Stephen Dwoskin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Stephen Dwoskin
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 73 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité

Stephen Dwoskin ( à New York, et décédé le à Londres) est un cinéaste américain. Il peut être présenté comme le réalisateur handicapé avant-gardiste de l'intime, l'un des talents les plus originaux du cinéma moderne[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

À l'âge de neuf ans, il est victime de la poliomyélite qui l'obligera à se déplacer avec des béquilles ou en chaise roulante. Il se forme au design à la Parsons School of Design et étudie à l'Université de New York.

Dwoskin découvre le mouvement du cinéma underground dès ses débuts à New York en 1959 autour de Jonas Mekas ou Ron Rice (en). En 1961, il tourne son premier film Asleep.

En 1964, il déménage à Londres. Il s'installa également à Hambourg où il fonda avec Werner Nekes la Hamburg Film Coop.

L'œuvre de Stephen Dwoskin se concentre sur le désir, les expressions faciales, le partage. Ses films sont, dans leur très grande majorité, basés sur la mise en relation entre le cinéaste et son modèle (en général des femmes qui se déshabillent). Son cinéma est clairement relié à sa sexualité de handicapé autofilmé. Le cinéaste tente, grâce à un regard d'entomologiste sans complaisance sur ses sujets-cobayes, de percer les apparences, mettre à nu (dans tous les sens du terme) ses modèles afin de révéler leurs fêlures, leur véritable personnalité, sous l'apparence du masque. Certains y décèlent du voyeurisme, du masochisme ou du sadisme. Ses femmes ont souvent un maquillage épais. Cette surcharge peut revêtir l'ensemble d'un corps et se rapprocher du happening.

Auteur d’une trentaine de films expérimentaux d’inspiration autobiographique, Dwoskin est connu pour son journal filmé.

Stephen Dwoskin a reçu un prix au festival EXPRMNTL de Knokke-le-Zoute en 1967 pour les quatre courts métrages présentés : Chinese Checkers (1963), Alone (1963-64), Naissant (1964) et Soliloquy (1964-67).

En 2005, il tourne Avant le début (Without women) avec le cinéaste belge Boris Lehman.

En 2006, la jeune réalisatrice galloise Claire Fowler réalise Portrait As… (16mm ; couleur ; 7' ; Royaume-Uni / France) un portrait de Dwoskin dans son environnement[2].

Cyril Neyrat écrit en 2007 à propos de Stephen Dwoskin : « L'évolution récente de Dwoskin n'est pas sans évoquer celle du dernier Pollet : invalide, souffrant de difficultés respiratoires, le cinéaste est condamné à tourner chez lui, entre les murs de son pavillon de Brixton, avec le plus léger des matériels »[3].

Un documentaire (Cinexpérimentaux Stephen Dwoskin) a été réalisé sur cet artiste en 2009 par Michel Amarger et Frédérique Devaux.

Le 25 mars 2013, dans le cadre d'une rétrospective, son film posthume Stephen Dwoskin is... est projeté en avant-première en France[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1961 : Asleep (18')
  • 1961 : American Dream (3')
  • 1963 : Alone (13')
  • 1964 : Naissant (14')
  • 1964 : Chinese Checkers (13')
  • 1964 : Soliloquy (8')
  • 1967 : Me Myself and I (18')
  • 1968 : Take Me (30')
  • 1968 : Moment (12')
  • 1969 : Trixi (30')
  • 1970 : To Tea (30')
  • 1970 : C-Film (30')
  • 1971 : Times For
  • 1972 : Jesus' Blood (Never Failed Me Yet) (30')
  • 1972 : Dyn Amo
  • 1973 : Tod und Teufel
  • 1974 : Behindert (Hindered) (TV)
  • 1974 : Laboured Party (20')
  • 1975 : Just Waiting (10')
  • 1975 : Girl (30')
  • 1976 : Kleiner Vogel (40')
  • 1976 : Central Bazaar
  • 1977 : Silent Cry
  • 1981 : Outside In
  • 1983 : Shadow from Light
  • 1986 : Ballet Black
  • 1988 : Further and Particular
  • 1990 : The Spirit of Brendan Behan (30')
  • 1992 : Face of Our Fear (52')
  • 1994 : Trying to Kiss the Moon
  • 1997 : Pain Is…
  • 2000 : Intoxicated by my Illness (part 1) (21')
  • 2001 : Intoxicated by my Illness (parts 1 & 2 Intensive Care) (41')
  • 2002 : Some Friends (apart) (25')
  • 2002 : Another Time (52')
  • 2003 : Dad (15')
  • 2003 : Dear Frances (18')
  • 2003 : Grandpere'pear (4'30)
  • 2003 : Lost Dreams (20')
  • 2004 : Visitors (28')
  • 2005 : Oblivion
  • 2006-2007 : Nightshots (33')
  • 2007 : The Sun and the Moon
  • 2012 : Age is...
  • 2013 : Avant le début (coréalisateur : Boris Lehman)

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1967 : Prix Solvay à EXPRMNTL 4 pour l’ensemble de ses films présentés au cours de la compétition (Chinese Checkers, Naissant, Soliloquy, Grande-Bretagne, 1965-1967).
  • 1982 : Prix de l'Âge d'or pour Outside In

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]