Rue de Meaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

19e arrt
Rue de Meaux
Image illustrative de l’article Rue de Meaux
Rue de Meaux vers le no 125, au niveau de la rue Petit (à gauche) ; sur la placette ainsi délimitée entre ces deux rues et l'avenue de Laumière, présence d'une fontaine Wallace.
Situation
Arrondissement 19e
Quartier Villette
Combat
Début 8, place du Colonel-Fabien
Fin 108, avenue Jean-Jaurès
Morphologie
Longueur 1 150 m
Largeur 25 m
Historique
Création Avant le XVIIe siècle
Ancien nom Route de Meaux
Rue du Combat
Rue de la Voirie
Rue Notre-Dame
Géocodification
Ville de Paris 6151
DGI 6236
Géolocalisation sur la carte : 19e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 19e arrondissement de Paris)
Rue de Meaux
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Meaux
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Meaux est une voie située dans les quartiers de la Villette et du Combat, dans le 19e arrondissement de Paris

Situation et accès[modifier | modifier le code]

La rue de Meaux est une voie du 19e arrondissement. Longue d'environ 1,1 km, elle commence à la place du Colonel-Fabien et rejoint, en se dirigeant vers le nord-est, l'avenue Jean-Jaurès.

Transports

La rue de Meaux n'est desservie par aucune ligne de métro.

À une centaine de mètres maximum, du nord au sud, se trouvent les quatre stations suivantes :

Cinq lignes de bus croisent aussi la rue. Du nord au sud :

Une station Vélib' se situe face au no 53. Jusqu'en 2017, un groupe de « bornettes » était aussi présent face au no 69, dépendant de la station de la rue Lally-Tollendal.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie doit son nom au fait qu'elle était l'ancienne route de Meaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Le chemin qui deviendra la rue de Meaux longe le gibet puis la voirie de Montfaucon, qui sont localisés entre le bassin de la Villette et les Buttes-Chaumont en 1821.

Les sources officielles font remonter l'existence de cette voie au début du XVIIe siècle lorsqu'elle faisait partie de l'ancien chemin qui allait en direction de la ville de Meaux, en passant par le gibet et la voirie de Montfaucon. Le chemin est remplacé à partir de 1768 par le nouveau chemin de Meaux (l'actuelle avenue Jean-Jaurès)[1]. Elle a pris successivement le nom de « route de Meaux », « rue du Combat », « rue Notre-Dame » (1775), « ancien chemin de Meaux », « de la Voirie » et, depuis 1851, son nom actuel ; elle a été un tronçon de la route départementale no 25 de 1813 à 1851[1].

Bien que l'existence de cette voie remonte au XVIIe siècle, son lotissement s'est produit pour l'essentiel au XIXe siècle et n'a pas été affecté par les travaux d'Haussmann. Aussi son bâti garde-t-il la trace d'immeubles populaires et modestes.

Le 11 mars 1918, durant la première Guerre mondiale, les nos 98 et 100 rue de Meaux sont touchés lors d'un raid effectué par des avions allemands[2].
Le 26 avril 1918, un obus lancé par la Grosse Bertha explose au no 8 rue de Meaux[3].

La rue est coupée au niveau de la placette entre l'avenue de Laumière, la rue Petit et la rue de Meaux depuis son réaménagement à fin des années 1990.

À l'automne 2006, l'élargissement situé entre les nos 70 et 82, qui servait de parking de surface, a donné lieu à un réaménagement complet avec la création d'une contre-allée et d'un terre-plein et la plantation d'arbres.

De mai à , dans le cadre de la réhabilitation de la halle Secrétan, la rue est réaménagée au niveau des nos 53 à 59 : création d'une zone de vitesse modérée pour les voitures, pavage en granit de la chaussée et des trottoirs (élargis), plantation de trois arbres et création de 26 stationnements vélos, d'une zone de livraison et d'une place GIG-GIC.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Chalet en bois au no 103.
  • En face des nos 53 à 59 est situé le marché couvert Secrétan, érigé en 1868. Son entrée principale ouvre sur l'avenue Secrétan.
  • Au numéro 55, se trouvait le cinéma "Secrétan Palace" (1930 - 1972), devenu magasin de bricolage, dont il reste la balustrade caractéristique.
  • Au no 64, l'immeuble de logements réalisé par Renzo Piano a obtenu le prix de l'Équerre d'argent en 1991.
  • Aux nos 68 et 70 était implantée l'ancienne « entreprise générale d'engrais de vidanges et de produits chimiques » Fresnes et Cie (1889), précédemment Lesage et Cie et plus anciennement Richer et Cie (1847)[4], dont les voitures dites tonnes circulaient dans Paris la nuit et apportaient la matière collectée au dépotoir[5]
  • Au no 80, l'église Notre-Dame-de-l'Assomption des Buttes-Chaumont a été construite en 1960.
  • Au no 103 se trouve le dernier chalet alpin de Paris, datant du XIXe siècle et quelque peu décalé avec l'architecture de la capitale. Deux fenêtres, à l'étage, donnent sur un large balcon.

Sur le tracé de la rue de Meaux figurent plusieurs fontaines Wallace, respectivement aux nos 106 et 125 et sur la placette formée par les rues de Meaux, Armand-Carrel et Lally-Tollendal. Cette placette a fait l'objet d'une rénovation entre 2016 et 2020 dans le cadre du budget participatif de la Ville de Paris[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997, etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), t. 2, p. 117.
  2. Exelsior du 8 janvier 1919 : Carte et liste officielles des bombes d'avions et de zeppelins lancées sur Paris et la banlieue et numérotées suivant leur ordre et leur date de chute
  3. [bpt6k4605797h/f6.item lire en ligne] sur Gallica
  4. La Grande encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et des arts..., H. Lamirault et Cie, 1886, p. 146.
  5. Henry Bierzy, « Études sur les travaux publics : l'assainissement des fabriques et des villes », Revue des Deux Mondes (2e période), t. 69,‎ , p. 559 (lire sur Wikisource).
  6. « Aménager des places et placettes… », sur budgetparticipatif.paris.fr, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]