Roland Povinelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roland Povinelli
Illustration.
Roland Povinelli en 2007.
Fonctions
Maire d'Allauch

(44 ans, 7 mois et 6 jours)
Prédécesseur Jacques Gaillard
Sénateur des Bouches-du-Rhône

(5 ans, 11 mois et 29 jours)
Élection 21 septembre 2008
Groupe politique SOC
Vice-président du conseil général des Bouches-du-Rhône

(10 ans, 4 mois et 9 jours)
Président Jean-Noël Guérini
Conseiller général du canton d'Allauch

(16 ans, 8 mois et 2 jours)
Élection 29 mars 1992
Prédécesseur Maurice Bertrand
Successeur Richard Éouzan
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Marseille (Bouches-du-Rhône)
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Aubagne (Bouches-du-Rhône)
Nationalité Française
Parti politique PS
Profession Cadre administratif de Caisses d'Épargne

Roland Povinelli, né le à Marseille (Bouches-du-Rhône) et mort le à Aubagne (Bouches-du-Rhône)[1], est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

1975-2020 : maire d'Allauch[modifier | modifier le code]

Roland Povinelli, alors cadre administratif de Caisses d'épargne[2], est élu conseiller municipal d'Allauch le sur la liste d'Union de la gauche lors d'une élection complémentaire.

À la suite de la dissolution du conseil municipal, des élections anticipées sont organisées le , la liste Union pour l'Avenir d'Allauch conduite par Roland Povinelli et Bernard Monge remporte une majorité des suffrages. Le suivant, le conseil municipal élit Roland Povinelli, maire d'Allauch, qui succède à Jacques Gaillard. Il est réélu en 1977, 1983, 1989, 1990, 1995, 2001, 2008 et 2014.

Après plus de 40 ans de mandat à la tête de la ville d'Allauch, Roland Povinelli revendique plusieurs chantiers importants : la protection de 4 000 hectares de collines, le refus de deux autoroutes, le maintien d'un hôpital pour le canton, la réalisation d'un collège et en 2019 d'un lycée[3].

1977 et 1995 : conseiller régional[modifier | modifier le code]

1988 et 1993 : suppléant du député[modifier | modifier le code]

Roland Povinelli est suppléant d'Yves Vidal de 1988 à 1993 et de Bernard Tapie en 1993[4].

1992 - 1998 : conseiller général des Bouches-du-Rhône[modifier | modifier le code]

Roland Povinelli est conseiller général du canton d'Allauch de 1992 à 2008. Il est élu vice-président du conseil général des Bouches-du-Rhône à partir de 1998. Il démissionne en , à la suite de son élection au Sénat sur la liste conduite par Jean-Noël Guérini.

1999 : communauté urbaine et métropole[modifier | modifier le code]

En , la loi dite « Chevènement » modifie le paysage de l'intercommunalité en créant trois catégories d'établissements publics de coopération intercommunale (les communautés de communes, d'agglomération et urbaines). En , le conseil municipal de Marseille se prononce pour la création d'une communauté urbaine sur le périmètre de celui de la communauté de communes existante, à l'exception de trois communes ne remplissant pas les conditions de continuité territoriale.

Le , Roland Povinelli réunit un conseil municipal extraordinaire qui vote à l'unanimité une délibération refusant l'intégration d'Allauch dans la communauté urbaine. En , lorsque le préfet adresse le périmètre officiel de la nouvelle communauté urbaine, une nouvelle fois le conseil municipal se prononce contre.

En 2001, Roland Povinelli est élu vice-président de la Communauté urbaine Marseille Provence Métropole [réf. souhaitée].

De 2008 à 2014 : sénateur des Bouches-du-Rhône[modifier | modifier le code]

En 2008, Roland Povinelli est élu sénateur sur la liste menée par Roland Guérini.

Il y est membre du groupe socialiste et appartient à la commission des affaires étrangères et de la défense jusqu'au . Au Sénat, il s'avère être parmi les trois parlementaires les moins actifs du Palais du Luxembourg en raison de son absentéisme sur la session 2013-2014[5],[6].

Entre 2008 et 2012, Roland Povinelli est le signataire de près de 90 propositions de lois[7].

Durant cette même période, il est également l'auteur d'une dizaine de propositions de lois ou de résolutions relatives à la protection animale, à l'amélioration des règles de transmission de la déclaration d'intention d'aliéner, la possibilité pour une commune non enclavée de sortir d'une communauté urbaine, le renforcement des compétences des maires d'arrondissements, la suppression des quotas de promotion interne et les seuils démographiques dans la fonction publique territoriales ou encore le renforcement du statut de l'élu local. Il est enfin à l'origine de près de 80 questions écrites[7].

La liste du Parti socialiste, conduite par Samia Ghali, lors des élections sénatoriales de 2014, n'obtient pas assez de voix et malgré sa deuxième place, il n'est pas réélu, alors que la liste dissidente conduite par Jean-Noël Guérini obtient trois sièges.

Campagne municipale de 2020[modifier | modifier le code]

Le , il publie sa lettre de candidature[8]. Le , il publie un complément sur l'environnement[9]. Le , il se qualifie pour le deuxième tour[10].

Autres fonctions[modifier | modifier le code]

Il est également président de l'Union départementale des clubs UNESCO [réf. souhaitée] et vice-président de la Fédération des clubs Léo-Lagrange[réf. souhaitée][11]

Le , il meurt d'une crise cardiaque à 78 ans[1].

Affaires judiciaires[modifier | modifier le code]

2014 : campagne municipale et dépôt de plainte[modifier | modifier le code]

Durant l'élection municipale de 2014, Roland Povinelli est impliqué dans plusieurs polémiques. Le , le maire reçoit un membre du Front national. Ils discutent ensemble d'une possibilité de faire couler la candidature de José Gonzalez, le candidat FN pour la mairie d'Allauch. Le maire lui explique que s'il s'enlève de cette liste municipale, il pourra recevoir en récompense une place à la mairie avec un appartement de fonction[12],[13]. Le candidat FN a porté plainte contre le maire.

Par la suite, de nombreuses altercations interviennent entre Roland Povinelli et Lucie Desblancs. La candidate sans-étiquette accuse le maire de "corruption". Il dépose une plainte pour diffamation et dénonce le manque de transparence dans le parti de son adversaire[14].

À ce jour, deux autres affaires s'ajoutent. La plus ancienne parle de la mairie qui a émis un droit de préemption à propos d'une villa que Lucie Desblancs devait vendre à un particulier. Elle est relaxée[15].

La deuxième affaire se déroule lors d'un conseil municipal au cours duquel le maire a émis des critiques négatives et a appelé la femme politique par son seul nom de jeune fille "Cohen". La femme a alors déclaré que le maire insistait beaucoup sur sa judéité[16]. Cette affaire ressort en 2019 où Lucie Desblancs dénonce une spoliation des Juifs », une « désagréable impression de déjà vu » ou encore une « hérédité qui se prouve très facilement". Le maire lance une procédure d'atteinte à la mémoire des morts car elle ferait référence à son père. Le tribunal annonce une relaxe pour cette affaire mais le maire demande une somme d'argent en réparation[17],[18].

En 2019, Lucie Desblancs attaque en justice le maire pour harcèlement moral[19].

2015 : mise en examen[modifier | modifier le code]

Le , il est placé en garde à vue pour corruption, trafic d'influence et détournement de fonds publics. Ceci fait suite à une enquête sur l'octroi de permis de construire suspects, d'emplois de complaisance et d'avantages indus à son entourage et à des proches[20],[21],[22].

Le , il est mis en examen pour « abus de confiance, faux, utilisation privative de domaine public et détournement de fonds publics » et laissé en liberté contre le paiement d'une caution de 50 000 [23],[24].

À la suite des articles publiés par La Provence, le maire répond. Il dénonce « un complot policier ». Il clame son innocence. Il répond aux accusations lui reprochant d'avoir embauché sa belle-fille comme assistante parlementaire[25],[26]. Le parquet déclare que les activités de la belle-fille ne servent pas à seconder le maire dans son activité[22].

2019 : nouveau dépôt de plainte[modifier | modifier le code]

En , un journaliste de La Marseillaise dépose plainte à l'encontre du maire suite à des insultes et menaces de mort proférées téléphoniquement et enregistrées par le journaliste[27],[28]. D'autres hommes et femmes politiques critiquent le maire : il y a notamment Nora Mebarek ou encore François-Michel Lambert[28],[29].

Campagne municipale de 2020[modifier | modifier le code]

Lionel de Cala et une autre candidate reçoivent des lettres de menaces et des armes factices le . Ils déposent plainte pour intimidation. Ils pensent que cela vient de l'équipe de Roland Povinelli[30].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Roland Povinelli est marié et a deux enfants[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Roland Povinelli, le maire d’Allauch, est décédé », sur LaProvence.com, (consulté le 11 mai 2020)
  2. Rapide présentation des nouveaux élus au Sénat en 2008, sur communicationprg.over-blog.com
  3. « Bienvenue dans l’un des plus beaux villages de Provence », Allauch ACTUALITÉS,‎ m a g a z i n e n ° 113 • a v r i l 2 0 13 (lire en ligne)
  4. Législatives 1993 (Bouches-du-Rhône, 10e circonscription) : professions de foi du 2nd tour, (lire en ligne)
  5. « Assiduité dans l'hémicycle: des sénateurs fantômes » (consulté le 12 juin 2015)
  6. Sylvain Fournier, « Vincent Coulomb, ancien adjoint de Roland Povinelli : « Allauch tombe en déliquescence » - Journal La Marseillaise », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le 10 décembre 2019)
  7. a et b « Anciens sénateurs Ve République : POVINELLI Roland », sur www.senat.fr (consulté le 10 décembre 2019)
  8. « Lettre de candidature 2020 », sur Roland Povinelli, le blog, (consulté le 23 février 2020)
  9. « Allauch : l’écologie en action », sur Roland Povinelli, le blog, (consulté le 23 février 2020)
  10. Sabrina Testa, « Municipales à Allauch - Coup de tonnerre : Lionel de Cala devant Roland Povinelli », sur LaProvence.com,
  11. a et b « Article de la Provence du 9 février », sur Roland Povinelli, le blog, (consulté le 27 novembre 2019)
  12. « Le maire d'Allauch aurait-il tenté d'acheter un candidat FN en 2014 ? », sur France Bleu, (consulté le 11 juillet 2019)
  13. Sylvain Fournier, « [#Document] Quand le maire d'Allauch tente de torpiller la liste FN aux municipales et raconte la rencontre Tapie - Le Pen - Journal La Marseillaise », sur www.lamarseillaise.fr (consulté le 11 juillet 2019)
  14. « Plainte contre Lucie Cohen Desblancs », sur Roland Povinelli, le blog (consulté le 30 janvier 2019)
  15. « Une conseillère municipale d'Allauch relaxée pour ses travaux visés par une plainte du maire », sur Marsactu (consulté le 24 janvier 2020)
  16. « Dans les collines d'Allauch, le maire se paie la villa d'une opposante », sur Marsactu, (consulté le 12 mai 2020)
  17. « Le maire d'Allauch attaque en justice une opposante pour atteinte à la mémoire des morts », sur Marsactu (consulté le 7 octobre 2019)
  18. « Allauch : Lucie Desblancs relaxée dans le procès que lui faisait le maire Roland Povinelli », sur LaProvence.com, (consulté le 27 novembre 2019)
  19. « Allauch : une information judiciaire pour "harcèlement" ouverte contre le maire Roland Povinelli », sur LaProvence.com, (consulté le 27 novembre 2019)
  20. « Le maire d'Allauch en garde à vue », sur france3.fr,
  21. Philippe Pascot, “Du goudron et des plumes” : Délits d’élus Tome 2 : Essais : documents, Max Milo, , 320 p. (ISBN 978-2-315-00777-6, lire en ligne)
  22. a et b « La lourde charge du parquet contre le maire d'Allauch », sur LaProvence.com, (consulté le 27 novembre 2019)
  23. « Le maire d'Allauch mis en examen » (consulté le 12 juin 2015)
  24. Michel Samson, Marseille en procès : La véritable histoire de la délinquance marseillaise, La Découverte, , 196 p. (ISBN 978-2-7071-9515-9, lire en ligne)
  25. « Détournement de fonds publics : le maire d'Allauch Roland Povinelli réagit », sur LaProvence.com, (consulté le 30 janvier 2019)
  26. Marc Leplongeon, « Emploi fictif : l'ex-sénateur PS Roland Povinelli bientôt jugé », sur Le Point, (consulté le 30 janvier 2019)
  27. Audrey Kucinskas, « Je vais te crever : Menacé, un journaliste porte plainte contre le maire d'Allauch », (consulté le 9 avril 2019)
  28. a et b Olivier-Jourdan Roulot, « Nouvelles révélations sur le sulfureux Roland Povinelli, ex-ami de Bernard Tapie », sur Capital.fr, (consulté le 12 juillet 2019)
  29. « Nouvelles révélations sur le sulfureux Roland Povinelli, ex- ami de Bernard Tapie », sur Capital
  30. « Des candidats aux municipales menacés de mort, près de Marseille », sur www.20minutes.fr (consulté le 5 mars 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Samson, Marseille en procès, La véritable histoire de la délinquance marseillaise, La Découverte, 2017.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]