Socratea exorrhiza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les palmiers
Cet article est une ébauche concernant les palmiers.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations du projet correspondant.

Socratea exorrhiza, le palmier marcheur ou palmier à échasses, est une espèce de palmier de la famille des Arecaceae originaire des forêts tropicales humides d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Il se caractérise notamment par ses racines-échasses formant un cône soutenant la base du tronc.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Iriartea exorrhiza Mart. (1824).
  • Iriartea orbignyana Blume ex Mart. (1838).
  • Socratea elegans H.Karst. (1857).
  • Socratea orbignyana (Mart.) H.Karst. (1857).
  • Iriartea durissima Oerst. (1859).
  • Socratea durissima (Oerst.) H.Wendl. (1860).
  • Iriartea philonotia Barb.Rodr. (1875).
  • Socratea philonotia (Barb.Rodr.) Hook.f. in G.Bentham & Hook.f. (1883).
  • Socratea macrochlamys Burret (1930).
  • Socratea hoppii Burret (1931).
  • Socratea gracilis Burret (1940).
  • Socratea albolineata Steyerm. (1951)[1].

Description[modifier | modifier le code]

Socratea exorrhiza peut atteindre 20 à 25 mètres de haut, avec un diamètre du tronc de 12 à 16 cm. Il a des racines-échasses inhabituelles, de 2 mètres de long, dont la fonction a fait l'objet de discussions.


Il est communément admis que Socratea exorrhiza, avec son curieux système racinaire, peut se déplacer de l'endroit où il a germé, en faisant pousser ses racines sur un côté et en les abandonnant de l'autre. Certain l’appelle même "l’arbre qui marche" ! Beaucoup on dénigré cette capacité de déplacement[2].

Mais, en forêt primaire (Costa Rica), ceci est parfaitement observable. Il s’agit la plupart du temps d’une résistance aux chutes d’arbre ou de grosses branches, dans ce milieu très perturbé, qui provoque sur le Socratea exorrhiza, couché sous l’impact, une repousse de ses racines proche du point de contact, pour lui permettre de reprendre son ascension verticale en reprenant ainsi une assise plus stable.

Comment marche le Socratea exorrhiza

Même en l’absence de cet accident végétatif, la recherche de lumière peut, dans certain cas, expliquer des pousses de S.exorrhiza à l’horizontale avec une reprise de la verticalité sur une nouvelle embase de ses racines échasses, dès que les conditions de luminosité sont suffisantes pour satisfaire ses besoins chlorophylliens [3].


Les feuilles de ce palmier ont jusqu'à 2 mètres de long et forment une couronne bleu-vert. Celles qui sont exposées au soleil sont plus épaisses et ont davantage de trichomes et de stomates que celles qui poussent à l'ombre[4].

C'est une espèce monoïque. Les fleurs sont blanches. Les fruits à noyau ont un diamètre de 2 à 3 cm.

Distribution[modifier | modifier le code]

L'aire de répartition de Socratea exorrhiza s'étend de l'Amérique centrale (Costa Rica, Nicaragua, Panama) jusqu'au bassin de l'Amazone en Amérique du Sud.

Ce palmier a été introduit, entre autres, à l'île Maurice.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le tronc est utilisé dans la construction de maisons et d'autres structures. Généralement, le tronc est divisé longitudinalement avant de l'utiliser, mais il peut aussi être évidé pour en faire un tube.

La partie interne des racines aériennes est employée comme aphrodisiaque masculin[5]. Les racines sont également bouillies dans de l'eau pour préparer une infusion destinée à traiter l'hépatite[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Socratea exorrhiza », Royal Botanic Gardens, Kew: World Checklist of Selected Plant Families (consulté le 6 février 2012).
  2. Can 'Walking Palm Trees' Really Walk? in Live Science
  3. Socratea exorrhiza au Costa Rica - Le Palmier No 70 mars2012 -p. 13
  4. (en) Jose Araus et Kevin Hogan, « Leaf structure and patterns of photoinhibition in two neotropical palms in clearings and forest understory during the dry season », American Journal of Botany, jstor, Botanical Society of America, vol. 81, no 6,‎ , p. 726–738 (DOI 10.2307/2445651, JSTOR 2445651).
  5. « Rainforest Conservation ».
  6. « Useful Plants: Cashapona, Socratea exorrhiza », How Stuff Works (consulté le 6 février 2012).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :