Jean Martin Petit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petit.
Jean-Martin Petit
Les adieux de Fontainebleau : Napoléon embrasse le général Petit (au centre).
Les adieux de Fontainebleau : Napoléon embrasse le général Petit (au centre).

Naissance
Paris
Décès (à 83 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de division
Années de service 1794-1847
Distinctions Baron de l'Empire
Grand croix de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 8e colonne.
Famille Grand-père de Julien Haton de La Goupillière

Jean-Martin Petit, né le à Paris, et mort le à Paris, est un général français de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Il s'enrôle dès qu'il a l'âge requis, et se rend à la frontière. Colonel en 1806, il se distingue dans tous les combats contre, les Prussiens et les Russes, et particulièrement au combat de Czarnanow. Nommé membre, puis officier de la Légion d'honneur, il est décoré en 1808 de l'ordre de Saint-Henri de Saxe.

Promu au grade de général de brigade le 28 juin 1813 et créé baron de l'Empire, Petit prend le commandement de l'un des corps de la Garde impériale, et fait la campagne de France, pendant laquelle il reçoit le 26 février 1814, la croix de commandeur de la Légion d'honneur à la suite de brillants faits d'armes.

Après les désastres de Paris, Napoléon Ier, ayant abdiqué, harangue les compagnons de sa gloire, et pressant avec émotion l'aigle de la Garde sur son cœur, il ouvre les bras au commandant de ce corps d'élite ; le général Petit s'y précipite et reçoit le baiser d'adieu solennel.

Le général Petit prête serment à la royauté, et le 25 juillet suivant, il reçoit la croix de chevalier de Saint-Louis ; mais au retour de Napoléon, le général Petit reprend sa place à ses côtés. Il se trouve à Waterloo en qualité de major au 1er régiment des grenadiers à pied de la Garde. Ce régiment est celui qui résiste à l'ennemi pendant la retraite, qui soutient les chocs les plus violents et qui combat le dernier. Le général Petit se montre brave au milieu de tant de braves.

La Restauration refuse au général Petit le titre de lieutenant-général que Napoléon lui a donné. Ce titre lui est restitué le 23 mai 1825. Remis en activité à cette époque, il est chargé du commandement d'une division militaire. Il est porté sur le cadre de retraite en 1847. Il est grand officier de la Légion d'honneur depuis 1835 et pair de France depuis le 3 octobre 1837. Il est par la suite commandant de l'Hôtel des Invalides sous les ordres de Jérôme Bonaparte.

C'est l'un des hommes de confiance de Napoléon Bonaparte. En avril 1814, lors de son abdication, il déclare dans la cour du château de Fontainebleau : « Je ne puis vous embrasser tous, mais j'embrasse votre général. Venez, général Petit, que je vous presse sur mon cœur ». [1]

Source[modifier | modifier le code]