Suffren (sous-marin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suffren.

Suffren (Q284)
Image illustrative de l’article Suffren (sous-marin)
Type Sous-marin nucléaire d'attaque
Classe Suffren
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire Direction générale de l'Armement (DGA)
Constructeur Naval Group[1]
Chantier naval Cherbourg-Octeville
Fabrication Acier
Quille posée
Lancement
Caractéristiques techniques
Longueur 99,5 mètres[1]
Maître-bau 8,8 mètres[1]
Tirant d'eau 7,3 mètres
Tirant d'air 8,4 mètres
Déplacement 4 650 t (surface)
5 300 t (plongée)
Propulsion 1 réacteur à eau pressurisée K15 de 150 MW

2 turbo-alternateurs
2 moteurs Diesel de secours SEMT Pielstick de 480 kW
1 pompe hélice (hydroréacteur)

Puissance 150 MW (réacteur) ; 10 MW (turbo-alternateurs)
Vitesse Supérieure à 23 nœuds (46 km/h) en plongée

14 nœuds (26 km/h) en surface

Profondeur 350 m (maxi)
Caractéristiques militaires
Rayon d'action Illimité, 70 jours de vivres
Carrière
Port d'attache Toulon[1]

Le Suffren est un sous-marin nucléaire d'attaque (SNA) français. Il est le navire de tête de la classe Suffren du programme Barracuda, deuxième génération de SNA de la Marine nationale. Mis à l'eau le à Cherbourg-en-Cotentin, il doit être livré à la Marine nationale en 2020 et son admission au service actif est prévue pour 2021.

Conception[modifier | modifier le code]

Le sous-marin est destiné à la protection de navires de surface comme le porte-avions Charles de Gaulle[2]. Il est aussi adapté au recueil de renseignements par ses nombreux capteurs acoustiques, optroniques et autres. Il n'a pas de périscope mais un mât optronique[2].

Le sous-marin peut pour la première fois déployer des nageurs de combat, qui disposent d'un mini-sous-marin embarqué[2], au moyen d'une valise sèche.

Le Suffren embarque des missiles de croisières, comparables à ceux qui équipent les Frégates multi-missions (FREMM), et qui peuvent frapper un objectif terrestre jusqu'à une distance de 1 000 km.

Silencieux, il est décrit comme ayant une discrétion presque 10 fois supérieure à la précédente génération de SNA[2].

Équipage[modifier | modifier le code]

Le Suffren est servi par un équipage de 63 marins (contre 70 marins sur la classe Rubis), pour un tonnage double de la classe Rubis.

Il est le premier sous-marin français « imaginé dès sa conception pour recevoir un équipage mixte » avec notamment des quartiers réservés aux femmes, du fait d'un habitacle plus large que les bâtiments de la classe Rubis[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première tôle du Suffren a été découpée le 19 décembre 2007[3].

Il a été dévoilé au public le à Cherbourg-en-Cotentin, avec trois ans de retard sur le programme intermédiaire, devant le président de la République française Emmanuel Macron et la ministre des Armées Florence Parly[1]. Il a été mis à l'eau le [4].

Les premiers essais en mer du sous-marin sont prévus pour début 2020[1], avant d'être livré peu après à la Marine nationale. L'admission du Suffren au service actif est prévue pour 2021[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f « Sous-marin nucléaire de nouvelle génération, le Suffren a mobilisé les sites Naval Group de Lorient et Brest », sur France Bleu (consulté le 10 juillet 2019).
  2. a b c d et e « Macron inaugure le Suffren, premier sous-marin conçu pour embarquer des femmes », sur Le Huffington Post, .
  3. Olivier Hertel, « Sous-marin Barracuda : 99 mètres de haute technologie », sur sciencesetavenir.fr,
  4. Margot Hairon, « Cherbourg. Le sous-marin Suffren a été mis à l’eau », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  5. Mer et Marine, Axel Roche, premier pacha du Suffren, 19 juillet 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]