État de Bolívar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

État de Bolívar
Blason de État de Bolívar
Héraldique
Drapeau de État de Bolívar
Drapeau
État de Bolívar
Le mont Roraima, tepuy protégé au sein du parc national Canaima.
Administration
Pays Drapeau du Venezuela Venezuela
Capitale Ciudad Bolívar
Gouverneur
Mandat
Ángel Bautista Marcano
Depuis 2021 (en cours)
Démographie
Population 1 413 115 hab. (2011)
Densité 5,9 hab./km2
Géographie
Superficie 23 800 000 ha = 238 000 km2
Localisation
Localisation de État de Bolívar
Liste des États du Venezuela

Bolívar est un État du Venezuela. Sa population s'élève à 1 413 115 habitants. Sa capitale est Ciudad Bolívar, mais la plus grande ville est de loin Ciudad Guayana avec près de 800 000 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Colonisation[modifier | modifier le code]

La province de Guyane, ici "Guayana" en espagnol, en 1810.

Pendant la période coloniale, le territoire fait partie de la province de Nouvelle-Andalousie (Nueva Andalucía, en espagnol), puis est annexé à la province de Guyane (provincia de Guayana, en espagnol) en 1777, année qui voit la création de la capitainerie générale du Venezuela par le roi d'Espagne Charles III.

Après l'indépendance de 1811[modifier | modifier le code]

Alors que l'indépendance de la Grande Colombie dont fait alors partie l'actuel Venezuela est proclamée en 1811, c'est en 1821 que l'État atteint sa plus grande superficie sous le nom de département de l'Orénoque avec pour capitale Angostura, sous le nom de Santo Tomás de la Nueva Guayana de la Angostura del Orinoco, l'actuelle Ciudad Bolívar.

À la séparation du Venezuela de la Grande Colombie, le département redevient province de Guyane jusqu'en 1854 quand celle-ci est rebaptisée province de l'Orénoque avec pour capitale Ciudad Bolívar, qu'elle garde depuis lors. En 1856, le territoire est découpé en deux avec la séparation de l'actuel État d'Amazonas alors « territoire fédéral d'Amazonas » puis la province de Guyane devient en 1864 l'État souverain de Guyane (Estado Soberano de Guayana en espagnol) à la suite de l'arrivée au pouvoir de Juan Crisóstomo Falcón pendant la guerre fédérale.

En 1881, il constitue l'une des neuf divisions territoriales de l'État vénézuélien sous le nom de Grand État de Bolívar, comprenant le Guyana voisin, devenu indépendant depuis et l'État d'Apure. En 1887, l'État de Delta Amacuro est créé de la division de l'État souverain de Guyane, puis en 1899 a lieu l'autonomisation de cette État et de l'Apure. C'est en 1901 et selon la nouvelle Constitution que l'État souverain de Guyane devient État de Bolívar, en hommage à Simon Bolívar, le héros et père de l'indépendance du pays, qui a échafaudé, à Angostura devenue Ciudad Bolívar, ses actions qui mèneront à l'indépendance des pays sous domination espagnole dont le Venezuela, la Bolivie, la Colombie, l'Équateur, le Panama et le Pérou.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales vénézuéliennes de 2017, les résultats sont publiés trois jours après le scrutin, portant au poste de gouverneur Justo Noguera Pietri, du parti socialiste unifié du Venezuela du président Nicolás Maduro. Son opposant Andrés Velásquez conteste les résultats en dénonçant des fraudes et dépose un recours devant le conseil national électoral[1], sans succès.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Milieux naturels et environnement[modifier | modifier le code]

Le Parc national indigène populaire Caura est créé en 2017. Espace vierge de 7,5 millions d’hectares (20 % de l’Etat du Bolivar), sept ethnies indigènes y vivent – Yekwana, Sanema Hoti, Pemón, Hivi (Guajibo), Eñepa et Kariñas. Le parc est considéré par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) comme la zone forestière humide protégée la plus grande du monde[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Transport routier[modifier | modifier le code]

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Démographie, société et religions[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Institut national de la statistique (Instituto Nacional de Estadística en espagnol), la population a augmenté de 16,32 % entre 2001 et 2011 et s'élève à 1 413 115 habitants lors de ce dernier recensement[3] :

2001[3] 2011[3]
1 214 846 1 413 115

Religions[modifier | modifier le code]

Administration et politique[modifier | modifier le code]

Subdivisions[modifier | modifier le code]

L'État est divisé en 11 municipalités[note 1] totalisant 38 paroisses civiles[note 2] et 7 sections capitales. La législation n'accorde pas le titre de paroisse mais de Sección Capital en espagnol, ou « section capitale » en français, à certains des territoires qui comprennent le chef-lieu de la municipalité ; ce territoire sera identifié dans ce présent tableau par le nom en italiques suivi d'une astérisque :

Municipalité Localisation Chef-lieu Nombre de
divisions
territoriales
(paroisses civiles
+ section capitale)
Paroisses civiles
et sections capitales *
(capitales)[4]
Population
(2001[3])
Population
(2011[3])
Bolivariano Angostura Venezuela - Bolívar - Angostura.svg Ciudad Piar 4
(3 + 1)
Barceloneta (La Paragua)
San Francisco (San Francisco)
Santa Bárbara (Santa Bárbara de Centurión)
Section capitale Angostura * (Ciudad Piar)
30 062 40 927
Caroní Venezuela - Bolívar - Caroní.svg Ciudad Guayana 11 Cachamay (Ciudad Guayana)
Cinco de Julio (Moruca)
Chirica (Ciudad Guayana)
Dalla Costa (Ciudad Guayana)
Once de Abril (Ciudad Guayana)
Pozo Verde (Pozo Verde)
Simón Bolívar (Ciudad Guayana)
Unare (Ciudad Guayana)
Universidad (Ciudad Guayana)
Vista al Sol (Ciudad Guayana)
Yocoima (El Rosario)
646 541 706 736
Cedeño Venezuela - Bolívar - Cedeño.svg Caicara del Orinoco 6
(5 + 1)
Altagracia (Las Bonitas)
Ascención Farreras (Santa Rosalía)
Guaniamo (El Milagro)
La Urbana (La Urbana)
Pijiguaos (Morichalito)
Section capitale Cedeño * (Caicara del Orinoco)
57 917 67 000
El Callao Venezuela - Bolívar - El Callao.svg El Callao 0 (aucune)[5] 17 410 21 769
Gran Sabana Venezuela - Bolívar - Gran Sabana.svg Santa Elena de Uairén 2
(1 + 1)
Ikabarú (Ikabarú)
Section capitale Gran Sabana * (Santa Elena de Uairén)
9 220 28 450
Heres Venezuela - Bolívar - Heres.svg Ciudad Bolívar 9 Agua Salada (Ciudad Bolívar)
Catedral (Ciudad Bolívar)
José Antonio Páez (Ciudad Bolívar)
Marhuanta (Ciudad Bolívar)
Orinoco (Almacén)
Panapana (San José de Bongo)
La Sabanita (Ciudad Bolívar)
Vista Hermosa (Ciudad Bolívar)
Zea (La Carolina)
292 833 342 280
Padre Pedro Chien Venezuela - Bolívar - Padre Pedro Chien.svg El Palmar 0 (aucune)[5] 12 194 15 488
Piar Venezuela - Bolívar - Piar.svg Upata 3
(2 + 1)
Andrés Eloy Blanco (El Pao de El Hierro)
Pedro Cova (El Manteco)
Section capitale Piar * (Upata)
89 410 98 274
Roscio Venezuela - Bolívar - Roscio.svg Guasipati 2
(1 + 1)
Salom (El Miamo)
Section capitale Roscio * (Guasipati)
18 831 21 750
Sifontes Venezuela - Bolívar - Sifontes.svg Tumeremo 3
(2 + 1)
Dalla Costa (El Dorado)
San Isidro (Las Claritas)
Section capitale Sifontes * (Tumeremo)
26 947 50 082
Sucre Venezuela - Bolívar - Sucre.svg Maripa 5
(4 + 1)
Aripao (Aripao)
Guarataro (Guarataro)
Las Majadas (Las Majadas)
Moitaco (Moitaco)
Section capitale Sucre * (Maripa)
13 481 20 359
Total Bolivar in Venezuela.svg 45 (38 + 7) 1 214 846 1 413 115

Organisation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Le pouvoir exécutif est l'apanage du gouverneur. L'actuel gouverneur est Ángel Bautista Marcano depuis le .

Photo Scrutin Période Nom du gouverneur Parti politique Résultat électoral Notes
Sin foto.svg 1989 1989-1992 Andrés Velásquez La Causa Radical 40.30 %
Sin foto.svg 1992 1992-1995 Andrés Velásquez La Causa Radical 63.36 %
Sin foto.svg 1995 1995-1998 Jorge Carvajal AD 49.41 %
Sin foto.svg 1998 1998-2000 Jorge Carvajal AD 50.84 %
Sin foto.svg 2000 2000-2004 Antonio Rojas Suárez MVR 63.68 %
Sin foto.svg 2004 2004-2008 Francisco Rangel Gómez MVR 58.85 %
Sin foto.svg 2008 2008-2012 Francisco Rangel Gómez PSUV 47.38 %
Sin foto.svg 2012 2012-2017 Francisco Rangel Gómez PSUV 43.53 %
Sin foto.svg 2017 2017 - Justo Noguera Pietri PSUV 49.09 %
Sin foto.svg 2021 Depuis le (en cours) Ángel Bautista Marcano[6] PSUV 42.10 %[6] Actuel gouverneur

Géographie électorale[modifier | modifier le code]

Vie politique[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Représentation nationale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Secteur primaire[modifier | modifier le code]

Secteur secondaire[modifier | modifier le code]

Secteur tertiaire[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Parmi les éléments d'intérêts touristiques, peuvent être cités le parc National Canaima, les chutes Angel, les tepuys du mont Roraima et de Sarisariñama, la formation végétale de la Gran Sabana, la communauté indigène de Kavanayen et la localité de Santa Elena de Uairen.

Impôts et taxes[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Événements culturels[modifier | modifier le code]

Média[modifier | modifier le code]

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. municipio, en espagnol
  2. parroquia, en espagnol

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Andrés Velásquez introdujo ante el CNE recurso para impugnar elecciones de Bolívar », sur panorama.com.ve (consulté le )
  2. Maurice Lemoine, « L’Arc minier de l’Orénoque, les « écologistes » et les mafias », sur www.medelu.org,
  3. a b c d et e « Estado Bolivar », sur Instituto Nacional de Estadística (consulté le )
  4. « División Político Territorial de la República Bolivariana de Venezuela », sur Instituto Nacional de Estadística (consulté le )
  5. a et b « División Político Territorial (DPT) de la República Bolivariana de Venezuela con fines Estadísticos », sur ine.gov.ve (consulté le )
  6. a et b (es) « Con 58,2% de abstención, el chavismo se lleva 20 gobernaciones, la MUD 2 y Fuerza Vecinal 1 », sur El Nacional (consulté en )

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]