Richard-Emmanuel Eastes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard-Emmanuel Eastes
Description de l'image Richard-Emmanuel_Eastes-1.jpg.
Naissance (48 ans)
Strasbourg
Nationalité Française
Pays de résidence Suisse
Diplôme
Doctorat en sciences de l’éducation (Université de Genève) et en philosophie (Université Paris 1), agrégation de sciences physiques (option chimie)
Profession
Responsable du développement pédagogique à la Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale, Directeur général de la société Segallis
Activité principale
Cadre de l’enseignement supérieur, consultant académique, conseiller scientifique
Autres activités
Auteur, conférencier, médiateur scientifique
Formation
Ecole normale supérieure de Lyon

Richard-Emmanuel Eastes, né le 4 juillet 1972, à Strasbourg en France[1], est normalien, agrégé de chimie[2],[3], docteur en sciences de l’éducation[1] et en philosophie[4],[5],[3].

Ancien enseignant à l’Ecole normale supérieure de Paris[5],[6],[7], il est actuellement responsable du Service d’appui au développement académique et professionnel (SADAP) de la Haute école spécialisée de Suisse Occidentale, ainsi que directeur général de la société Segallis[1] à Sorvilier, Suisse.

Médiateur scientifique, consultant et conférencier[1],[2], il a publié de nombreux articles et écrit ou co-dirigé plusieurs ouvrages sur la pédagogie, la science, la communication scientifique et les relations entre science et société[8]. Richard-Emmanuel Eastes vit en aujourd’hui à Sorvilier, dans le Jura bernois[1],[9].

Etudes[modifier | modifier le code]

Richard-Emmanuel Eastes est né d’un père ingénieur chimiste et d’une mère professeure de physique-chimie[1]. Après un magistère en sciences de la matière à l’Ecole normale supérieure de Lyon, il obtient en 1995 un DEA de chimie organique à l’Université Paris 6. Il effectue son mémoire de recherche dans le laboratoire du prix Nobel de chimie Jean-Marie Lehn au Collège de France[7]. Il obtient la même année l’agrégation de chimie[1],[10],[11] et est engagé à l’Ecole normale supérieure de Paris où il occupe plusieurs fonctions dans différents services et départements jusqu’en 2011[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Au sein de l’Ecole normale supérieure (Paris), après une expérience de recherche et d’enseignement de 5 ans au Département de chimie sous la direction de Christian Amatore, dont une année au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE) du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), Richard-Emmanuel Eastes assure la direction des concours scientifiques des trois ENS françaises de 2000 à 2005[10], avant de rejoindre le Département d’Etudes Cognitives de l’Ecole normale supérieure (Paris)[11], sous la direction de Daniel Andler puis de Richard Frackowiak.

En 2011, il reprend la direction de l’Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes, centre de culture scientifique de l’ESPCI Paris[11],[1],[8],[12],[6],[5],[13], où il collabore avec Matteo Merzagora[14], journaliste scientifique et expert en communication publique de la science. Ensemble, ils réorientent le lieu vers la présentation des enjeux de la science en société, en donnant une large place à l’expression des publics.

En parallèle, il soutient en 2013 une thèse de doctorat en sciences de l’éducation à l’Université de Genève (Laboratoire de didactique et d’épistémologie des sciences, sous la direction du professeur André Giordan) [12],[8] et en philosophie à l’Université Paris 1 (Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques, sous la direction de Jacques Dubucs)[12],[8]. Sa recherche, menée en collaboration avec Francine Pellaud[15], porte alors sur la modélisation des processus d’apprentissage, à l’interface entre didactique, philosophie et sciences cognitives.

En Suisse[modifier | modifier le code]

Le 1er septembre 2014, Richard-Emmanuel Eastes prend la direction de la Haute école pédagogique intercantonale de Berne, Jura et Neuchâtel (HEP-BEJUNE)[16],[17],[9],[18],[19],[20],[21]. Un an et demi plus tard, avec Francine Pellaud, professeure de la Haute Ecole Pédagogique de Fribourg (Suisse), il co-fonde la société Segallis[1],[2], spécialisée dans la formation, le conseil et la gestion de projets dans les domaines de la communication publique de la science et de l’ingénierie cognitive.

En mars 2018, il est nommé responsable du développement et de l’innovation pédagogiques à la HES-SO (Delémont)[1] dont il coordonne le centre de soutien à l’enseignement : le SADAP (Service d’appui au développement académique et professionnel)[2].

Il occupe en parallèle la fonction de partenaire académique et conseiller scientifique de la société Creaholic (Bienne), spécialisée dans les processus d’invention et d’innovation[2].

Contribution à la pédagogie[modifier | modifier le code]

Richard-Emmanuel Eastes est l’un des développeurs des techniques dites de « microchimie » en France et en Afrique de l’Ouest, qu’il a popularisées au travers de publications et conférences ainsi que d’un kit de microchimie commercialisé par la société Jeulin[22].

A la fin des années 1990, il fut également coordinateur des Olympiades internationales de chimie[23]. Sa thèse, soutenue en 2013, formalise et prolonge le travail d’élucidation des processus d’apprentissage qui fut conduit durant 30 ans par André Giordan et ses collaborateurs au sein du Laboratoire de didactique et d’épistémologie des sciences de l’Université de Genève. L’intérêt de son approche réside dans la représentation graphique des mécanismes impliqués dans l’apprentissage, facilitant ainsi leur appréhension par les enseignants de sciences[24].

En marge de son travail de doctorat, il a publié de nombreux articles sur les expériences contre-intuitives, la notion de compréhension en sciences, la formation des enseignants et la pédagogie universitaire.

Contribution à la vulgarisation scientifique[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Parallèlement à son parcours académique et pédagogique, Richard-Emmanuel Eastes co-fonde en 2002 avec Francine Pellaud et Catherine Bied l’association de médiation scientifique Les Atomes Crochus[6],[7],[11],[8]. Il la préside jusqu’en 2014[6],[11]. Au sein des personnages de la troupe, il incarne le Professeur Spatule[10], partenaire du clown Molécule. Il est également animateur et démonstrateur des conférences expérimentales Effervesciences, qu’il donne encore régulièrement à ce jour[25]. L’association intervient lors de festivals ou fêtes de science et explore une grande diversité de formes de communication scientifique, notamment au travers de spectacles de clown de science[6],[1], de contes scientifiques, de conférences expérimentales et d’animations telles que le « Cabinet des traumatismes scientifiques »[26].

En 2005, il fonde le groupe Traces, un groupe de réflexion et d’action sur la science, sa communication et son rapport à la société[6],[14],[11],[8], qui lance en 2010 le manifeste « Révoluscience » pour une médiation scientifique réflexive et responsable. Le groupe Traces organise les Journées internationales de l’Education scientifique (JIES) à Chamonix en 2011 sur le thème de « L’idée de nature dans la médiation et l’éducation scientifique » et en 2013 sur le thème des « Jeux dans la médiation et l’éducation scientifique »[27].

En Suisse[modifier | modifier le code]

En 2016, Richard-Emmanuel Eastes est élu président de l’association de médiation culturelle musicale Usinesonore, dans le Jura bernois[28].

En 2017, il lance un projet expérimental de montre en kit appelée « Noclock »[1],[29], en collaboration avec Paul Junod, ancien propriétaire de la marque Milus, et Elmar Mock, co-inventeur de la montre Swatch[1],[30]. La Noclock est composée de 12 pièces à assembler soi-même, chez soi ou dans un fablab[31],[1].

En juillet 2018, il organise le « Yakaton », une semaine de challenges scientifiques et techniques à destination des collégiens et collégiennes de Suisse romande, dans le cadre du domaine ingénierie et architecture de la HES-SO[32],[33],[34].

En 2019, avec le Réseau romand science et cité (Université de Lausanne), il lance « La Moulinette », outil de réflexion sur les pratiques de médiation scientifique qui s’adresse aux actrices et acteurs de la culture scientifique[35].

Vie publique et engagement militant[modifier | modifier le code]

Richard-Emmanuel Eastes est régulièrement invité et interviewé autour de ses projets[36],[37],[2],[38],[14]. Il rédige des articles et chroniques dans des médias tels que The Conversation[39],[40] ou le blog qu’il tient sur le site du Temps, dont certains sont repris dans la presse française (Slate, Le Point)[41],[42].

Depuis 2018, il promeut activement les travaux scientifiques relatifs à la situation climatique mondiale, ainsi que les recherches sur la production de l’ignorance, ou agnotologie, initiés par les historiens des sciences Naomi Oreskes, Erik M. Conway et Robert N. Proctor[43].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 3ème prix de l’innovation et de la créativité du Ministère de l’éducation nationale, 2009
  • Mention spéciale du jury du Festival du Scoop et du journalisme scientifique, 2006
  • Lauréat du Prix de la Division enseignement de la Société française de chimie, 2003

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Philosophie de la chimie, sous la direction de Richard-Emmanuel Eastes et Bernadette Bensaude-Vincent, éditions De Boeck Supérieur, 2020
  • Les scientifiques jouent-ils aux dés ?, sous la direction de Richard-Emmanuel Eastes et Bastien Lelu, éditions Le Cavalier Bleu, 2011[44]
  • La science en culture : le détour par l'art, sous la direction de Richard-Emmanuel Eastes, Groupe Traces et Les Atomes Crochus, 2011
  • Vers une agriculture choisie, de Richard-Emmanuel Eastes, éditions Le Cavalier Bleu, 2010[11]
  • Comment je suis devenu chimiste, de Richard-Emmanuel Eastes et Edouard Kleinpeter, éditions Le Cavalier Bleu, 2008[45]
  • L’épreuve de travaux pratiques de chimie à l’oral des concours, de Richard-Emmanuel Eastes, Valérie Prévost, Florence Daumarie, Thomas Zabulon, éditions Rue d’Ulm, 2002

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Climat, environnement, énergies : 30 idées reçues pour démêler le vrai du faux, ouvrage collectif, Le Cavalier Bleu, 2015
  • La chimie durable : au-delà des promesses, ouvrage collectif sous la direction de Laura Maxim, CNRS éditions, 2011
  • Current challenges in basic science education, éditions UNESCO, 2010
  • Dictionnaire Dixel, groupe Traces sous la direction de R.-E. Eastes, Le Robert, 2009
  • Comment enseigner les sciences : manuel de pratiques, sous la direction de F. Pellaud & A. Giordan, éditions Delagrave, 2008
  • Apprendre demain, sciences cognitives et éducation à l’heure du numérique, sous la direction de D. Andler & B. Guerry, éditions Hatier, 2008

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n et o « Richard-Emmanuel Eastes lutte contre les manipulations des révisionnistes du climat », sur Le Temps
  2. a b c d e et f « Sans faute », sur Radio RJB
  3. a et b « Quand la chimie se met au service du son », sur www.jeunepublic.ch
  4. « Une conférence au Club 44 pour percevoir positivement les erreurs », sur Arcinfo
  5. a b et c « Un nouveau recteur à la HEP BEJUNE », sur RFJ
  6. a b c d e et f « Des clowns pour faire passer la science », sur Le Monde
  7. a b et c « La drôle de science du Pr Spatule », sur L’Express,
  8. a b c d e et f « Richard-Emmanuel Eastes », sur Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques
  9. a et b « Un nouveau recteur de choc habitant Sorvilier pour la HEP-BEJUNE », sur Journal du Jura
  10. a b et c « Comment on apprend », sur L’Express
  11. a b c d e f et g « Richard-Emmanuel Eastes », sur Le Cavalier Bleu
  12. a b et c « Soutenance de thèse de Richard-Emmanuel Eastes, directeur de l’ESPGG », sur Espace des sciences Pierre-Gilles de Gennes
  13. « Richard-Emmanuel Eastes », sur France Inter
  14. a b et c « A quoi sert la médiation scientifique ? », sur RFI
  15. Pellaud, Francine, « Un modèle pour comprendre l’apprendre: le modèle allostérique. », Gymnasium Helveticum,‎ , p. 28-34 (lire en ligne)
  16. « Adieu les branches à l’école », sur Le Matin
  17. « Départ du recteur de la HEP », sur 20 Minutes
  18. « Le recteur de la HEP BEJUNE quitte son poste », sur Journal du Jura
  19. « Divorce entre la HEP-Bejune et son recteur », sur Le Temps
  20. « Richard-Emmanuel Eastes ne sera plus le recteur de la HEP Bejune à la rentrée 2015 », sur Arcinfo
  21. « Le recteur de la HEP BEJUNE quitte le navire », sur RTN
  22. « La "microchimie" : une nouvelle façon de penser dans l’enseignement de la chimie expérimentale », sur L’actualité chimique
  23. « Pas de chimistes sans attrait réel pour la chimie », sur Le Soir
  24. « Soutenance de thèse de Richard-Emmanuel Eastes, directeur de l’ESPGG », sur ESPGG
  25. www rtn ch, RTN, Radio Télévision Neuchâtel, « Expériences scientifiques contre-intuitives au Club 44 », sur www.rtn.ch (consulté le 21 février 2020)
  26. « Traumatisés de la science », sur Agence Science Presse
  27. « 31es JIES - Journées Internationales sur la Communication, l'Éducation et la Culture Scientifiques et Industrielles », sur Ecole Normale Supérieure Paris Saclay
  28. « Les invités : Olivier Membrez et Richard-Emmanuel Eastes pour le festival Usinesonore », sur RTS
  29. « Noclock », sur Radio RFJ
  30. « Uhren-Baukasten macht Käufer zu Designern », sur 20 minutes
  31. « Keine neue Uhrenmarke – sondern das Gegenteil davon », sur Bieler Tagblatt
  32. « En direct du Yakaton, une compétition entre 4 HES romandes », sur Radio Télévision Suisse
  33. « Yakaton 18 sur les ondes », sur Haute école spécialisée de Suisse occidentale
  34. « Cinq jours de défis pour les ingénieurs de demain », sur 24 heures
  35. « La Moulinette », sur RTN
  36. « Les scientifiques jouent-ils aux dés ? », sur RFI
  37. « Le club des têtes au carré : les blogs de science », sur France Inter
  38. « Les marchands de doute et l’agnotologie », sur Radio Télévision Suisse
  39. « Les jeux de discussion : comprendre et se comprendre », sur The Conversation
  40. « Biodégradable, compostable, biosource… Quelles différences ? », sur The Conversation
  41. « Le concept de «bon» ou de «mauvais» prof est doublement pervers », sur Slate
  42. « Et si l’on apprenait aux professeurs… à enseigner ? », sur Le Point
  43. « La science face à la production des ignorances », sur Arc Info
  44. « Dix idées reçues (et tenaces) sur la science », sur L’Obs
  45. « Comment je suis devenu chimiste », sur Usine Nouvelle

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]