Jean Ziegler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ziegler.
Jean Ziegler
Description de cette image, également commentée ci-après

Jean Ziegler au salon du livre de Genève en 2011.

Nom de naissance Hans Ziegler
Naissance (82 ans)
Drapeau de la Suisse Suisse, Thoune
Activité principale
Autres activités
Distinctions
Chevalier des arts et des lettres de la République française (1994)
Médaille d'or du Président de la République italienne
Ordre national Amílcar Cabral, premier degré, République du Cap-Vert

Docteur honoris causa de : l'université de Mons, l'université Paris VIII, l'université de Savoie (2009)
Conjoint
Descendants

Jean Ziegler (né Hans Ziegler[1], le à Thoune dans le canton de Berne en Suisse) est un homme politique, altermondialiste et sociologue suisse. Il a été rapporteur spécial auprès de l’ONU sur la question du droit à l’alimentation dans le monde. Il est l’auteur de nombreux ouvrages dans lesquels il analyse notamment cette question. Il est membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme des Nations unies depuis 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père était président du tribunal de Thoune et colonel d'artillerie. Jean Ziegler a un doctorat en droit et un en sociologie[2].

Dans le livre Jean Ziegler parle aux Arabes, écrit en 2003 par Riadh Sidaoui, l'auteur parle de la première fois où Ziegler a rencontré Che Guevara quand il s'est rendu à Genève à la tête de la délégation politique, à l'âge de 35 ans. Jean Ziegler est allé le voir à l'hôtel et lui a demandé de pouvoir l'accompagner à Cuba pour participer aux guerres contre l'hégémonie américaine et les dictatures en Amérique latine… Alors Che Guevara lui aurait dit : « Tu es né ici... alors c'est ici que tu devras combattre le monstre... ce qui est bénéfique pour vous et pour nous. » Collaborateur à la revue Afrique-Asie dans les années 1970 et 1980, il défend les interventions cubaines en Afrique.

En 1970, Jean Ziegler facilite le contact entre le chef de la politique étrangère de l’OLP, - Farouk Kaddoumi,- (l’OLP qui menait alors de fréquentes opérations terroristes) et le conseiller fédéral Pierre Graber chargé des Affaires étrangères. Un accord officieux, dont les autres membres du gouvernement suisse n’ont pas été informés, est trouvé. Aux termes de celui-ci, la Suisse doit rester épargnée par le terrorisme palestinien mais s’engage à soutenir l’OLP dans ses efforts pour sa reconnaissance diplomatique auprès du siège des Nations-Unies à Genève. Dans la foulée, la Suisse renonce à porter plainte contre un suspect palestinien de l’attentat contre le vol Swissair 330 à Würenlingen. Cet accord officieux a été tenu secret jusqu’en janvier 2016, date à laquelle Jean Ziegler a rendu public son rôle de facilitateur «par respect et en mémoire des 47 victimes de Würenlingen et de leurs familles, qui ont droit à la vérité[3].» Cette version a été vivement mise en doute par deux anciens délégués du CICR, Michel Barde et Marcel Boisard qui avaient participé aux négociations pour la libération des passagers otages de Zarka en Jordanie[4].

Jean Ziegler est le rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation (en) du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies de 2000 à 2008, poste auquel lui succède Olivier De Schutter. Il est actuellement membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Il est professeur de sociologie à l'université de Genève jusqu'en 2002 et à l'université de la Sorbonne à Paris. Il publie aussi de nombreux livres. Il est conseiller municipal (socialiste) de la ville de Genève de 1963 à 1967[5]. Il est membre du parlement fédéral suisse (canton de Genève) du 4 décembre 1967 au 27 novembre 1983 et du 30 novembre 1987 au 5 décembre 1999 (parti socialiste)[6]. Il est le premier dirigeant de la communauté d'Emmaüs genevoise. Il rencontre l'abbé Pierre à Paris en 1952.

Jean Ziegler est marié avec Erica Deuber Ziegler ; d'un précédent mariage, il a un fils Dominique Ziegler, auteur et metteur en scène.

Aux Nations unies[modifier | modifier le code]

De 2000 à mars 2008, il a été nommé rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation (des populations) du Conseil des droits de l’homme de l’Organisation des Nations unies.

En tant que rapporteur spécial, il a étudié le niveau d'alimentation des populations de nombreux pays (Niger, Éthiopie, Inde, Bangladesh, Mongolie, Brésil, Palestine, Bolivie, Cuba, Guatemala, Mongolie…), publiant chaque année de son mandat, pour l'Assemblée générale des Nations unies, un rapport sur la situation[7].

En 2005, dans un ouvrage intitulé L'Empire de la honte, il dénonce le fait que « la faim est [...] la principale cause de mort sur notre planète. Et cette faim est faite de main d'homme. Quiconque meurt de faim meurt assassiné. Et cet assassin a pour nom la dette »[8]. Dans ses travaux, il met également en avant la malnutrition chronique, ou hidden hunger (faim invisible), qui affecte deux milliards de personnes[9]. Les carences en micronutriments qu'elle implique « provoquent des maladies souvent mortelles » (kwashiorkor, anémie, rachitisme, cécité)[10].

Dès 2008, il met en lumière le rôle néfaste du développement de la culture des agrocarburants pour l'évolution du prix des denrées sur les marchés mondiaux[11],[12] :

« On estime qu’il faut environ 200 kg de maïs pour remplir le réservoir d’une voiture de biocarburant (une cinquantaine de litres), ce qui est suffisant pour nourrir une personne pendant un an. Le risque est donc grand d’entraîner une concurrence entre aliments et carburants qui laissera les pauvres et les victimes de la faim des pays en développement à la merci de prix des aliments, de la terre et de l’eau qui augmentent rapidement. »

— Rapport du Rapporteur spécial... (2008)[11].

En octobre 2011, alors qu'il n'exerce plus la fonction de rapporteur spécial, Jean Ziegler publie Géopolitique de la faim dans lequel il continue à dénoncer le scandale de la malnutrition qui se perpétue au XXIe siècle. Ainsi, il a qualifié de « crime contre l'humanité » le fait d'abandonner les cultures vivrières au profit des agrocarburants[13],[14] :

« Le rapport annuel de la FAO estime que l’agriculture mondiale pourrait aujourd’hui nourrir normalement 12 milliards d’humains, presque le double de l’humanité. Au seuil de ce nouveau millénaire, il n’y a plus aucune fatalité, aucun manque objectif. La planète croule sous la richesse. Un enfant qui meurt de faim est assassiné[15]. »

De 2009 à 2012, il a été membre du comité consultatif du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, poste auquel il a été réélu le 26 septembre 2013 pour un mandat de trois ans[16].

Il est membre du comité de parrainage du tribunal Russell sur la Palestine dont les travaux ont commencé le 4 mars 2009.

En tant qu’auteur[modifier | modifier le code]

Jean Ziegler a participé aux travaux de reconnaissance de la spoliation de déportés de leurs comptes bancaires (en Suisse) au profit de l'Allemagne nazie[17]. Son travail est décrit dans La Suisse, l'or et les morts, paru en 1997 aux éditions du Seuil. Il y explique comment les banquiers suisses ont aidé à financer la machine de guerre des nazis.

Jean Ziegler est l'auteur de plusieurs livres sur la mondialisation et sur ce qu'il considère être des crimes commis au nom de la finance de marché mondiale et du capitalisme, condamnant en particulier le rôle de la Suisse. Il s'oppose à la théorie libérale du ruissellement (les plus riches par leur consommation et leurs besoins supérieurs, créeraient des débouchés et de l'emploi), qui justifie l'existence des riches par leur rôle dans la redistribution des richesses. Il critique fortement l'action du FMI, qui conditionne ses aides financières à des plans d'ajustement structurels, qui supposent notamment la privatisation des services publics, conduisant souvent, selon lui, à leur dégradation avec des conséquences tragiques sur la santé publique et l'alimentation dans les pays les plus pauvres. Il rejoint sur ce point Joseph Stiglitz qu'il qualifie néanmoins de « déserteur qui s'attaque à son ancien patron »[18]. Enfin, il accuse les États-Unis (« l'empire américain contre la démocratie planétaire ») d'être le bras armé des entreprises multinationales. Il insiste sur la spécificité de la politique étrangère des États-Unis, et leur refus de nombreuses conventions internationales (Convention sur l'interdiction des mines antipersonnel, contre la sanction judiciaire des crimes de guerre - Convention de Rome, 1998, contre le concept de droits économiques, sociaux et culturels - Conférence de Vienne, 1993).

Il écrit en français et en allemand.

We Feed the World est un film documentaire sorti en avril 2007 inspiré par L'Empire de la honte, un livre de Jean Ziegler. Ce documentaire de l'Autrichien d'Erwin Wagenhofer donne à plusieurs reprises la parole à Jean Ziegler.

Controverses[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Relations avec Kadhafi[modifier | modifier le code]

Une controverse est née au début des années 1980 lorsque Jean Ziegler suggéra au gouvernement fédéral d'inviter Mouammar Kadhafi en Suisse. Lorsqu'on le lui a demandé, Ziegler confirma que Kadhafi l'avait invité plusieurs fois « parce que mes livres sont traduits en arabe et qu'il les lit[réf. nécessaire] ». Le Time Magazine l'a décrit en 1989, comme membre du jury du prix Kadhafi des droits de l'homme[19]. Cependant, Jean Ziegler a, depuis 2011, démenti avoir créé ce prix, l'avoir financé, avoir reçu le prix ou avoir fait partie du jury[20]. Il a reconnu avoir été consulté, tout comme d'autres intellectuels européens, quand la Libye a voulu créer un prix pour les Droits de l'Homme en 1989. Aujourd'hui Ziegler prétend qu'à l'époque, « il appuyait le prix car cela représentait une étape vers une ouverture »[réf. nécessaire].

Politique israélienne[modifier | modifier le code]

En avril 1996, lors de l'affaire Garaudy, il apporte dans un premier temps son soutien à l'auteur négationniste des Mythes fondateurs de la politique israélienne, au nom de la liberté d'expression, sous la forme d'une lettre que l'avocat Jacques Vergès verse au dossier de la défense et rend publique en même temps que celle de l'abbé Pierre. Par la suite, Jean Ziegler déclare lors d'interviews au Journal du dimanche et au Monde qu'il condamne « avec la plus grande fermeté toutes les entreprises et propos négationnistes visant à nier ou à relativiser le génocide du peuple juif par les nazis » et accuse Garaudy, dans un article publié par Charlie Hebdo, d'avoir détourné la lettre qu'il lui avait adressée[21].

En 2009, le Comité des Juifs Américains s'est opposé à la tentative de Jean Ziegler de se présenter pour la réélection au Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, lui reprochant son soutien passé au négationniste Roger Garaudy, et ses critiques d'Israël[22].

Accusations d'entrave au programme de lutte contre la faim de l'ONU[modifier | modifier le code]

En 2011, WikiLeaks a diffusé des documents (Révélations de télégrammes de la diplomatie américaine par WikiLeaks) dont l'un d'eux envoyé en 2002 par les responsables du Programme alimentaire mondial (PAM) au Secrétaire général de l'ONU concerne « l'incompétence et les agissements politiques » de Jean Ziegler[réf. nécessaire]. Selon les dirigeants du PAM, l'action de Jean Ziegler aurait entravé la lutte de l’ONU contre la faim. Selon le journaliste Philippe Barraud « les engagements politiques d'extrême gauche de Jean Ziegler, et ses attaques constantes contre les États-Unis, compromettent manifestement les efforts du PAM pour lever des fonds »[23],[24]. L'information a notamment été relayée pas lesobservateurs.ch, un journal en ligne d'orientation politique droite conservatrice[25].

Décorations et prix[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sociologie de la nouvelle Afrique, Gallimard, 1964.
  • Sociologie et contestation, essai sur la société mythique, Gallimard, 1969.
  • Le Pouvoir africain, Seuil, 1973, nouvelle édition revue et augmentée, 1979.
  • Les vivants et la mort ; Essai de sociologie, Seuil, 1973. Nouvelle édition revue et augmentée 1978.
  • Une Suisse au-dessus de tout soupçon, en collaboration avec Délia Castelnuovo-Frigessi, Heinz Hollenstein, Rudolph H. Strahm, 1976. Nouvelle édition 1983.
  • Main basse sur l’Afrique, 1978. Nouvelle édition 1980.
  • Retournez les fusils ! Manuel de sociologie d'opposition, Seuil, 1980. Nouvelles éditions revues et augmentées en 1991 puis en 2014.
  • Contre l’ordre du monde, les Rebelles, Seuil, 1983.
  • Vive le pouvoir! Ou les délices de la raison d'état, Seuil, 1985.
  • La Victoire des vaincus, oppression et résistance culturelle, Seuil, 1988.
  • La Suisse lave plus blanc, Seuil, 1990.
  • Le Bonheur d’être Suisse, Seuil et Fayard, 1994.
  • L'Or du Maniema, Seuil, 1996.
  • La Suisse, l’or et les morts, Seuil, 1997 ; édition de poche, 2009.
  • Les Rebelles contre l’ordre du monde, L'Histoire immédiate, 1997.
  • Les Seigneurs du crime : les nouvelles mafias contre la démocratie, Seuil, 1998.
  • Le Livre noir du capitalisme, coauteur, éditions Le Temps des cerises, 1998.
  • La Faim dans le monde expliquée à mon fils, Le Seuil, 1999 (Réédité en 2011).
  • Les Nouveaux Maîtres du monde et ceux qui leur résistent, Paris, Éditions Fayard, 2002.
  • Le Droit à l’alimentation, Paris, Éditions Fayard, 2003.
  • L’Empire de la honte, Paris, Éditions Fayard, 2005, 324 p..
  • La Haine de l’Occident, Paris, Albin Michel, 2008. Prix littéraire des droits de l'homme[28].
  • Destruction massive. Géopolitique de la faim, Paris, Le Seuil, , 347 p. (ISBN 9782021060560).
  • Un nouveau monde en marche, éd. Yves Michel, 2012, de Laurent Muratet et Étienne Godinot. Collectif avec entre autres Akhenaton, Christophe André, Stéphane Hessel (préface), Jean-Marie Pelt, Pierre Rabhi, Matthieu Ricard
  • Retournez les fusils! Choisir son camp, (nouvelle édition), éd. Seuil, 2014, 294 p.. http://www.seuil.com/livre-9782021169683.htm

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/a-premiere-vue/?date=14-11-2011
  2. Site RSR : En savoir plus sur Jean Ziegler
  3. « Jean Ziegler a facilité un accord secret entre la Suisse et l'OLP », sur www.letemps.ch (consulté le 21 janvier 2016)
  4. « Un moratoire secret Graber-Kaddoumi? Le doute est de rigueur! », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  5. Bio sur www.evene.fr
  6. Site du parlement suisse
  7. L'ensemble des rapports sur la situation de l'alimentation et de la malnutrition dans le monde est disponible sur le site des Nations unies : « Documents sur l'alimentation. Haut-Commissariat aux droits de l'homme » [PDF], sur OHCHR (consulté le 27 octobre 2015)
  8. Ziegler, 2005, p. 118
  9. Ziegler, 2005, p. 128
  10. Ziegler, 2005, p. 128-133
  11. a et b Jean Ziegler, « Rapport du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation » [PDF],‎ (consulté le 27 octobre 2015), p. 23
  12. (en) « NEWS ON RIGHT TO FOOD », sur UNHCHR.ch (consulté le 27 octobre 2015).
  13. « Le massacre de la faim se déroule dans une normalité glacée », sur L'Humanité,‎ .
  14. « Les biocarburants, un crime contre l'humanité », sur France 24,‎
  15. « Jean Ziegler : « Les spéculateurs devraient être jugés pour crime contre l’humanité » », sur Basta !,‎
  16. « Jean Ziegler élu par le Conseil des droits de l'homme », sur Tribune de Genève,‎ (consulté le 27 octobre 2015)
  17. Page sur Wikipédia.
  18. Dans son livre Les Nouveaux Maîtres du monde et ceux qui leur résistent (2002), Extrait : "J'aime lire et écouter Stiglitz. Rien de plus beau qu'un déserteur qui s'attaque à son ancien patron !". page 141.
  19. Site du Time
  20. . Youtube
  21. Michaël Prazan, Adrien Minard, Roger Garaudy, itinéraire d'une négation, Calmann-Lévy, 2007, 442 p. (ISBN 978-2702137604) [EPUB] emplacements 4032, 4044 et 4114 sur 9200.
  22. "AJC Criticizes Nomination of Jean Ziegler for UN Human Rights Office", 5 mars 2009, AJC.org, consulté le 6 mars 2014
  23. Jean Ziegler, meilleur ennemi des affamés?, Philippe Barraud, Les Observateurs.ch, 29 janvier 2012 reproduit sur le site de UN Watch
  24. Ziegler Jean : Disqualifié pour incompétence (Wikileaks) http://www.lesobservateurs.ch Pierre Weiss (homme politique) 2013.
  25. Les éditorialistes de droite tiennent le crachoir 2012
  26. Remise du titre de Docteur Honoris causa à Jean Ziegler
  27. Les Docteurs Honoris Causa
  28. Tribune de Genève 3 décembre 2008

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles[modifier | modifier le code]

Sur Jean Ziegler[modifier | modifier le code]

  • Felix Auer, Jean Ziegler ou l'histoire falsifiée, préface de Georges-André Chevallaz, Lausanne, Éditions L'Âge d'Homme, 1998.
  • Marie-Pierre Genecand, « Deux esprits, un même cœur à gauche », Série Filiations, Le Temps, 26 août 2009 (Jean Ziegler (*1934) et son fils Dominique (*1970).
  • Riadh Sidaoui, Jean Ziegler parle aux arabes (arabe : جان زجلر يتحدث إلى العرب), éd. Centre arabe de recherches et d'analyses, Beyrouth, 2003.

Liens externes[modifier | modifier le code]