Roman du terroir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les romans du terroir, fort présents de 1846 à 1945 dans la littérature de langue française au Bas-Canada (le Québec d'avant la confédération de 1867), avaient pour but de promouvoir la vie paysanne et l'agriculture en pleine période d'industrialisation débutante. Le clergé et l'État encourageaient ce type de littérature en espérant faire face à l'exode rural des Canadiens français au profit de Montréal et des usines textiles de la Nouvelle-Angleterre.

Description[modifier | modifier le code]

Les romans du terroir prônent quatre grandes valeurs : la terre (agriculture), la famille, la langue et la religion. Le terroir idéalise la vie terrienne. Ce type de roman est surtout axé sur la continuité, les traditions et la transmission des valeurs. Le roman du terroir a plus ou moins disparu à partir des années 1940 avec la parution des premiers romans urbains, dont Bonheur d'occasion de Gabrielle Roy et Poussière sur la ville d'André Langevin. Le roman de Germaine Guèvremont Le Survenant peut être considéré comme une œuvre de transition, abordant la vie agricole, certes, mais avec un grand souci de réalisme psychologique : nulle trace d'idéalisation du passé.

Des traces plutôt nostalgiques de cette tradition littéraire se trouvent même aujourd'hui chez certains écrivains québécois. De même, plusieurs romans ont été écrits en réaction contre cette tendance, en conservant le cadre rural mais en exposant le côté sordide de la vie dans les campagnes appauvries culturellement et économiquement. Parmi ces « anti-romans du terroir », on peut citer Trente arpents de Ringuet, La Scouine d'Albert Laberge et Une saison dans la vie d'Emmanuel de Marie-Claire Blais. Le roman Marie Calumet de Rodolphe Girard, bien que parfois considéré comme un roman typique du terroir, possède également plusieurs caractéristiques de l'anti-terroir. En effet, Girard se moque allégrement du clergé dans cette œuvre. Publié à compte d'auteur, il sera d'ailleurs condamné par ce dernier.

En , Les Nouvelles Histoires des Pays d'en Haut, Tome 1 est publié. Il s'agit de textes inédits, écrits par Claude-Henri Grignon, auteur de Un homme et son péché. Les textes ont été retrouvés dans divers endroits, tombés aux oubliettes. Ils ont été publiés une seule fois sous la forme de roman feuilleton en 1954 dans la revue Bonne Soirées. Bien qu'il s'agisse d'un roman-feuilleton, les textes ont été arrangés et assemblés par son petit neveu, Pierre Grignon, à la suite de leur redécouverte par le collectionneur Rosaire Fontaine. Un deuxième tome a été publié en 2014. Les livres parlent de la vie dans les Basses Laurentides, vers la fin du XIXe siècle. Il s'agit là des derniers romans du terroir à avoir été publiés au Québec. C’est un ajout qui peut être considéré comme une dernière addition à la tradition aujourd’hui défunte du roman du terroir.

Exemples[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aurélien Boivin, « Le roman du terroir », Québec français, n° 143, automne 2006, p. 32-37 (lire en ligne).
  • Janine Boynard-Frot, Un matriarcat en procès. Analyse systématique de romans canadiens-français, 1860-1960, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, « Lignes québécoises », 1982, 231 p.
  • David Décarie et Julien Desrochers. « Le roman de la forêt au Québec (1934-1947) ou la légitimation d’un espace marginal », Études françaises, vol. 57, n° 2, 2021, p. 155-174 DOI:10.7202/1078104ar.
  • Maurice Lemire, « De Marie Chapdelaine au Survenant : la littérature du terroir », Cap-aux-Diamants, n° 4, printemps 2001, p. 20-23 (lire en ligne).
  • Jack Warwick, « Un retour aux mythes de la terre ? », Études françaises, vol. 9, n° 4, novembre 1973, p. 279-301 (lire en ligne).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Livre:Lacombe - La terre paternelle, 1871.djvu - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  2. « Livre:Gérin-Lajoie - Jean Rivard, le défricheur, 1874.djvu - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  3. « Livre:Gérin-Lajoie - Jean Rivard, économiste, 1876.djvu - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  4. Firmin Boissin, « Jan de la Lune », dans Jan de la Lune, (lire en ligne), p. 1–8
  5. « Livre:Potvin - Restons chez nous!, 1908.djvu - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  6. « Livre:Hémon - Maria Chapdelaine, 1916.djvu - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  7. « Livre:Nantel - À la hache, 1932.djvu - Wikisource », sur fr.wikisource.org (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]