Mariss Jansons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mariss Jansons
Description de cette image, également commentée ci-après
Mariss Jansons en 2015.
Nom de naissance Mariss Arvidovitch Jansons
Naissance (76 ans)
Riga, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale Chef d'orchestre
Lieux d'activité Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam,
Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise
Collaborations Orchestre philharmonique d'Oslo, Orchestre symphonique de Pittsburgh
Formation Conservatoire Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg
Maîtres Hans Swarowsky,
Herbert von Karajan
Ascendants Arvīds Jansons

Répertoire

Symphonique et lyrique.

Mariss Arvidovitch Jansons, né le à Riga, est un chef d'orchestre d'origine lettone de citoyenneté d’abord soviétique, puis lettone.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère, d'origine juive, le met au monde en cachette (le grand-père maternel et l'oncle maternel de Mariss Jansons étant morts dans le ghetto de Riga). En 1946, son père Arvīds Jansons, chef d'orchestre, remporte le second prix d'un concours national et il est choisi en 1960 par Evgueni Mravinski pour devenir son assistant à l'Orchestre philharmonique de Leningrad, en remplacement de Kurt Sanderling, parti en Allemagne de l'Est pour diriger le Berliner Sinfonie-Orchester.

Quand sa famille rejoint le père Arvid Jansons en 1956, le jeune Mariss intègre le conservatoire de la ville, où il étudie le piano et la direction d'orchestre, bien que son père le pousse à continuer l'étude du violon. En 1969, il se perfectionne à Vienne auprès de Hans Swarowsky et à Salzbourg avec Herbert von Karajan[1].

En 1973, Mariss Jansons est nommé chef d'orchestre assistant à l'Orchestre philharmonique de Léningrad, Evgueni Mravinski étant le titulaire. En 1979, il devient directeur musical de l'Orchestre philharmonique d'Oslo avec lequel il enregistre et effectue de nombreuses tournées. En 1992, il est nommé premier chef invité de l'Orchestre philharmonique de Londres, puis directeur musical de l'Orchestre symphonique de Pittsburgh en mars 1997, succédant à Lorin Maazel.

En 1996, Jansons subit une attaque cardiaque alors qu'il dirige les dernières pages de La Bohème sur son pupitre à Oslo[2].

À l'automne 2003, sa santé retrouvée, il est promu chef d'orchestre principal de l'Orchestre symphonique de la Radiodiffusion bavaroise, succédant à nouveau à Lorin Maazel. En septembre 2004, il a également succédé à Riccardo Chailly au poste de directeur musical de l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, et ce juqu'en 2016.

Les 1er janvier 2006, 2012 et 2016, il dirige le célèbre concert du nouvel an à Vienne.

En 2013, il reçoit le prix Ernst-von-Siemens[3].

Il a fait de nombreux enregistrements dont l'intégrale des symphonies de Chostakovitch.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Pâris, Dictionnaire des interprètes et de l'interprétation musicale, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », , 4e éd., 1278 p. (ISBN 2221080645, OCLC 901287624), p. 428–429.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mariss Jansons » (voir la liste des auteurs).
  1. Colin Hughes, « Straight from the heart », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  2. Geoff Brown, « Brave heart », The Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  3. (de) Site de la fondation Ernst von Siemens (consulté le 15 janvier 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]