Patrick Berger (architecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berger (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Patrik Berger.
Patrick Berger
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (69 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Site web
[patrickberger.fr patrickberger.fr]
Œuvres réputées
La Canopée des Halles, Le Viaduc des Arts à Paris, le Siège de l'UEFA à Nyon, le Parc André Citroën à Paris, l'École d'architecture de Bretagne à Rennes, l’église Saint-Paul de la Plaine à Saint-Denis

Patrick Berger, né à Paris le , est un architecte français, il a reçu le grand prix national de l'architecture et est professeur honoraire à l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Biographie[modifier | modifier le code]

Architecte parisien[modifier | modifier le code]

Patrick Berger obtient son diplôme d’architecture à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1972.

Sa pratique du métier d’architecte débute par un stage à Warmbronn, dans l’atelier de l’architecte et ingénieur allemand Frei Otto[1]. Après une mission scientifique en ethno-architecture pour le CNRS et l’UNESCO au Népal, il rédige son doctorat en urbanisme, en 1977, sur la formation de la ville royale newar de Panauti. Il ouvre sa première agence d’architecture en 1974. Ses premières réalisations parisiennes de logements concrétisent ses réflexions théoriques sur la figure architecturale[2],[3],[4],[5]; l'immeuble du 53, rue Quincampoix (Paris 3e) est emblématique de cette période. Il est également l’auteur de la reconversion du Palace pour Fabrice Emaer qui lui confie, à la suite, plusieurs études pour des lieux de jour ou des salles de spectacle qui ne seront pas réalisés[6],[7].

Dans les années 1980, il poursuit ses recherches sur l'architecture comme signe construit, son caractère et ses effets dans l'espace public ou dans des sites naturels. Trois concours contribuent à asseoir sa notoriété Il réalise le Parc André-Citroën[8] et la transformation du viaduc de la Bastille qui devient le Viaduc des arts à Paris ainsi que l’École nationale supérieure d'architecture de Bretagne, où il repose, via les matériaux, l'origine et les fondamentaux du langage architectural[9].

C'est aussi pendant cette période qu'il mène une étude sur la réhabilitation du secteur romantique du cimetière du Père-Lachaise[10],[11].A l'occasion du bicentenaire de la Révolution française il réalise un monument commémoratif à Jean-Lambert Tallien. Il livre aussi deux monuments funéraires adossés à un mur de soutènement.

Son projet pour un monument de la communication au Japon est lauréat du concours de 1989. Les travaux débutent en 1994. Le monument en granite, bronze et verre repose sur l'idée d'un échange entre la Bretagne et l'île d'Awaji situées aux deux extrémités du continent euro-asiatique. Pour l'ouverture du chantier un bloc de granite de 2700 m³ est extrait à Roscoff et transporté et installé sur le site. Le projet est suspendu depuis le tremblement de terre du 17 janvier 1995 qui a affecté la baie d'Osaka-Tokyo.

Les années 1990 sont celles d'une diversité recherchée dans les programmes avec la réalisation, entre autres, du centre socioculturel Auguste Dobel, rue Philidor à Paris, de l’Hôtel d’agglomération de Rennes Métropole, d'une manufacture pour Hermès International dans les Ardennes et de la maternité Port-Royal requalifiant le site de l'Hôpital Cochin. Les projets pour le Musée du Moyen Âge à Chartres ou pour le Centre Ulug Beg de Samarcande se confrontent directement à des monuments historiques alors que La réalisation, en 1999, du siège de l’UEFA à Nyon en Suisse, « signe pur »[12], explore l'idée de retournement dans la notion de monumentalité[13]: le bâtiment tout en s'effaçant libère un point de vue inédit sur le lac Léman et le Mont-Blanc, souligné par la terrasse-parvis[14],[15],[16].

Il inaugure en 1994, à Nishiwaki (Japon), au croisement exact du 35° latitude nord et 135° longitude est, le Monument du centre géographique de Japon.

Plusieurs réalisations, parfois éphémères, dans des espaces historiques ou naturels caractérisent aussi cette période: la présentation des bijoux de V. de Castellane à l'Orangerie des Tuileries[17], Lux-Sonus pour les Leçons du Thoronet 2010[18] ou encore le parcours de Bornes milliaires réalisé en Bourgogne, entre Alésia et Sombernon[19].

Il dirige plusieurs études d’urbanisme comme le projet de reconfiguration de l’agglomération parisienne pour la candidature de Paris aux Jeux Olympiques 2008[20]. Il est expert scientifique entre 2007 et 2009 pour le projet du Grand Paris[21].

L’église Saint Paul de La Plaine s’inspire d’un symbole mathématique:. La nef, synthèse du plan basilical et du plan centré dessine une boucle qui se développe topologiquement en la courbe du symbole infini pour délimiter un jardin derrière l’autel puis se redéveloppe dans l’espace pour former la structure de l’église.[22],[23],[24].

La Canopée et la gare Châtelet-Les Halles, Paris

Lauréat en juillet 2007 du concours international pour le « carreau des Halles »[25], au cœur de Paris, puis de la consultation pour la restructuration de la gare souterraine Châtelet-Les Halles située en dessous (avec Jacques Anziutti), Patrick Berger conçoit une porte du Grand Paris emblématique pour le nouveau rôle métropolitain de ce site. Il la dessine comme une canopée dont la forme est déduite de la complexité du site et expérimente, à cet effet, une méthode de conception inspirée des morphogenèses dans la nature[26].

La Canopée, vue des toits de l'église Saint Eustache

Chercheur[modifier | modifier le code]

Parallèlement aux activités de l'agence, Patrick Berger se consacre à l’enseignement, dès 1978 (jusqu’en 2013), et à la recherche, notamment à l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, à partir de 1993, où ses travaux portent sur l'émergence de la forme et les représentations dynamiques des villes contemporaines[27]. Il expérimente dans ce cadre un prototype de modélisation de la dynamique de l'auto-organisation dans l'étalement urbain à l'aide de systèmes multi-agent[28]. Il a présenté ses travaux en 2012 dans le cadre du séminaire « Dynamiques urbaines et morphogenèse » organisé par le Collège d'études mondiales de la FSMH, le PUCA, l’EHESS et l'ENSAD[29]. Il explore dans ses derniers travaux les liens entre nature et culture et présente dans Animal? et l'exposition éponyme des planches comparatives entre les architectures humaines premières et des architectures animales.

Essais et dessins[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de plusieurs livres et essais sur l'architecture et la ville. Ses dessins et maquettes font partie, entre autres, des collections du Centre Georges-Pompidou à Paris, de l'Institut français d'architecture (IFA) et du Musée allemand d’architecture (DAM) de Francfort-sur-le-Main[30].    

  • « Animal ? » Patrick Berger co-édition Les Presses du réel (ISBN 978-2-84066-697-4) et les Presses polytechniques et universitaires romandes (ISBN 978-288915-051-9) 2014
  • « Lux Sonus » Patrick Berger, Les leçons du Thoronet 2010, ed. MAV PACA, 2010 (ISBN 978-2-95349481-5)
  • « Milieux » Institut Français d’Architecture, Paris France (catalogue) 2005
  • « Leçon inaugurale de l’École de Chaillot, Patrick Berger », 15 novembre 2005 in Conférences inaugurales. Catalogue Cité de l'Architecture et du patrimoine, Paris, 2006 (ISBN 2-916183-07-8)
  • « Formes cachées, la ville - Patrick Berger/Jean-Pierre Nouhaud » aux Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, EPFL - 2004
  • « Œuvres et Projets de Patrick Berger» Musée d’Art de Mendrisio, Suisse 1997
  • « Questions d'architecture» Leçon inaugurale du Pr. Patrick Berger, EPFL, Suisse, 1995
  • « La Figure architecturale, un enjeu esthétique » Patrick Berger avec Christian Eychène, École d’architecture de Saint-Étienne; rapport de recherche au bureau de la recherche architecturale - 1988
  • « Panauti, une ville royale au Népal » Patrick Berger - Vincent Barré - Laurence Feveile- Gérard Toffin, éditions Berger-Levrault, collection ethno-architecture, Paris, 1981

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • 2016 : La Canopée, rénovation du forum des Halles, Paris[31],[32]
  • Rénovation de la gare Châtelet-les-Halles, Paris (en cours)
  • 2014 : Église et maison d’église Saint-Paul-de-la-plaine à La Plaine-Saint Denis (93210) France[33]
  • 2012 : Pôle de périnatalité, Hôpital Cochin, Paris 14e
  • 2010 : Lux Sonus, Abbaye du Thoronet. Les leçons du Thoronet 2010
  • 2010 : La voie romaine, entre Alésia et Sombernon, Bourgogne, France
  • 2009 : Centre sportif Alfred-Nakache, rue Dénoyez, Paris 20e
  • 2007 : École de musique et de danse, Cluny, France
  • 2007 : Scénographie pour Victoire de Castellane, Dior Joaillerie, Orangerie des Tuileries, Paris
  • 2007 : Hôtel de Rennes Metropole, Rennes France[34]
  • 2003 : Manufacture des Ardennes pour Hermes International, Bogny-sur-Meuse France
  • 1999 : Centre socioculturel pour la RATP, site Philidor-Maraîchers, Paris 20e
  • 1999 : Siège de l’Union des associations européennes de football (UEFA), Nyon, Suisse
  • 1998 : Ateliers et logements d'artistes, 109-115 avenue de Flandre, Paris 19e
  • 1996 : Le Viaduc des Arts, avenue Daumesnil, Paris 12e[35]
  • 1994 : Le Monument du Centre Géographique du Japon, Nishiwaki, Japon
  • 1993 : Le dojo, Bretigny-sur-Orge, France
  • 1993 : Maison de l'Université de Bourgogne, Dijon, France
  • 1992 : Le parc André-Citroën, Paris, coauteur pour l’ensemble du Parc et auteur des grandes serres et serres sériels
  • 1992 : Monument commémoratif de Jean-Lambert Tallien, cimetière du Père-Lachaise, Paris
  • 1990 : L'École d'Architecture de Bretagne, Rennes
  • 1980 : Immeuble de six logements, 53, rue Quincampoix, Paris 3e
  • 1978 : Le Palace « lieu de plaisir » Paris 9e

Projets[modifier | modifier le code]

  • 2010 - 2014 : Siège de Novartis-pharma France à Rueil-Malmaison
  • 2005 : Le pavillon des oiseaux, Centre d'éthologie, Grancey, France
  • 2004 : Paris Jeux Olympiques 2012, projets, concours et études d’urbanisme
  • 2004 : Plaine de France, de l'étalement urbain, étude d’urbanisme sur la métropole parisienne
  • 2004 : Aménagement du secteur Tolbiac-Chevaleret, Paris
  • 2003 : Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille, France
  • 2003 : La métropole Lémanique, représentation d’une métropole contemporaine (EPLF-ENAC)
  • 2001 : Deux immeubles d’activités pour la Semapa, Paris, France
  • 2000 : Paris Jeux Olympiques 2008 "Appel à idées" Les Jeux olympiques redessinent Paris
  • 1999 : Le musée des arts premiers, quai Branly, Paris
  • 1998 : La passerelle Bercy-Tolbiac
  • 1994 : Le centre international médiéval de Chartres, France
  • 1991 : Le Théâtre de Blois, France
  • 1991 : Restructuration du centre historique de Samarcande; monument à Ulug Beg, Samarcande Ouzbékistan
  • 1990 : L’École des beaux-arts de la ville de Paris, France
  • 1989 : Le monument de la communication France-Japon, Awaji, Japon
  • 1982 : Reconversion de la péniche du Touring Club de France, un lieu de jour pour Fabrice Emaer, Paris

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Professeur honoraire EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne)
  • 2004 - Grand Prix national de l’Architecture
  • Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres
  • Chevalier de l’Ordre National du Mérite

Expositions/catalogues/publications[modifier | modifier le code]

  • 2016 « De la ciudad al museo. Arquitecturas parisinas 1945-2015 » Centro Pompidou Málaga, Málaga, Espagne
  • 2014 « Animal? »  Galerie Archizoom, EPFL, Lausanne Suisse
  • 2015 «Orienter les morphogenèses urbaines. Essai de modélisation » in «Morphogenèse et dynamiques urbaines - Les ateliers de morphologie EHESS-EnsAD» Ouvrages du PUCA (ISBN 978-2-11-138150-6)
  • 2010 « Lux-Sonus » Les leçons du Thoronet 2010, Abbaye du Thoronet France
  • 2010 « Les Halles, le nouveau cœur de Paris » Pavillon de l’Arsenal, Paris France
  • 2005 « Milieux » Institut Français d’Architecture, Paris France (catalogue)
  • 2002 « Patrick Berger » Galerie d’Architecture, rue des Blancs-Manteaux, Paris France
  • 1998 « Premises », Guggenheim Museum, New-York États-Unis
  • 1997 « Œuvres et Projets de Patrick Berger» Musée d’Art de Mendrisio, Suisse (catalogue)
  • 1988 « Emerging European Architects » Gund Hall Gallery, Université d’Harvard, États-Unis (catalogue)
  • 1987 « Three French Architects » 9 H Gallery, Londres Grande-Bretagne (catalogue)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. mentionné dans « Frei otto complete works lightweight construction natural design » edited by Winfried Nerdinger Architekturmuseum der Technischen Universitat München
  2. « patrick berger », sur encyclopedia universalis
  3. Philippe Trétiack, « Entretien avec Patrick Berger », Archtecturei intérieure créée, no 199,‎ , p. 84-89
  4. Jacques Lucan, « Patrick BERGER Architectures du silence », AMC, no 9,‎ , p. 61-69
  5. Patrick Berger et Christian Eychenne, « L'enjeu du Style », PAN OUEST,‎ , p. 54-55
  6. Interview par Paquita Paquin : Petit Déjeuner avec Patrick Berger, architecte parisien, 19 janvier 2012
  7. Roland Barthes, « Au Palace ce soir », Vogue Hommes, no 10, 1er mai 1978 (repris dans "Incidents", aux éditions du Seuil, 1987)
  8. (it+en) Marc Bédarida, « Parc André Citroën Tradizione francese e paradigma ecologico », Lotus, no 87,‎ , p. 6-31 (ISBN 88-289-0777-0)
  9. (fr+it) Patrick Berger, Œuvres Projets, Mendrisio, Académie d'architecture Université suisse italienne Mendrisio, , 110 p., Article "Retrouver l'évènement des sensations premières" de Jacques Lucan Page 7 § "Syntaxe et signifiant brut" Page 11
  10. Brisset Swanhild, ,, Quels lieux de mémoire?, École Nationale supérieure d'architecture de Normandie, 2005/2006, 75; p 39-41 p. (lire en ligne)
  11. « permis de construire », INA,‎ ([www.ina.fr/audio/00772378 lire en ligne])
  12. « 27 octobre au 24 novembre 1999 Patrick Berger architecte, Paris, professeur EPFL Exposition réalisée par l'Académie d'Architecture de Mendrisio et le Département d'Architecture de l'EPFL avec le soutien de l'UEFA », sur epfl/archizoom,
  13. Emmanuel Caille, « Dix façades, dix messages, le siège de l'UEFA cadre le paysage », sur Le moniteur.fr,
  14. « BERGER, Patrick, 2000 : Bâtiment de l’U.E.F.A., Nyon, Suisse », sur TRAAC.INFO,
  15. (de) « Der Architekt Patrick Berger in Lausanne Von der Geometrie zur organischen Form », NZZ,‎ (lire en ligne)
  16. (fr+it) Patrick Berger, Œuvres/Projets, Jacques Lucan/Retrouver l'évènement des sensations premières, Académie d'architecture Mendrisio / Skira, , 110 p., p.11- pp 100-103
  17. « Scénographie pour V. de Castellane, Dior », sur patrickberger.fr
  18. « Les leçons du Thoronet 2010 », sur architectes paca.org,
  19. « Bornes milliaires, Patrick Berger », sur Communauté de communes du pays d'Alesia et de la Seine,
  20. Patrick Berger/Jean Pierre Nouhaud, Formes cachées la ville, Lausanne, PPUR, , 219 p. (ISBN 2-88074-536-5), pp. 109-139
  21. « Patrick Berger, une autre vision de la ville », sur La métropole, un Paris d'avenir,
  22. Serge Cantat, « L'infini à Saint Denis », Image des mathématiques,‎ (lire en ligne)
  23. Tristan Cuisinier, « Un grand « huit », symbole infini de la nouvelle église de Saint-Denis », Batiweb,‎ (lire en ligne)
  24. Patrick Berger, ANIMAL?, Les presses du réel et PPUR, (ISBN 978-2-84066-697-4 et 978-2-88915-051-9), p.54-56 "Une église à Saint-Denis"
  25. Source : Libération du 2 juillet 2007
  26. « Patrick Berger, Canopée et coup de crayon », sur Le courrier de l'architecte,
  27. Patrick Berger / Jean Pierre Nouhaud, Formes cachées la ville, PPUR, (ISBN 2-88074-536-5), pp. 175-205
  28. Docteur Corinne Plazanet, Morphogenese de la métropole, Lausanne, EPFL/Chaire Pr. Patrick BERGER /Laboratoire UTA/Institut INTER /Faculté ENAC, , 159 p.
  29. « Séminaire : Dynamiques urbaines et morphogenèse », sur collège d'études mondiales, (consulté le 24 mars 2015)
  30. (de+en) Wilfried Wang und Annette Becker, DAM architektur Jahrbuch Architecture in Germany, Prestel, , 191 p. (ISBN 3-7913-2014-9), p. 21-26
  31. darchitectures.com
  32. (en) nytimes.com
  33. la-croix
  34. (en) openbuildings.com
  35. (en)architonic.com

Liens externes[modifier | modifier le code]