Elmar Mock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mock.
Elmar Mock
Description de cette image, également commentée ci-après
Elmar Mock, 2017
Naissance (63 ans)
la Chaux-de-Fonds
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Profession
créateur industriel,
innovateur
conférencier

Elmar Mock, né à la Chaux-de-Fonds le [1], d’un père autrichien et d’une mère suisse[2] , ingénieur horloger suisse de formation avec une spécialisation en polymère,[3], est un créateur industriel et un serial inventeur[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Elmar Mock est un ingénieur en microtechnique diplômé de l’École technique supérieure de Bienne en 1976. Il est embauché par l'ETA Manufacture Horlogère . Il suit une année de post-formation sur les matériaux synthétiques en Argovie financée par son employeur à condition de revenir travailler deux ans dans l'entreprise[5].

Inventeur et créateur industriel[modifier | modifier le code]

Elmar Mock est avec Jacques Müller le co-inventeur de la montre Swatch, sous la direction de Ernst Thomke à au début des années 1980 qui a révolutionné l'industrie horlogère suisse alors en perte de vitesse face à la concurrence des montres à quartz japonaises à bas coût et fiables. Ils ont l'idée d'utiliser des matières plastiques [6],[5] . Les montres classiques nécessitaient alors 91 pièces, la Swatch n'a que 51 pièces ce qui permet de réduire les coûts. Le mouvement est greffé sur le boitier, le bracelet est en polyuréthane, le tout est assemblé en un seul bloc et la technique du soudage par ultrasons introduite par Elmar Mock permet fixer le "verre" de montre en plexiglas au boîtier et de la rendre résistante et étanche mais aussi irréparable[7],[8]. La montre sera vendue à 500 000 exemplaires la 1re année pour un prix entre 39,90 et 49,90 francs suisses et un coût de production de 5 francs suisses.

Il travaille ensuite sur la montre Rockwatch qui a la particularité d'avoir un cadran tout en granite des Alpes de Tissot. De fait de la matière, chaque montre est unique.

Il quitte l’horlogerie et de fonde à Bienne sa propre société d'ingénierie en innovation et créativité et développement de produits appelée Createc en 1986[9] qui allait devenir par la suite Creaholic.

Il est le co-inventeur de plus de 180 familles de brevet dans le domaine de l'horlogerie, de l’automobile, de l’alimentation ou des produits pharmaceutiques[10],[11] et à la base de 750 projets et 8 start-up. Il est considéré comme le vétéran de l'innovation helvétique[12].

Il fait partie en 2009 du « forum des 100[13] personnalités qui font la Suisse romande », dressé chaque année par le mensuel l'Hebdo[14]. La vidéo de son intervention sur la "créativité de rupture" est disponible sur le site du Forum des 100[15].

En 2017, il est finaliste pour le prix européen de l'inventeur dans la catégorie - œuvre d'une vie - décerné par l'office européen des brevets[11],[16]. Selon Benoît Battistelli, le président de l'office «Elmar Mock a toujours osé défier le statu quo»[11].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

  • 2014, Prix essai scientifique FNEG, Marseille
  • 2010, Prix Gaïa dans la catégorie artisanat-création[17] avec Jacques Müller pour l'invention de la Swatch[18]
  • 2009, Forum des 100, Lausanne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Traduit en anglais et en allemand

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Anne-Sophie - February - Elmar Mock », sur cescole.ch (consulté le 1er octobre 2009)
  2. http://www.letemps.ch/economie/2015/03/20/elmar-mock-un-visionnaire |Elmar Mock, un visionnaire
  3. https://www.youtube.com/watch?v=XtlpzEvkx0w%7C Innovation ou rénovation: Elmar Mock at TEDxMartigny
  4. BFM BUSINESS, « Après avoir créé la Swatch, je suis devenu un serial inventeur », sur BFM BUSINESS (consulté le 3 juin 2017)
  5. a et b « Elmar Mock », sur worldtempus.com (consulté le 1er octobre 2009)]
  6. Philippe Testard-Vaillant, « Elmar Mock :la tête dans les rouages », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. « L'histoire de la montre en plastique de toutes les couleurs oublie ses créateurs au profit du chef d'entreprise tout puissant », sur domaine-public.ch, (consulté le 25 juin 2017), p. 7
  8. « Swarch: "Schnaps Watch"! », sur Nouvelle revue de Lausanne,
  9. Pierre Léderrey, « Rencontre avec Elmar Mock, un rêveur éveillé », Migros Magazine, no 33,‎ (lire en ligne)
  10. « Elmar Mock: «Chez Creaholic, nous mettons les mains dans le cambouis» », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  11. a, b et c « Elmar Mock, ce flamboyant ingénieur iconoclaste », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  12. « Leur mission? Faire jaillir les idées! », Bilan,‎ (lire en ligne)
  13. « Le Forum des 100 »
  14. [PDF] Numéro spécial : Forum des 100, L'Hebdo, (lire en ligne), p. 36
  15. « Vidéo de l'intervention au Forum des 100 du 22 mai 2009: La créativité de rupture »
  16. European Patent Office, « Elmar Mock (Suisse) », sur www.epo.org (consulté le 28 avril 2017)
  17. « Les pères de la Swatch à l'honneur », Le Journal du Jura,‎ (lire en ligne)
  18. « «Doit-on attendre d’être en crise pour innover?» », Migros Magazine,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]