Stazzona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stazzona (homonymie).
Stazzona
Vue du village.
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Castagniccia
Intercommunalité Communauté de communes de la Castagniccia-Casinca
Maire
Mandat
Francis Raffalli
2014-2020
Code postal 20229
Code commune 2B291
Démographie
Gentilé Stazzonais
Population
municipale
40 hab. (2015 en diminution de 2,44 % par rapport à 2010)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 22′ 20″ nord, 9° 22′ 20″ est
Altitude Min. 309 m
Max. 581 m
Superficie 1,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Stazzona

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Stazzona

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Stazzona

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Stazzona

Stazzona est une commune française située dans le circonscription départementale de la Haute-Corse et le territoire de la collectivité de Corse. Le village appartient à la piève d'Orezza, en Castagniccia.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Stazzona se situe dans la pieve d'Orezza, au cœur de la microrégion de la Castagniccia, dans le parc naturel régional de Corse auquel elle a adhéré, dans son « territoire de vie » nommé Castagniccia.

Toponymie[modifier | modifier le code]

« A Stazzona » signifie la forge. Aujourd’hui marqué par l’exode rural, c’était autrefois le plus grand centre de fabrication d’armes de l’île.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le bourg de Stazzona, aujourd'hui habité par seulement 14 foyers, appelé à la grande époque des bains "Le petit Paris" était équipé de plusieurs hôtels, commerces, services de transports, casino et autres commodités. Pour compléter le manque d'établissements hôteliers et de restauration, la grande majorité des habitants, avaient devancé les "Bed and Breakfast" en mettant à disposition des curistes d'Orezza leurs chambres et salles de séjour pour eux-mêmes intégrer les caves ou les greniers.

Les différents hôtels :

Ex-hôtel Villa

1 Hôtel ALITTI, le plus grand du bourg et le plus luxueux, appartenant à l'enseigne Paris Lyon Méditerranée (PLM) est situé à l'extrémité de la grande rue et surplombant l'ensemble des rues (quelques peintures murales en trompe-l'œil sont encore visibles sur la maison). Les propriétaires actuels ont conservé la cuisine et quelques espaces communs (salle de restauration et salons) comme à l'époque des bains.

2 Hôtel FILIPPINI, la situation est unique sur la grande place à l'entrée du village. Des écuries-remises et WC perfectionnés, guides et chevaux pour l'excursion de San Pietro, cuisine soignée, chambres confortables, ouvert toute l'année en font sa réputation selon le guide Conty (1910)

3 Hôtel VILLA, avec un service de cars privé tenu par le frère Jean Paul VILLA appelé "La Ligne" assurant alternativement avec le service de cars François MARCHAELLI de Piedicroce la liaison Piedicroce-Bastia et le service Postal.

4 Hôtel CASANOVA - BIAGGINI, tenu par trois sœurs et assurant un service de taxis.

5 VILLA GRANAJOLA, située sur la commune de Rapaggio, face au bourg de Stazzona, dominant les deux sources d'Orezza (supérieure et inférieure) était une propriété du Docteur Manfredi, médecin des eaux dont le cabinet se situait à l'endroit de la boutique actuelle de la source d'Orezza. L'importance de cette villa, ayant dans son enceinte une chapelle, peut laisser croire à un grand hôtel pouvant accueillir de nombreux curistes. Il n'eut pas cette fonction malgré peut-être quelques tentatives n'ayant pas abouti.

  • Le Casino :

Un casino aux jeux est situé dans un grand bâtiment où nous devinons encore des trompe-l'œil représentant des colonnes.

Les différents commerces et artisans :

  • Épicerie-bar, vin au détail
  • Boucherie : un lieu d'entrepôt et de vente de la viande
  • Station d'essence avec deux pompes située près de l'Hôtel Villa tenue par monsieur Jean Paul VILLA, en complément de la ligne de cars Piedicroce-Bastia.
  • Ancien apothicaire, Maison de notable de la Famille Pietri de vingt pièces habitables sur quatre étages côté jardin situé à l'entrée du bourg en direction de la source d'Orezza avec un four à pain et une fabrique de bougies au grenier pour l'usage domestique et religieux. Dans les pièces du rez-de-chaussée, dont les plafonds sont ornés de peintures génoises, avec des colonnes de même style, il reste l'ameublement de la pharmacie. Dans les pièces des étages, des plafonds décorés aux motifs floraux ou de l'ère industrielle (chemins de fer, bateau à vapeur…). Par la suite la pharmacie disparut[1].
  • Coutellerie : Stazzona a eu une grande réputation à l'époque contemporaine de Pascal Paoli, pour la fabrique d'armes et de couteaux, grâce à l'existence de forges.

Les différents services publics (certains encore visibles) :

1/ le lavoir municipal en bas de la place de l'hôtel VILLA et FILLIPINI

2/ l'école face à l'hôtel VILLA

3/ plusieurs fours à pain construits chacun pour servir le groupe de maisons

4/ moulins

5/ station de taxis

6/ maison de famille du juge de paix Pietri (avec possession d'un coffre) haute de trois étages située à la sortie de Stazzona avant la villa Saint-Michel.

7/ deux cimetières

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 François Raffalli    
mars 2008 en cours Francis Raffalli DVD Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2015, la commune comptait 40 habitants[Note 1], en diminution de 2,44 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
199 212 182 188 204 188 205 196 225
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
205 217 215 222 222 189 185 174 192
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
199 178 138 129 141 156 150 104 82
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
82 57 50 35 33 35 41 39 40
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de l'Annonciation
  • Fontaine avec vasques édifiée en hommage au marquis de Marbeuf

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Proverbes et citations de la commune[modifier | modifier le code]

« Hè megliu pane è cipolla in Moriani chè una mensa in la traditora Stazzona. » Traduction : Il vaut mieux du pain et de l’oignon à Moriani qu’una table servie à Stazzona, la traîtresse.

« Razza orezzinca guastarazza! » Traduction : Race Orezzinca, Race à part !

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Raulin, Georges Ravis-Giordani, L’architecture rurale française – Corse, Berger-Levrault, 1978, p. 130-133
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :