tony Judt
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 62 ans)
New York
Nom de naissance
Tony Robert Judt
Nationalité
britannique
Formation
Activités
Historien, professeur, essayisteVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinction
Prix Hannah Arendt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Tony Judt ( à Londres - (à 62 ans) à New York[1]) est un historien, écrivain et professeur britannique. Spécialiste de l'Europe et directeur de l'Erich Maria Remarque Institute de l'Université de New York (directeur dès 1995), il contribua fréquemment à la New York Review of Books.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1948, Tony Robert Judt est élevé dans l'East End de Londres par une mère, Stella Sophie Dudakoff (Londres, 1921), dont les parents (Jeannette Greenberg et Solomon Dudakoff) avaient émigré de Russie et un père belge, Joseph Isaac Judt (passeport Nansen, né à Anvers, en 1907, de Ida Avigail et Enoch Yudt), qui descend d'une lignée de rabbins lituaniens.

Judt suit les cours de l'Emanuel School (en), obtient un Bachelor of Arts (BA) en 1969 puis un PhD d'histoire de l'Université de Cambridge en 1972.

Comme beaucoup de parents juifs de l'après guerre vivant en Europe, sa mère et son père ne sont pas pratiquants, mais ils l'envoient néanmoins à l'école d'Hébreu et le baignent dans la culture yiddish de ses grands-parents. Poussé par ses parents, Judt s'intéresse à la politique israélienne dès l'âge de 15 ans. Il participe à la promotion de l'immigration des juifs britanniques vers Israël, sous la direction de Zvi et Maya Dubinski, en fiasant des séjours en kibboutz (1963, 1966, 1967). En 1966, ayant obtenu une entrée anticipée au King's College, il prend une année sabbatique et part travailler au kibboutz Machanaim. Lorsque Nasser expulse les troupes des Nations unies du Sinaï en 1967 et qu'Israël mobilise en préparation de la guerre, comme beaucoup de juifs européens, il se porte volontaire pour remplacer les membres du kibboutz qui ont été mobilisés, puis pour aider l'armée israélienne pendant la Guerre des Six jours. Pendant et après la Guerre des Six Jours, il travaille comme chauffeur et traducteur pour l'armée israélienne.

Mais après cette guerre, la conviction sioniste de Judt s'émousse. « J'y suis allé avec l'idéal de fonder une société socialiste et un pays communautaire par le travail » déclare Judt. Le problème, il commence à le croire, est que cette vision est « remarquablement inconsciente du peuple qui fut chassé du pays et souffre dans des camps de réfugiés afin de rendre possible cet idéal. »[2]

Judt reste jusqu'à fin 2003 un contributeur régulier de The New Republic, un magazine modéré pro-israélien. Cependant son article du 23 octobre dans la New York Review of Books en faveur d'un État bi-national en Palestine, lui vaut d'être chassé des colonnes de The New Republic et condamné par son éditeur, Leon Wieseltier (en), et d'autres commentateurs pro-israéliens.

En , lui est diagnostiquée une sclérose latérale amyotrophique. À partir d', il est paralysé en dessous du cou[3],[4] Il décède le 6 août 2010[5] des complications de sa maladie.

Approche de l'œuvre[modifier | modifier le code]

Le plan du livre Penser le XXème siècle donne bien les diverses directions de son travail :

  • 1 Le nom demeure : questionneur juif,
  • 2 Londres et la langue : écrivain anglais,
  • 3 Socialisme familial : marxiste en politique,
  • 4 King's et kibboutzim : sioniste de Cambridge,
  • 5 Paris, Californie : intellectuel français,
  • 6 Génération de compréhension : libéral est-européen,
  • 7 Unités et fragments : historien européen,
  • 8 L'âge de la responsabilité : moraliste américain,
  • 9 La banalité du bien : social-démocrate.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés en anglais[modifier | modifier le code]

  • Socialism in Provence 1871-1914 : A Study in the Origins of the Modern French Left, Cambridge University Press, 1979. (ISBN 0-521-22172-2)
  • Marxism and the French Left : Studies on Labour and Politics in France 1830-1981, Clarendon, 1990 (ISBN 0-19-821578-9)
  • Past Imperfect: French Intellectuals, 1944–1956, University of California Press, 1992. (ISBN 0-520-07921-3).
  • A Grand Illusion ? : An Essay on Europe, Douglas & McIntyre, 1996. (ISBN 0-8090-5093-5)
  • The Burden of Responsibility : Blum, Camus, Aron, and the French Twentieth Century, University of Chicago Press, 1998. (ISBN 0-226-41418-3)
  • Postwar : A History of Europe since 1945, Penguin Press, 2005
  • Reappraisals. Reflections on the Forgotten Twentieth Century, Penguin Press, 2008
  • Ill fares the land, Penguin Books, , 256 p. (ISBN 978-0143118763)
  • The Memory Chalet, William Heinemann, , 240 p. (ISBN 978-1594202896)

Ouvrages traduits en français[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]