The New York Dolls

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
New York Dolls
Description de cette image, également commentée ci-après
Les New York Dolls en 2006.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Glam rock, protopunk
Années actives 19711977, 20042011[1]
Labels Mercury, Roadrunner Records, Atco, 429 Records
Site officiel www.nydolls.org
Composition du groupe
Membres David Johansen
Sylvain Sylvain
Earl Slick
Brian Delaney
Kenny Aaronson
Anciens membres Johnny Thunders
Jerry Nolan
Arthur Kane
Billy Murcia
Gary Powell
Rick Rivets
Blackie Lawless

New York Dolls est un groupe de rock américain, originaire de New York. Avec the Velvet Underground et the Stooges, ils sont l'un des premiers groupes de punk rock[2]. Il est d'abord formé en 1971 et dissout en 1977. En 1975, Thunders et Nolan quittent le groupe pour former The Heartbreakers. Le groupe se réunit de nouveau en 2004 et se sépare encore en 2011.

Le style musicale et les attitudes sont un condensé de glam rock. Le look, aussi important que la musique, est dans cette même lignée : perruques, travestissement et maquillage outrancier. Exemple typique de musiciens rock flirtant avec l'imagerie dérangée et réinventant les « Années folles », il est considéré comme un des groupes précurseurs du punk rock.

Biographie[modifier | modifier le code]

Première phase (1971–1977)[modifier | modifier le code]

The New York Dolls en 1973.

À l'origine, le groupe était composé du chanteur David Johansen, des guitaristes Johnny Thunders (John Genzale de son vrai nom) et Rick Rivets, lequel ayant été remplacé quelques mois plus tard par Sylvain Mizrahi (connu sous l'identité de Syl Sylvain), du bassiste Arthur « Killer » Kane et du batteur Billy Murcia. Ils choisissent le nom du groupe d'après le New York Doll Hospital (en français : l'hôpital de poupées de New York), un lieu où l'on répare les poupées, à côté du magasin tenu par l'oncle de Sylvain.

Leurs premières répétitions sont des reprises de grands artistes du rythm'n'blues : Otis Redding, Sonny Boy Williamson... Mais leur style propre (maquillage et tenues outrancières) est inspiré de l'avant-garde artistique du New York de l'époque, dont le plus fameux représentant est Andy Warhol et sa Factory. Leur première apparition sur scène remonte au réveillon de Noël 1971 et eut lieu dans un refuge de sans-abris : l'Endicott Hotel, puis ils se produisent au Mercer Arts Center devant un public encore assez restreint. C'est après une de leurs prestations que Marty Thau décide de devenir leur manager et leur organise une tournée en Angleterre où le groupe fait sensation en jouant en première partie des Faces. Mais la tournée est malheureusement écourtée du fait de la mort par overdose aux amphétamines du batteur Billy Murcia.

De retour à New York, le groupe engage Jerry Nolan. C'est à partir de cette époque que les concerts des New York Dolls deviennent des démonstrations frénétiques mêlant les musiciens aux spectateurs. Les New York Dolls enregistrent leur premier album éponyme (produit par Todd Rundgren) avec Mercury Records et livrent un disque aux nombreuses influences qui annonce la révolution punk rock (à cette période en 1973, en plein dans l'ère de la musique progressive). Mais leur premier album est un échec commercial, l'album n'atteint que la 116e place des charts américain et n'entre même pas dans les classements britanniques.

Le deuxième album, Too Much, Too Soon, est enregistré en 1974 avec Shadow Morton aux manettes. Il comporte son lot de grands titres (des compositions mémorables ainsi que des reprises) et affiche clairement la maîtrise du jeu de guitare de Thunders. Pourtant, devant le faible succès du disque (167e place dans les charts US), Mercury abandonne le groupe. Alors qu'ils sont en plein désarroi, les New York Dolls sont approchés par Malcolm McLaren (futur manager des Sex Pistols). Celui-ci se met en tête de relancer leur carrière (il les fait jouer devant un drapeau rouge et porter des tenues en cuir rouge de la tête aux pieds ), mais lors d'une tournée en Floride en mars 1975 Thunders et Nolan quittent le groupe et rentrent chez eux[3]. Seuls David Johansen et Syl Sylvain continuent avec d'autres musiciens en jouant au Japon en première partie de Jeff Beck.

Après la séparation du groupe, les musiciens poursuivirent une carrière en solo : Johnny Thunders fondera The Heartbreakers, David Johansen prendra plus tard le pseudonyme de Buster Poindexter, chanteur de cabaret, Arthur Kane participera aux Corpse Grinders, et enfin Syl Sylvain publiera deux albums.

Retour (2004–2011)[modifier | modifier le code]

The New York Dolls en 2006.

En 2004, New York Dolls se reforme à la demande de Morrissey qui s'occupe cette année-là de la programmation du Meltdown Festival. Ne restent que trois des anciens membres de la formation initiale : le chanteur David Johansen, le guitariste Sylvain Sylvain et le bassiste Arthur « Killer » Kane. Ils décident de continuer les concerts et projettent même un nouvel album afin que de nouvelles chansons alimentent ceux-ci. Mais la mort d'Arthur Kane, le , d'une leucémie, met un frein à leurs projets. Après quelques mois de deuil, les deux derniers survivants de la formation originale décident de reprendre les concerts.

Ils annoncent en juillet 2005 un nouvel album, One Day It Will Please Us to Remember Even This qui sort le , en France, sous le label Roadrunner Records, suivi d'une tournée mondiale avec la nouvelle formation (principalement la même depuis la réunion de 2004).

Le , New York Dolls sont retirés du lien-up de Roadrunner Records, après leur séparation avec le label. Ils jouent à l'O2 Wireless Festival de Hyde Park, à Londres, le 4 juillet 2008. Le 14 novembre 2008, leur producteur du premier album, Todd Rundgren, est annoncé pour leur prochain album. Quelques touches finale sont apportées à l'album au studio Rundgren[4]. L'album, Cause I Sez So, est publié le 5 mai 2009 chez Atco Records[5].

Le 1er mars 2011, lese New York Dolls sont annoncés en concert avec Mötley Crüe et Poison. Ils annoncent une nouvelle formation pour leur tournée, incluant le guitariste Earl Slick, et le bassiste Kenny Aaronson. En 2016, Earl Slick confirme la séparation du groupe : « Oh ouais, ça fait longtemps que c'est fini. Ca ne servait plus à rien de continuer. Vous savez, David préfère le Buster. Il est bon[1]. »

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 1977 : New York Dolls / Too Much Too Soon
  • 1977 : Very Best of New York Dolls
  • 1985 : Night of the Living Dolls
  • 1985 : The Best of the New York Dolls
  • 1987 : New York Dolls + Too Much Too Soon
  • 1990 : Super Best Collection
  • 1994 : Rock'n Roll
  • 1998 : Hootchie Kootchie Dolls
  • 1999 : The Glam Rock Hits
  • 1999 : The Glamorous Life Live
  • 2000 : Actress: Birth of The New York Dolls
  • 2000 : Endless Party
  • 2000 : New York Tapes 72/73
  • 2003 : Looking for a Kiss
  • 2003 : 20th Century Masters - The Millennium Collection: The Best of New York Dolls
  • 2004 : The Return of the New York Dolls - Live from the Royal Festival Hall 2004
  • 2006 : Private World - The Complete Early Studio Demos 1972-1973

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Live from the Royal Festival Hall 2004|Pre-crash condition - Morrissey presents the return of the New York Dolls - Live from the Royal Festival Hall 2004
  • 2005 : All Dolled Up
  • 2005 : Thunders Nolan and Kane - You can't put your arms around a memory
  • 2006]] : New York Doll - The Movie[6]
  • 2011 : Lookin' Fine on Television

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Bowie guitarist Earl Slick on his years with The Thin White Duke, working with Lennon and the making of Station To Station – Getintothis »,
  2. William R. Ferris, The Greenwood Encyclopedia of American Regional Cultures: The Mid-Atlantic Region, Greenwood Publishing Group, (ISBN 0-313-32954-0, lire en ligne), p. 349
  3. (en) New York Dolls' Sylvain Sylvain Remembers Malcolm McLaren - David Browne, Rolling Stone, 12 avril 2010
  4. « Roadrunnerrecords.com », Roadrunnerrecords.com (consulté le 15 juillet 2011).
  5. (en) Nydolls.org
  6. (en) New York Doll - The Movie sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :