Tercillat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint-Paul (Creuse))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tercillat
Tercillat
Château du Puy.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Creuse
Arrondissement Guéret
Canton Boussac
Intercommunalité Communauté de communes Portes de la Creuse en Marche
Code postal 23350
Code commune 23252
Démographie
Gentilé Tercillatois
Population
municipale
159 hab. (2016 en diminution de 3,05 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 32″ nord, 2° 03′ 18″ est
Altitude Min. 329 m
Max. 435 m
Superficie 13,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte administrative de la Creuse
City locator 14.svg
Tercillat

Géolocalisation sur la carte : Creuse

Voir sur la carte topographique de la Creuse
City locator 14.svg
Tercillat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tercillat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tercillat

Tercillat est une commune française située dans le département de la Creuse, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune, alors nommée Tercillac-et-Saint-Paul[1] porte, à compter de pluviôse an II, le nom de Tercillac-Lepeletier[2] (en hommage à Lepeletier de Saint-Fargeau) puis celui de Tercillac[3].

C'est à partir de l'an VIII (soit septembre 1799) que le nom de Tercillat est utilisé[4].

Le nom de la commune est Tercilhac en occitan.

Ses habitants sont appelés les Tercillatois[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    M. Rozier    
    Mme Alalinarde    
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Raymond Desjobert    
2008 En cours Colette Streicher-Trigoust PS Retraitée

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2016, la commune comptait 159 habitants[Note 1], en diminution de 3,05 % par rapport à 2011 (Creuse : -2,5 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
367321378413431526579581565
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
539506488554507548558594608
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
564566573530509503436439393
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
376322279225206200178175172
2013 2016 - - - - - - -
159159-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend du RPI[10] (regroupement pédagogique intercommunal) : Sazeray (Indre) - Vijon (Indre) - Vigoulant (Indre) - Tercillat.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château féodal, sur la place de l'Église, dépendait des seigneurs de Sainte-Sévère-sur-Indre et de la très riche abbaye de Déols près de Châteauroux (actuel département de l'Indre). À l'époque médiévale, Tercillat était une ville de 6 000 à 7 000 habitants[réf. nécessaire]. Au lieu-dit Viviers, ce château, commanderie des Templiers puis de l'Ordre de Malte, se composait de bâtiments conventuels — écurie, four, basse-cour, une enceinte fortifiée, des tours, des fossés noyés, un pont-levis, un logis de commandeur, une chapelle — flanqués de douves et de donjons ; il fut détruit à la Révolution et il n'en reste plus qu'une tour tronquée. Les terres du château devinrent, pour plus de 2 000 hectares, berrichonnes, et 500 m2 restèrent creusoises.

L'actuel château du Puy fut construit au XVIIIe siècle avec les pierres de ce château féodal, se trouve à une altitude de 407 mètres et est, avec ses 12 hectares de bois et ruisseaux, le lieu d'une entreprise artisanale et familiale de spectacles mis en scène par Jeanne, maître-artisan costumier.

Article détaillé : Château du Puy (Tercillat).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom relevé dans Archives départementales de la Creuse, paraphe du registre pour l'année 1792, p. 233.
  2. Nom du bulletin des lois de 1801 d'après EHESS-Cassini, avéré en tant que nom révolutionnaire sur Archives départementales de la Creuse, p. 6 à 22.
  3. Nom du bulletin des lois de 1801 d'après EHESS-Cassini, avéré en tant que nom révolutionnaire sur Archives départementales de la Creuse, paraphe du registre de mariages pour l'an IV, p. 23 (pluviôse an IV).
  4. Archives départementales de la Creuse, page de paraphe des décès de l'an VIII,p. 73.
  5. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr.
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Site de l'académie d'Orléans-Tours, Carte des communes sans écoles et regroupement pédagogique intercommunaux (RPI) lire (consulté le 18 août 2012).