Waterman (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waterman.

Waterman
logo de Waterman (entreprise)
Logo de Waterman
illustration de Waterman (entreprise)

Création 1883
Dates clés 2000 achat par Newell Rubbermaid
Fondateurs Lewis Edson Waterman
Action Société cotée au NYSE
Slogan Ideal Waterman
Siège social Paris
Drapeau de France France
Actionnaires Newell BrandsVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits Outils d'écritures, bijoux de luxe
Société mère Newell Rubbermaid
Sociétés sœurs Waterman S.A.
Filiales Parker (stylo)
Site web http://www.waterman.com/

Waterman est une entreprise qui fabrique des stylo-plumes.

Elle est fondée à New York en 1883 par Lewis Edson Waterman (1837-1901) sous le nom de The Ideal Pen Company. En 1888, elle devient L.E.Waterman Company. C'est son fondateur qui renouvela véritablement le stylo-plume (inventé en 1827 par Petrache Poenaru), bien qu'il y ait eu de nombreuses modifications au mécanisme depuis. Elle a baptisé son premier modèle The Regular.

Depuis 2000, Waterman appartient au groupe américain Newell Rubbermaid.

Historique[modifier | modifier le code]

Réclame dans un périodique français (L'Illustration, 1923)
2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Tout commence par la mésaventure d'un courtier en assurances vers 1880. Alors qu'il se préparait à faire signer un contrat très important à l'aide d'un porte-plume réservoir, l'affaire tomba à l'eau pour cause de jet d'encre. Au lieu de la signature du client, ce fut une mare d'encre qui recouvrit le contrat. Cette marée noire conduisit l'agent d'assurances Lewis Edson Waterman, dépité, à réfléchir à la conception d'un outil performant. Si les premières tentatives n'apportèrent que peu d'amélioration, il réussit après de nombreuses modifications à obtenir un modèle cylindrique constitué d'un canal de section carrée et de fines rayures situées sur le fond. Il déposa son brevet le 12 février 1884, date qui est reconnue aujourd'hui comme celle de la naissance du stylo. Ce brevet est à l'origine de la conception des conduits capillaires que l'on retrouve encore aujourd'hui sur tous les stylos à plume. Si l'inventeur de génie utilisa personnellement son premier stylo pour améliorer ses performances d'assureur, il découvrit rapidement que collègues et clients voulaient aussi posséder son invention.

Parure Waterman avec deux stylos signés Concorde.

L'industrie du stylo allait naître. Celle-ci commença par quelques bricolages sur une table de cuisine, qui permirent tout de même à 200 stylos en ébonite de voir le jour la première année. Puis sa production monta à 500 la deuxième année, et grâce à la publicité, les commandes dépassèrent toutes les espérances les années suivantes. La marque Waterman venait de prendre son envol.

Toujours aux États-Unis, d'autres sociétés telles que Parker et Sheaffer vont voir le jour. Georges Parker ou encore Walter Sheaffer sont eux aussi des inventeurs qui amélioreront la technique du réservoir ou encore le système de remplissage de celui-ci. On parle alors du conduit Lucky Curv de Parker en 1894 ou encore du premier remplissage à levier de Sheaffer en 1912.

Après plusieurs décennies de profits, le déclin s'amorça dans les années 1950. L'année 1954 sera fatidique pour Waterman aux États-Unis.

Cependant, dès 1926, Jules Isidore Fagard prit une licence Waterman pour la France, d'abord pour l'importation puis pour la fabrication. Ces stylos Waterman français étaient vendus sous la marque JIF-Waterman (JIF pour ses initiales). JIF-Waterman continua avec bonheur la fabrication après la fermeture de la société américaine. On lui doit l'invention du bloc plume et de la cartouche d'encre en verre (remplacée plus tard par du plastique) qui restera l'exclusivité de JIF-Waterman durant vingt ans et qui contribua à son grand succès. Au décès de Jules Isidore Fagard, la firme est gérée énergiquement par sa femme puis, en 1963, par sa fille Elsa Le Foyer.

En 1970, la petite-fille de Jules Isidore Fagard – Francine Gomez – reprend la direction de JIF-Waterman avec succès en renouvelant et diversifiant la gamme des stylos plume et même en se payant le luxe de racheter la marque Waterman américaine originelle (détenue à l'époque par le baron Bich). En 1971, la société JIF-Waterman devient Waterman S.A. et la marque « Waterman - Paris » est désormais gravée sur tous les stylos.

Pour le 100° anniversaire de la marque, en 1983, Waterman S.A. lance une nouvelle série de stylo plume de luxe dont le fleuron est le « Man 100 ». A cette date, Waterman est présent dans plus de 100 pays. C’est le premier fabricant de stylos plume européen et le troisième mondial.

En 1986, Francine Gomez vend les 52 % de ses parts qu'elle détenait avec sa mère et sa tante[1] à la Gillette Company, mais conserve la direction de la société. Deux ans plus tard, en désaccord avec la nouvelle stratégie de Gillette[2], elle quitte définitivement l'entreprise.

Années 2000[modifier | modifier le code]

En 2000, l'ensemble Waterman est racheté par le groupe américain Newell Rubbermaid, qui possède notamment les marques Dymo, Reynolds, Paper Mate, Waterman et Parker.

Le site Parker de Newhaven (Royaume-Uni) a fermé en 2011, et la production transférée en France à Saint-Herblain, à côté de Nantes, tout comme les cartouches d'encre.

En mars 2013, Newell Rubbermaid annonce le licenciement de 98 postes sur les sites de Valence, Saint-Herblain et Boulogne-Billancourt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]