Risque industriel dans les Yvelines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Risque industriel dans les Yvelines
Carte des communes avec sites Seveso
Carte des communes avec sites Seveso
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Régimes de classement des établissements
(au 9 novembre 2019)
Enregistrement 118
Autorisation 161
Établissements sensibles
(au 9 novembre 2019)
Seveso seuil haut 7
Seveso seuil bas 7
Priorité nationale 23
IED-MTD[1] 41

Le risque industriel est un des risques majeurs susceptibles d'affecter le département des Yvelines (région Île-de-France, France). Il se caractérise par la possibilité qu'un accident industriel se produise au sein d’une installation classée pour la protection de l'environnement et occasionne des dommages plus ou moins importants aux personnes, aux biens ou à l'environnement sur le territoire départemental.

Quatorze établissements de statut Seveso sont dénombrés dans le département : sept « Seveso seuil haut » et sept « Seveso seuil bas ».

Un plan de prévention des risques technologiques a été mis en place afin de prévenir les risques aux abords du site concerné.

L'information de la population est faite via différents vecteurs. Le dossier départemental des risques majeurs (DDRM) recense à l’échelle d’un département l’ensemble des risques majeurs par commune, dont le risque industriel. Le dossier d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM) précise au niveau communal ces risques. Il est complété par le plan communal de sauvegarde qui définit l'organisation pour y faire face. Enfin, depuis 2006, l’information des acquéreurs ou locataires doit être faite sur les risques auxquels le bien immobilier est exposé.

Accidents industriels dans les Yvelines[modifier | modifier le code]

Contexte industriel[modifier | modifier le code]

Les installations industrielles les plus à risques sont des stockages souterrains de gaz (à Beynes et à Saint-Illiers-la-Ville), deux dépôts pétroliers (un à Gargenville et un à Coignières), la station d’épuration des eaux d’Achères, et un incinérateur de déchets dangereux sur le port de Limay. D’autres installations soumises à simple autorisation peuvent également présenter des risques pour les populations voisines, en raison 'effets (thermiques, de surpression, ou toxiques) qui pourraient sortir des limites de site. C’est le cas de la centrale thermique de Porcheville, des installations de traitement de l’eau potable (stockage de chlore), des silos de stockage de céréales, des sites de production et/ou de stockage de gaz ou des sites de production de chimie fine.

Pour des raisons historiques, une grande partie des installations industrielles du département est implantée en Vallée de Seine. Un secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles (SPPPI), le SPI Vallée de Seine, a été créé dès 1993 afin de mettre autour de la table les industriels, les associations de défense de l’environnement et les pouvoirs publics dont les élus locaux dans un souci de dialogue autour des sites industriels[2],[3].

Typologie des risques industriels[modifier | modifier le code]

Les générateurs de risques sont regroupés en deux familles[4] :

Tous ces établissements sont des établissements fixes qui produisent, utilisent ou stockent des produits répertoriés dans une nomenclature spécifique.

Les effets d’un accident industriel sont rangés en trois familles[4] :

Accidents récents[modifier | modifier le code]

Le département n’a pas été touché par des accidents majeurs tels que l’explosion de l’usine AZF de Toulouse en 2001 ou du silo de Blaye. Néanmoins, un certain nombre d’incendies importants ont eu lieu, notamment au stockage de gaz de Saint-Illiers-la-Ville en 1999 et à l’usine Dunlopillo en août 2012[5].

Connaissance du risque industriel[modifier | modifier le code]

Nombre de sites Seveso[modifier | modifier le code]

La directive Seveso distingue deux types d’établissements, selon la quantité totale de matières dangereuses sur site : les établissements « Seveso seuil haut » et les établissements « Seveso seuil bas »[6]. Les mesures de sécurité et les procédures prévues par la directive varient selon le type d’établissements (« seuil haut » ou « seuil bas »), afin de considérer une certaine proportionnalité[6].

Les autorités dénombrent 118 Installations classées pour la protection de l'environnement (ICPE) sous le régime de l'enregistrement[7] et 161 sous celui de l’autorisation[8]. Parmi celles-ci, quatorze relèvent du régime Seveso au 9 novembre 2019 : sept « seuil haut »[9] et sept « seuil bas »[10]. Ce décompte peut varier en fonction de l'évolution de l'activité des entreprises ou des efforts de réduction des risques à la source par les exploitants. Les quatorze sites Seveso sont les suivants :

Nom de l'établissement Commune Type d'activité IED Libellé Seveso Code s3ic et lien vers fiche
Siaap Achères OUI seuil haut 0065.06939
Storengy Sa Site De Beynes Beynes Entreposage et stockage non frigorifique NON seuil haut 0065.03162
Raffinerie Du Midi Coignières Entreposage et stockage non frigorifique NON seuil haut 0065.03232
Total Raffinage France Gargenville NON seuil haut 0065.03288
Sarp Industries Limay Traitement et élimination des déchets dangereux OUI seuil haut 0065.03322
Edf Porcheville Porcheville Production d'électricité NON seuil haut 0065.03464
Storengy Sa Saint-Illiers-la-Ville Commerce de combustibles gazeux par conduites NON seuil haut 0065.03496
Trapil Coignières Transports par conduites NON seuil bas 0065.03234
Seqens (Ex Pcas ) Limay OUI seuil bas 0065.03325
Air Liquide France Industrie (Usine) Limay Fabrication de gaz industriels OUI seuil bas 0065.03328
Paris Bedding Mantes La Jolie (Onival) Mantes-la-Jolie Fabrication de matelas OUI seuil bas 0065.03344
Air Products (Ex.Prodair) Maurepas NON seuil bas 0065.03370
Lindefrance Porcheville NON seuil bas 0065.03466
Goodman Rosny France Rosny-sur-Seine Location de terrains et d'autres biens immobiliers NON seuil bas 0065.09604

Nombre de sites émettant des polluants[modifier | modifier le code]

L’approche intégrée de la réduction de la pollution des installations classées consiste à réduire si ce n’est éviter les émissions dans l’air, l’eau, le sol, en prenant en compte également la gestion des déchets afin d’atteindre un haut niveau de protection de l’environnement dans son ensemble. Ce principe est valable en France pour toutes les installations classées[11]. Il existe dans le département des Yvelines 41 établissements rejetant des polluants relevant de la directive européenne n° 2010/75/UE du 24 novembre 2010 relative aux émissions industrielles (prévention et réduction intégrées de la pollution), dite directive IED[12], se répartissant sur 26 communes[13].

Gestion du risque industriel[modifier | modifier le code]

Plans de prévention des risques technologiques (PPRT)[modifier | modifier le code]

Conformément à la loi[Note 1], tout établissement « Seveso seuil haut » met en œuvre un plan de prévention des risques technologiques (PPRT), un document qui vise à résoudre les situations difficiles en matière d'urbanisme héritées du passé et à mieux encadrer l'urbanisation future. L'exploitant met en œuvre toutes les mesures de sécurité envisageables pour atteindre un niveau de risque aussi bas que possible, compte tenu de l'état des connaissances et des pratiques et de la vulnérabilité de l'environnement de l'établissement : on parle de réduction du risque à la source. Le PPRT comporte des dispositions pour les constructions exposées au risque[14]. Un PPRT est en vigueur dans les Yvelines : le PPRT autour du site RM[15].

Information préventive des populations[modifier | modifier le code]

Le droit à l'information générale sur les risques majeurs s'applique[16]. Chaque citoyen doit prendre conscience de sa propre vulnérabilité face aux risques et pouvoir l'évaluer pour la minimiser. Pour cela il faut se tenir informé sur la nature des risques qui menacent, ainsi que sur les consignes de comportement à adopter en cas d'événement (mairie, services de l'État).

En complément du dossier départemental des risques majeurs (DDRM), pour les communes concernées par l’application du décret 90-918 codifié[16], le préfet transmet au maire les éléments d’information concernant les risques de sa commune, au moyen de cartes au 1/25 000 et décrit la nature des risques, les événements historiques, ainsi que les mesures d’État mises en place (dossier TIM). Le maire élabore le Dossier d'information communal sur les risques majeurs (DICRIM). Celui-ci synthétise les informations transmises par le préfet, complétées des mesures de prévention et de protection dont le maire a connaissance. Le maire définit les modalités d’affichage du risque industriel et des consignes individuelles de sécurité[17].

Par ailleurs, les populations riveraines des sites classés Seveso seuil haut doivent recevoir tous les cinq ans une information spécifique financée par les exploitants, sous contrôle du préfet. Cette campagne, généralement appelée campagne PPI (Plan Particulier d’Intervention), doit notamment porter sur la nature du risque, les moyens de prévention mis en place, ainsi que sur les consignes à adopter[17].

Organisation de crise[modifier | modifier le code]

Acteurs[modifier | modifier le code]

En cas de crise grave, les acteurs compétents pour la mise en œuvre des secours sont :

  • L’industriel, qui dispose, pour tout incident ou accident circonscrit à l’établissement, de son Plan d’opération interne (POI) pour organiser le premier niveau de réponse face à l’évènement[18]
  • Le préfet, qui élabore le Plan particulier d'intervention (PPI) pour faire face à un sinistre dont les conséquences dépassent les limites de l’établissement[19]. Le préfet est alors directeur des opérations de secours. La finalité de ce plan de secours est de protéger la population voisine des effets du sinistre. Ce plan, annexé au dispositif ORSEC départemental, définit le rôle de chacun des acteurs du risque majeur en cas d’accident grave. Le PPI est obligatoire pour tous les établissements classés Seveso « seuil haut »[18].
  • Le maire qui, au niveau communal, est détenteur des pouvoirs de police et a la charge d’assurer la sécurité de la population. À cette fin, il prend les dispositions lui permettant de gérer la crise. En complément du secours aux personnes, le Plan communal de sauvegarde (PCS), quand il existe, permet au maire d’assurer le soutien et la sauvegarde de la population[18].

Alerte des populations[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Signal d'essai mensuel

En cas de phénomène naturel ou technologique majeur, la population est avertie par un signal d’alerte, identique pour tous les risques et pour tout le territoire national (sauf en cas de rupture de barrage). Ce signal est émis par les sirènes du système d'alerte et d'information des populations (SIAP). Les entreprises Seveso possèdent leur propre système d'alerte. Le déclenchement de l'alerte est décidé par le Préfet. Par ailleurs les moyens mobiles d'alerte (EMA) peuvent être utilisés de manière ciblée afin de compléter les mesures réalisées[5].

Consignes à appliquer en cas de crise[modifier | modifier le code]

Les consignes données par la préfecture en cas de déclenchement des sirènes d'alerte à la suite d'un accident industriel sont les suivantes[20],[5] :

  • Enfermez-vous : Entrez dans la maison ou le local le plus proche (si le nuage toxique vient vers vous, fuyez selon un axe perpendiculaire au vent). Un bâtiment constitue un écran efficace (sous réserve de se protéger des éclats de verre) entre vous-même et d'éventuels gaz toxiques. Il vous protège également contre les très fortes températures émises par une explosion ou un incendie. La rue constitue, par contre, le lieu le plus exposé aux dangers. Par ailleurs, des rues dégagées facilitent l'intervention des secours. Ne tentez donc pas de rejoindre vos proches. N'allez pas chercher vos enfants à l'école, ils y sont pris en charge.
  • Fermez portes et fenêtres : Obstruez soigneusement toutes les ouvertures. Arrêtez les ventilations. Un local bien clos ralentit considérablement la pénétration des toxiques. En cas de picotements ou d'odeurs fortes, respirez à travers un mouchoir mouillé. Évitez toute flamme ou étincelle. Ne fumez pas. Se laver en cas d’irritation et si possible se changer. Ne pas manger et ne pas boire de produits non conditionnés.
  • Écoutez France Bleu : En cas d'alerte, son antenne est mise à disposition de la préfecture afin de permettre la diffusion de messages à la population. Vous serez ainsi informé de la nature du danger et de l'évolution de la situation. Cette radio vous indiquera les consignes complémentaires à suivre pour mieux vous protéger. Ne téléphonez pas. Les lignes téléphoniques doivent rester à la disposition des secours. Tous les renseignements utiles vous seront fournis par la radio. D'autres radios sont conventionnées pour diffuser les messages d'alerte et d'information : France Inter, NRJ, RCF... Renseignez-vous auprès de la préfecture pour connaître leurs fréquences en fonction des secteurs concernés.

Respectez ces consignes jusqu'à la fin de l'alerte signalée par la sirène (son continu de 30 secondes) et confirmée par la radio. Aérez alors le local de confinement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Loi du relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Établissements relevant du chapitre II de la Directive n°2010/75/UE du 24/11/2010 relative aux émissions industrielles.
  2. Dossier départemental des risques majeurs, p. 63
  3. site officiel du SPI val de Seine
  4. a et b Ministère de la transition écologique et solidaire, « Le risque industriel », sur https://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  5. a b et c Dossier départemental des risques majeurs, p. 66
  6. a et b Ministère de la transition écologique et solidaire, « Établissements classés Seveso », sur le site dédié aux risques majeurs (consulté le 9 novembre 2019)
  7. « Nombre d'établissements relevant du régime de l'enregistrement », sur https://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  8. « Nombre d'établissements relevant du régime de l'autorisation », sur https://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  9. Ministère de la transition écologique et solidaire, « Nombre d'établissements Seveso seuil haut », sur le site dédié aux risques majeurs (consulté le 9 novembre 2019)
  10. Ministère de la transition écologique et solidaire, « Nombre d'établissements Seveso seuil bas », sur le site dédié aux risques majeurs (consulté le 9 novembre 2019)
  11. « La directive IED/IPPC et les meilleures techniques disponibles », sur http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/, (consulté le 9 novembre 2019)
  12. « Directive n° 2010/75/UE du 24/11/10 relative aux émissions industrielles (prévention et réduction intégrées de la pollution) (refonte) », sur https://aida.ineris.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  13. « Nombre d'établissements relevant de la directive IED », sur https://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  14. « Plaquette PPRT du ministère de l'Ecologie (4 pages) », sur https://www.acerib.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  15. « les PPRT dans les Yvelines », sur le site de la DREAL Île-de-France (consulté le 9 novembre 2019)
  16. a et b « Décret no 90-918 du 11 octobre 1990 relatif à l'exercice du droit à l'information sur les risques majeurs, pris en application de l'article 21 de la loi no 87-565 du 22 juillet 1987 relative à l'organisation de la sécurité civile, à la protection de la forêt contre l'incendie et à la prévention des risques majeurs », sur https://www.legifrance.gouv.fr/
  17. a et b « Maquette de DDRM », sur https://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 9 novembre 2019), p. 174
  18. a b et c « Maquette de DDRM », sur https://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 9 novembre 2019), p. 175
  19. « le plan PPI, c'est quoi ? », sur https://www.gouvernement.fr/ (consulté le 9 novembre 2019)
  20. « Les consignes à appliquer en cas d'accident industriel », sur le site de la préfecture de Seine-Maritime (consulté le 22 octobre 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Préfecture des Yvelines, Dossier départemental des risques majeurs, , 99 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]