Napoléon Bourassa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourassa.
Napoléon Bourassa
Description de l'image Napoléon Bourassa Portrait.jpg.
Naissance
Saint-Jean-sur-Richelieu, Bas-Canada
Décès
Montréal, Drapeau : Québec Québec
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français

Napoléon Bourassa (91 octobre 1827- 24 août 1916) est un architecte, un peintre et un écrivain successivement bas-canadien, est-canadien puis québécois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de l'Acadie une municipalité qui fait aujourd'hui partie de Saint-Jean-sur-Richelieu, il étudie onze ans chez les sulpiciens au Collège de Montréal. En 1848, il fait un stage en droit avec Norbert Dumas mais choisit ensuite la peinture avec Théophile Hamel de 1850 à 1852.

Après avoir voyagé dans les villes européennes de Paris, Rome et Florence pour cheminer avec le peintre Johann Friedrich Overbeck, il épouse Azélie Papineau, fille de Louis-Joseph Papineau. Il installe son atelier d'art à Montebello en Outaouais. Sa femme lui donne cinq enfants et meurt en 1869.

Napoléon Bourassa fonde et dirige la Revue canadienne et il devient le vice-président de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal. Il habite alors sur 430 rue Bonsecours à Montréal[1].

Bourassa a eu de célèbres apprentis, dont Louis-Philippe Hébert, François-Édouard Meloche et Olindo Gratton. Il sculpte également le buste de son beau-père Papineau.

Il a notamment construit la chapelle Notre-Dame de Lourdes de Montréal ainsi que la chapelle de l'Institut Nazareth. Une de ses peintures les plus reconnues mais inachevée s'intitule L'Apothéose de Christophe Colomb.

En 1880, il fonde le musée des beaux-arts du Canada avec ses confrères artistes. Il est consulté en 1883 pour la construction de l'Assemblée législative du Québec. Il meurt le 27 août 1916 à Lachenaie (aujourd'hui Terrebonne) à l'âge de 88 ans.

Il est le frère de François Bourassa et père de Henri Bourassa, homme politique. Sa fille Adine publie ses correspondances en 1929. Le Fonds Napoléon-Bourassa de l'Université d'Ottawa est créé en son honneur.

Le fonds d’archives Famille Napoléon Bourassa est conservé au centre d’archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[2]. À l'occasion la galerie L'Art français expose ses œuvres[3].

Œuvres architecturales[modifier | modifier le code]

Louis-Joseph Papineau
buste en bronze, 1873

Sculptures[modifier | modifier le code]

Bas-relief, profil de Louis-Joseph Papineau.
  • Profil en bas-relief de Louis-Joseph Papineau.
  • François Bourassa, père de l'artiste (1896),

Peintures[modifier | modifier le code]

  • Les Petits Pêcheurs (vers 1865), huile sur toile, Musée national des beaux-arts du Québec.
  • La Déposition de Croix (1866-1867), huile sur toile, 180,50 × 241,20 cm ; originellement à la chapelle du Bon-Pasteur, à Montréal ; offerte ensuite au Grand Séminaire de Montréal[4].
  • La Peinture mystique (1896-1897), huile sur bois.
  • Autoportrait avec sa femme, en deux médaillons
  • L'Apothéose de Christophe Colomb (1905-1912)

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Jacques et Marie, souvenir d'un peuple dispersé, roman historique publié en 1866[5]
  • Nos grand'mères, 1887
  • Mélanges littéraires, 1889
  • Lettres d'un artiste canadien, 1929

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Le Moine, Napoléon Bourassa, l'homme et l'artiste, Ottawa, éditions de l'Université d'Ottawa, 1974.
  • Rétrospective en 2012 : Napoléon Bourassa. La quête de l'idéal, musée national des beaux-arts du Québec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]