Eugène Hamel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugène Hamel
Eugene Hamel.jpg
Autoportrait en 1882
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
QuébecVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Archives conservées par

Eugène Hamel, né à Québec le [1] et mort à Québec le [1] est un peintre, dessinateur, professeur et fonctionnaire québécois[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un riche marchand, Eugène Hamel termine en 1867 son apprentissage auprès de son oncle Théophile, portraitiste réputé. Il se rend ensuite à Anvers et à Rome pour y poursuivre ses études[3]. De retour à Québec en 1870, il s'installe dans l'atelier de son oncle et commence sa carrière professionnelle, sur les pas de Théophile dans le domaine du portrait et du tableau religieux.

Eugène Hamel remporte des prix en 1871, 1877 et 1887 à l'Exposition provinciale de Québec. Il donne des cours de dessin d'ornementation à l’École des arts et métiers de Québec, dont il sera directeur en 1880, et peint une série de portraits des présidents de l'Assemblée législative, portraits détruits dans l’incendie de l'hôtel du Parlement du Québec en 1883. En tant que membre fondateur de l'Académie royale du Canada, il présente cinq de ses tableaux à l'exposition inaugurale de 1880.

De 1881 à 1885, il retourne à Rome où il travaille avec Cesare Mariani. Il y épouse Ernesta de Cadilhac en 1882. De retour à Québec, il reçoit diverses commandes dont dix grands tableaux religieux pour l’église de Sainte-Foy, détruits à leur tour dans l'incendie de l'église en 1977. On lui accorde finalement en 1889 la commande des portraits des présidents du Conseil législatif et de l'Assemblée législative depuis 1867. À partir de 1892, il devient fonctionnaire au ministère des Terres et Forêts. Malgré cet emploi du temps, sa production demeure abondante. En 1926, le gouvernement provincial acquiert six de ses œuvres pour le futur Musée de la province à Québec[4].

Le fonds Eugène-Hamel a été donné au Musée du Québec en 1999[5].

Considéré comme un portraitiste et un dessinateur de talent, Eugène Hamel peint conformément aux attentes de l’époque et de l’école romaine, courant esthétique alors populaires au Québec. Sa production se retrouvant dans plusieurs endroits dans la province, Eugène Hamel s'inscrit dans l’évolution de la peinture au Québec.

Giovannina Ciociarde, 1869

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hamel, Eugène - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le 16 janvier 2019)
  2. Béland, Mario. et Musée national des beaux-arts du Québec., Eugène Hamel, 1845-1932 : peintre et dessinateur de Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, (ISBN 978-2-551-23566-7 et 2551235669, OCLC 184985193, lire en ligne)
  3. Musée national des beaux-arts du Québec, Béland, Mario, 1953- et Ouellet, Pierre-Olivier, 1978-, Art ancien du Québec : guide de collection, Québec, MNBAQ, , 166 p. (ISBN 978-2-551-26346-2 et 2-551-26346-8, OCLC 1088614114, lire en ligne), p. 132
  4. Dictionnaire Biographique du Canada
  5. « Fonds Eugène Hamel », sur Réseau des archives du Québec (consulté le 28 septembre 2018)

Source[modifier | modifier le code]

  • Mario Béland, « Le fonds Eugène-Hamel », Cap-aux-Diamants, no 66,‎ , p. 66 (ISSN 0829-7983).

Liens externes[modifier | modifier le code]