Josey Wales hors-la-loi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Josey Wales hors-la-loi
Description de l'image The Outlaw Josey Wales Logo.png.

Titre original The Outlaw Josey Wales
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Philip Kaufman
Sonia Chernus
Musique Jerry Fielding
Acteurs principaux
Sociétés de production The Malpaso Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre western
Durée 135 minutes
Sortie 1976


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Josey Wales hors-la-loi (The Outlaw Josey Wales) est un film américain réalisé par Clint Eastwood et sorti en 1976.

Il s'agit d'un western très populaire aux États-Unis principalement, mêlant violence et tendresse, vengeance et amour[1].

Clint Eastwood, icône du western[2], est ici également réalisateur. C'est le deuxième western qu'il dirige, après L'Homme des Hautes Plaines (1973).

En 1977, le film est nommé à l'Oscar de la meilleure musique de film pour Jerry Fielding[3].

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la fin de la guerre de Sécession, Josey Wales cultive tranquillement son champ dans le Missouri quand des Jayhawkers du Kansas, pro-Union, surgissent, incendient son ranch, violent sa femme et massacrent sa famille. Une bande de partisans sudistes arrivant peu après, il la suit. Mais le Sud est vaincu et le sudiste Fletcher annonce une amnistie aux partisans qui déposeront les armes. En fait, c'est un piège : lors de la reddition, au moment où les partisans prêtent serment à l'Union, les nordistes les abattent à la mitrailleuse. N'en réchappent que Josey Wales, qui avait refusé de se rendre (il est très méfiant, ce qui lui sauvera la vie plusieurs fois), et un jeune franc-tireur blessé. Josey Wales ayant dans l'affaire massacré un gros paquet de Nordistes, sa tête est mise à prix. Un détachement nordiste commandé par Terrill et guidé par Fletcher (qui avait été trompé comme les autres mais connaît le tempérament vindicatif de Wales) le prend en chasse. Échappant aux battues, les fugitifs parviennent à traverser le Missouri puis à liquider deux imprudents qui espéraient les capturer et toucher la prime. Le jeune partisan meurt peu après et Josey Wales, se retrouvant seul, décide de se réfugier du côté du Texas.

En cours de route, il est rejoint malgré lui par un vieux chef indien philosophe dépossédé par Washington, puis une jeune indienne rejetée par sa tribu et traitée en esclave par un trafiquant que Josey Wales libère en abattant au passage deux trappeurs qui abusaient d'elle. Il est également rejoint par un chien galeux et par une vieille femme et sa famille dont le fils, qui fut l'un des irréguliers du Kansas et a été tué par les francs-tireurs sudistes, possédait un ranch magnifique au Texas. Juste avant cette rencontre, Josey Wales abat quatre Nordistes hésitants à l'abattre (car il est devenu le tireur le plus célèbre de l'Ouest) qui ont eu la malchance de croiser son chemin. Juste après il extermine toute une bande de comancheros venant de massacrer le convoi de la vieille dame. Celle-ci et sa petite-fille, Laura Lee, sont les seuls survivantes. Tout ce petit monde arrive donc à destination. Hélas, la ville est quasiment déserte (Josey Wales devra quand même encore y abattre un des deux chasseurs de primes qui l'y attendaient, le survivant ira chercher des renforts) car les habitants l'ont quittée à la suite de l'épuisement de sa mine d'argent ; ne reste qu'un saloon où il n'y a plus rien à boire, où le joueur professionnel fait des réussites et où l'entraîneuse n'entraîne plus personne. Le ranch au milieu d'une clairière, au bord d'une rivière, solidement construit, les attend. La vieille dame prend possession des lieux et pour la première fois chacun a un foyer. Wales parvient à conclure un accord avec les indiens Comanches voisins, et cela donne lieu à une jolie fête où Wales se laisse séduire par la douce Laura Lee. Bien qu'invité à rester, il préfère repartir. Mais Nordistes et chasseurs de primes, ayant uni leurs forces, l'attendent. Cette fois, cependant, Josey Wales sera aidé par tous ses compagnons devenus sa famille et la totalité de la troupe ennemie est exterminée. Terrill, le Nordiste qui avait attaqué la ferme de Josey Wales au début, parvient seul à s'enfuir mais Wales le poursuit et manquant de munition l'éventre avec son propre sabre.

Des Rangers du Texas et Fletcher, arrivés également au village, s'entendent raconter par les piliers du saloon que Josey Wales a été tué dans une rixe au Mexique. L'affaire est donc close pour les autorités. Quant à Fletcher, qui n'est pas dupe, il fait semblant de ne pas reconnaître Josey Wales et repart. La guerre est finie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

États-Unis :
France : [7]
  • Classifications :
France : tous publics[8]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le film est l'adaptation du roman The Rebel Outlaw: Josey Wales[4] de Forrest Carter (nom de plume d'Asa Earl Carter, ségrégationniste et membre du Ku Klux Klan). Mais Clint Eastwood l'ignore au moment de l'achat des droits, l'auteur se faisant passer pour un poète indien d'origine Cherokee.

Sonia Chernus se charge du scénario. Clint Eastwood investit son argent personnel pour acquérir les droits de l’œuvre de Carter[9]. Sonia Chernus est ensuite aidée dans sa tâche par Michael Cimino et Philip Kaufman. Ce dernier officie ensuite comme réalisateur (il sera renvoyé et remplacé par Clint Eastwood en cours de tournage).

Après quatre films pour Universal Pictures, Clint Eastwood travaille ici avec Warner Bros., un partenariat qui se maintiendra quasiment sur tous les films réalisés par l'acteur.

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Philip Kaufman a choisi Dan George, chef des Tsleil-Waututh, qui avait déjà joué dans Little Big Man (Arthur Penn, 1970). Cependant, le choix de Sondra Locke est validé par Clint Eastwood, contre l'avis de Philip Kaufman, qui était toujours au poste de réalisateur à ce moment-là[10].

Tournage[modifier | modifier le code]

Pahreah site, près de la rivière Paria dans l'Utah, où le film a été tourné.

Le tournage débute à la mi-[10]. Le début du tournage est marqué par le renvoi et le remplacement du réalisateur Philip Kaufman par Clint Eastwood, le [11].

« C'est moi qui l'avais engagé pour réécrire le script et le réaliser. Son travail de scénariste était excellent, mais au tournage il s'avéra que nos points de vue différaient totalement. J'avais investi mon argent personnel pour acheter les droits du livre, passé beaucoup de temps à développer ce projet, conçu une vision précise de ce que devait être le film. L'approche de Phil était sans doute fondée, peut-être meilleure, mais ce n'était pas la mienne, et je m'en serais voulu si le résultat n'avait pas correspondu à ce que j'espérais »

— Clint Eastwood, Positif[12]

Le renvoi de Philip Kaufman provoque l'indignation notamment à la Directors Guild of America, le syndicat professionnel des réalisateurs[13].

Le tournage a lieu principalement en Utah (Glen Canyon, Kanab, Paria), mais également en Arizona (lac Powell, Mescal, Old Tucson Studios), à Oroville (Californie) et dans le Wyoming[14].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement positives de la presse américaine à sa sortie. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 90% d'opinions favorables pour 41 critiques et une note moyenne de 7,9210[15]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 69100 pour 9 critiques[16].

Lors de sa sortie en salles en France, Josey Wales hors-la-loi est bien reçu par la critique[17].

Aux États-Unis, le film récolte 31 800 000 dollars au box-office[18]. En France, le film attire 378 827 spectateurs dans les salles[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1977, Jerry Fielding est nommé à l'Oscar de la meilleure musique de film - partition originale[19]. En 1996, le film est inscrit au National Film Registry.

Suite[modifier | modifier le code]

En 1986, l'acteur-réalisateur Michael Parks tourne une suite, The Return of Josey Wales, adaptée du roman Vengeance Trail of Josey Wales d'Asa Earl Carter. Michael Parks y incarne lui-même Josey Wales[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Josey Wales hors la loi », sur Allociné (consulté le )
  2. « Clint Eastwood : biographie courte, dates, citations », sur L'Internaute (consulté le )
  3. « Récompenses et nominations Josey Wales Hors La Loi », sur Allociné (consulté le )
  4. a et b Le roman original de Forrest Carter est d'abord publié en 1972 sous le titre The Rebel Outlaw: Josey Wales. Il sera réédité après le film sous le titre Gone to Texas.
  5. a et b « Josey Wales hors-la-loi », sur JP's Box-office (consulté le )
  6. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  7. Laurent Coudurier, « JOSEY WALES HORS-LA-LOI (THE OUTLAW JOSEY WALES) - CBO Box Office », sur www.cbo-boxoffice.com
  8. « Visas et Classification - CNC », sur CNC
  9. McGilligan, op. cit., p.257.
  10. a et b McGilligan, op. cit., p.261.
  11. McGilligan, op. cit., p.262.
  12. Entretien avec Clint Eastwood par Michael Henry, Positif, janvier 1985.
  13. McGilligan, op. cit., p.264.
  14. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  15. (en) « The Outlaw Josey Wales (1972) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  16. (en) « The Outlaw Josey Wales Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  17. http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/revues-presse/accueil-critique-films-eastwood/joseywales.html
  18. (en) Box-office US - Box Office Mojo.com
  19. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  20. (en) The Return of Josey Wales sur l’Internet Movie Database

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]