Périscope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Principe général d'un périscope.
avec lentilles et prismes.

Le périscope, parfois appelé épiscope dans les chars de combat[1], est un instrument d'optique pour l'observation d'un objet distant sans être vu depuis celui-ci.

Principes et fonctionnement[modifier | modifier le code]

Dans sa forme la plus simple c'est un boîtier rectiligne qui comporte à chaque extrémité ouverte un miroir à 45 degrés. Les rayons lumineux entrant par l'extrémité objectif ressortent vers l'œil de l'observateur parallèlement mais décalés de la longueur du boîtier permettant ainsi :

  • de voir au-dessus d'une foule ;
  • à un tireur embusqué de tirer sur sa cible sans être vu lui-même.

Des compléments optiques (lentilles, prismes, véhicule) le complexifient pour en augmenter les performances et la manipulation :

  • à un sous-marin, à l'immersion périscopique, d'observer au-dessus du niveau de la mer dans laquelle il est immergé ;
  • à certains périscopes et aussi télémètres, binoculaires et articulés d'utiliser le principe périscopique horizontalement (derrière un arbre par exemple).

Certains périscopes, appelés rétroviseurs, permettent de voir, non pas devant, mais derrière (ils sont complétés, optiquement, d'un système de redressement de l'image).

Rudolf Gundlach (en) a inventé un périscope rotatif à 180° permettant cette utilisation en rétroviseur.

Depuis l'avènement du matériel vidéo et de la fibre optique, le périscope est souvent remplacé par une caméra (éventuellement haute définition) dans certains des cas décrits précédemment depuis le début du XXIe siècle pouvant être équipés de télémètre laser.

En 1998, l’essai en mer, à bord du HMS Trenchant (S91), du premier mât optronique CM10 de Thales est une première européenne. Les bateaux de la classe Virginia sont les premiers sous-marins construit sans périscope classique et équipés de mâts photoniques.[2]

Longueur maximal du mat périscopique : dix mètres.[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

,[5]. Ce dernier reçoit un prix de l’Académie des sciences[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Éditions Larousse, « Définitions : épiscope - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr (consulté le ).
  2. « Trois nouveaux mâts optroniques pour les SNA américains », sur http://www.defense.optronique.net, .
  3. (en) William Hovgaard, « The optical tube was invented by Marie Davy in 1854, and, as mentioned above, it was introduced in submarines already in the eighties », in Modern History of Warships, 1920, p. 316.
  4. Caroline Jouret, Histoires 14-18 : L'amiral Louis-Hippolyte Violette, inventeur du périscope, France 3 (Bourgogne Franche-Comté), .
  5. Marine nationale : Le prix Amiral Daveluy 2010 remis à David Plouviez pour sa thèse "De la terre à la mer...construction navale militaire française et ses réseaux économiques au XVIIIe siècle", Theatrum Belli, .
  6. H. G., « Savez-vous quel instrument utilisé pour la guerre fut mis au point par ce Bisontin ? », L'Est républicain, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]