Symphonie nº 13 de Chostakovitch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Babi Yar

Symphonie no 13
en si bémol mineur
Opus 113
Babi Yar
Genre Symphonie
Nb. de mouvements 5
Musique Dmitri Chostakovitch
Texte Evgueni Evtouchenko
Langue originale russe
Effectif basse, chœur d'hommes et orchestre
Durée approximative environ 60 minutes
Dates de composition 1957
Création
Moscou
Interprètes Orchestre philharmonique de Moscou
Vitali Gromadski basse
chœur de l'Institut Gnessine
Kirill Kondrachine direction

La symphonie no 13 en si bémol mineur (op. 113, sous-titrée Babi Yar) de Dmitri Chostakovitch, pour voix basse, chœur d'hommes et orchestre, fut créée le à Moscou par l'Orchestre philharmonique de Moscou et le chœur de l'Institut Gnessine sous la direction de Kirill Kondrachine (après que Evgeni Mravinski eut refusé de diriger l'œuvre). Le soliste était Vitali Gromadski.

L'œuvre est composée de cinq mouvements :

  1. Adagio : Babi Yar
  2. Allegretto : Humour
  3. Adagio : Au magasin
  4. Largo : Peurs
  5. Allegretto : Une carrière

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la Symphonie n° 13
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses,

Bois
Petite flûte,

2 flûtes

3 hautbois (le troisième jouant aussi du cor anglais)

3 clarinettes si bémol (la troisième jouant aussi de la petite clarinette en mi bémol et de la clarinette basse en si bémol),

3 bassons (le troisième jouant aussi du contrebasson)

Cuivres
4 cors en fa,

3 trompettes en si bémol,

3 trombones,

tuba

Percussions
timbales, triangle, castagnettes, wood-block, tambour de basque, caisse claire, cymbales, fouet, grosse caisse, tam-tam, cloche, glockenspiel, xylophone, célesta, piano

Histoire[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

La symphonie présente des poèmes de Evgueni Evtouchenko sur le massacre de Babi Yar et autres violences antisémites y compris l'affaire Dreyfus, le Pogrom de Bialystok et la vie d'Anne Frank ainsi que d'autres textes. La symphonie fut composée alors que régnait la censure en Union soviétique et Nikita Khrouchtchev menaça de stopper l'exécution de l'œuvre. La création eut bien lieu dans des conditions dramatiques mais en 1965 Evtouchenko fut contraint de réécrire la première strophe de son poème pour proclamer que des Russes et des Ukrainiens non juifs avaient péri aux côtés des juifs à Babi Yar. La partition avec le texte original a été à nouveau publiée en 1970.

La création de l'œuvre fut mouvementée : Mravinsky ayant, à la surprise générale, refusé de diriger la première, c'est Kirill Kondrachine qui le remplace, alors qu'il a créé la Quatrième Symphonie du même Chostakovitch peu de temps auparavant (cette symphonie écrite en 1936 ne fut créée qu'en 1961, pour des raisons d'exécution et de son contenu difficilement tolérable par les autorités). Deux basses étaient pressenties pour chanter la partie soliste : Alexandre Vedernikov et Boris Gmyria. Le premier refuse, et le second accepte. Mais le jour de la générale, Gmyria reçoit l'ordre de quitter les répétitions pour être demandé au Bolchoï de toute urgence. Kondrachine s'emporte, car il sait que le Bolchoï compte suffisamment de basses pour se passer de Gmyria. Il se résout à engager la doublure, Vitaly Gromadsky. Après plusieurs recherches, on le trouve et la générale peut continuer. Le soir même, la tension est palpable, l'orchestre joue la symphonie Jupiter de Mozart en première partie. Lorsque chœur, soliste et chef arrivent sur scène et prononcent les premiers vers de Babi Yar, le public est frappé de plein fouet. À la fin de la symphonie, le succès est énorme et le public acclame le compositeur timidement assis dans le parterre d'orchestre.

version originale version remaniée
  • Je me sens un Juif
  • Ici je marche dans l'ancienne Égypte
  • Ici je meurs cloué sur la croix
  • Et maintenant j'en porte les plaies
  • Je deviens un cri gigantesque
  • Au-dessus de milliers d'hommes enterrés là
  • Je suis chaque vieux assassiné ici,
  • Je suis chaque enfant assassiné là
  • Ici je suis à la source de la fontaine
  • Ça me donne foi en la fraternité
  • Ici reposent les Russes, les Ukrainiens
  • Ensemble avec les Juifs sur cette terre
  • Je pense aux héros morts pour la patrie
  • Car ils ont barré la route au fascisme
  • Jusqu'au plus petit grain de poussière, elle est proche de moi
  • Dans ce qu'elle est et dans son destin

Création et réception[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

L'œuvre est fortement influencée par Mahler et Moussorgski.

Adagio : Babi Yar[modifier | modifier le code]

Allegretto : Humour[modifier | modifier le code]

Adagio : Au magasin[modifier | modifier le code]

Largo : Peurs[modifier | modifier le code]

Allegretto : Une carrière[modifier | modifier le code]

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Direction Orchestre Soliste Enregistrement Label Note
Barshai Orchestre symphonique de la WDR de Cologne 11-14 septembre 2000 Brilliant Classics (OCLC 233166247)
Haitink Chœur et Orchestre royal du Concertgebouw Marius Rintzler 1984 Decca (OCLC 30431273)
Jansons Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise Sergei Aleksaskin janvier 2005 EMI (OCLC 62191459)
Kondrachine Orchestre philharmonique de Moscou
Orchestre philharmonique de Moscou
Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise
Gromadsky
Arthur Eisen
Shirley-Quirk
20 décembre 1962
23 août 1967
18-19 décembre 1980
Russian Disc/Praga
Melodiya
Philips
Concert de création (OCLC 30665993 et 900481854)
Enregistrement officiel (OCLC 699164428)
Concert (OCLC 14967523)
Previn Orchestre symphonique de Londres Dimiter Petkov 5-6 juillet 1979 EMI (OCLC 820476173)
Rojdestvenski[1] Orchestre Symphonique de l'URSS Anatoli Safiulin 1985 Melodiya[2] (OCLC 23530194 et 49696932)

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Symphony No. 13 (Shostakovich) » (voir la liste des auteurs).

  1. Gennady Rozhdestvensky, le dernier des géants par Pierre-Jean Tribot (février 2012) sur resmusica.com.
  2. Lors de sa sortie ce disque a été distingué d'un « 10 » dans le magazine Répertoire no 124.

Articles connexes[modifier | modifier le code]