Sondra Locke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sondra Locke
Description de cette image, également commentée ci-après
Sondra Locke au festival de Cannes 1988.
Nom de naissance Sandra Louise Smith
Naissance
Comté de Madison
Alabama, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 74 ans)
Los Angeles
Californie, États-Unis
Profession Actrice
Réalisatrice

Sandra Louise Smith dite Sondra Locke, née le dans le comté de Madison en Alabama[1] et morte le à Los Angeles[2], est une actrice et réalisatrice américaine. Elle a notamment travaillé avec Clint Eastwood, dont elle a été la compagne et l'égérie pendant une quinzaine d’années.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Premières années[modifier | modifier le code]

Originaire d'Alabama[3], son père est un militaire qui avait quitté le foyer familiale avant sa naissance. Sa mère se remarie deux fois, dont le dernier époux Alfred Locke donne son patronyme à Sandra.

Lycéenne, Sondra Locke intègre la troupe théâtrale de son école et se lie d'amitié avec son camarade d'école Gordon Anderson. Très rapidement elle est attirée par le cinéma, auquel elle a consacré une bonne partie de ses loisirs, en tant que spectatrice. Ensemble, ils partent étudier à la Middle Tennessee State University de Nashville. Sondra Locke interrompt ses études pour suivre son ami parti à New-York pour tenter d'y faire carrière. Mais Gordon Anderson n'y perce pas, et les deux amis retournent au Tennessee. Bien que Gordon Anderson soit homosexuel, ils se marient en 1967. Le mariage ne sera jamais consommé, mais ils ne divorceront jamais[3].

Pour subvenir à leurs besoins, Sondra Locke travaille dans une chaîne locale de télévision, fait du doublage ou du mannequinat, court les castings. Son mari s'occupe à gérer la carrière de Sondra Locke. Elle se présente à un casting, pour le tournage d’une adaptation d’un roman de Carson McCullers : Le cœur est un chasseur solitaire. Après une première sélection, elle rencontre le réalisateur Robert Ellis Miller, puis est définitivement retenue, lors d’une dernière étape, pour interpréter le rôle de Mick Kelly. Son interprétation remarquée et poignante d’adolescente paumée et livrée à elle-même, lui vaut d'être nommée pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle. Elle admettra, par la suite, s’être laissée griser par le succès du film et les superficialités hollywoodiennes.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sondra Locke en 1974.

À Los Angeles, il lui faut attendre 1970 pour que Noel Black lui confie un rôle dans Cover Me Babe. Le film, mal accueilli par la critique, est un échec commercial.

En 1971, elle joue dans Willard, un film d'horreur inspiré du roman Ratman's Notebooks de Stephen Gilbert. Le film est un succès ce qui lui permet d’enchaîner le tournage de trois autres long-métrages, avant sa rencontre professionnelle et personnelle, avec Clint Eastwood.

En 1976, Clint Eastwood recrute Sondra Locke pour le film qu'il dirige: Josey Wales hors-la-loi (The Outlaw Josey Wales). « Je pense que ce qui lui a plu chez moi, c’est ma réputation d’être une femme un peu intellectuelle, artiste. Clint n’avait pas cette étiquette. »[3] Dès le début du tournage, ils deviennent amants malgré qu'ils soient chacun déjà marié.

Dès lors, elle va apparaître à 5 reprises dans les productions-réalisations de Clint Eastwood (L’Épreuve de force, Doux, dur et dingue, Bronco Billy, Ça va cogner et Le Retour de l'inspecteur Harry), mais aussi celles de différents réalisateurs, tout en collaborant à des projets de télévision tel Rosie : The Rosemary Clooney story de Jackie Cooper, une évocation de la célèbre chanteuse de country-music, tante de George Clooney.

En 1985, elle passe derrière la caméra et réalise Ratboy (sorti l’année suivante), assistée par la société de production d'Eastwood, Malpaso. Cette parabole sur la différence est bien accueillie par la critique mais est un échec public. Elle renouvelle l’expérience en 1990 avec Double jeu, qui n’a pas le même succès. Après la séparation brutale et houleuse d’avec Clint Eastwood (allant jusqu'à des poursuites judiciaires médiatisées pour obtenir le partage des biens de l'ancien couple), et de graves problèmes de santé, elle réalise à nouveau un film et un téléfilm dans les années 1990 et ne fait plus que des apparitions épisodiques devant la caméra. Sondra Locke est sous contrat avec la Warner, mais aucun de ses projets n’est accepté par le studio. Elle soupçonne Eastwood d’être le responsable de ce blocage professionnel et lui fait un procès en 1995. Les poursuites sont arrêtées à l’issue d’un arrangement financier.

Décès[modifier | modifier le code]

Sondra Locke décède le 3 novembre 2018 des suites d'un arrêt cardiaque lié aux cancers du sein et des os. Elle est inhumée au Westwood Village Memorial Park Cemetery. Ce qui n'est rendu publique que le 14 décembre 2018.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Productrice[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Sondra Locke a été citée pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle dans Le cœur est un chasseur solitaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Julia Jacobs, « Sondra Locke, 74, Is Dead; Oscar-Nominated Actress », sur The New York Times, (consulté le 22 décembre 2018)
  2. (en) « Sondra Locke, actor and former partner of Clint Eastwood, dies at 74 », sur The Guardian (consulté le 14 décembre 2018)
  3. a b et c Jean-François Rauger, « Sondra Locke, qui fut l’égérie de Clint Eastwood, est morte », Le Monde.fr, no 23000,‎ , p. 18 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Loup Passek, Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse, (ISBN 2-035-12307-0)
  • Bernard Rapp et Jean-Claude Lamy, Dictionnaire mondial des films : 11 000 films du monde entier, Paris, Larousse, (ISBN 2-035-12325-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]