Médiation culturelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La médiation culturelle est une forme particulière de médiation qui regroupe l'ensemble des actions visant à mettre en relation un public avec une offre artistique ou culturelle (exposition, concert, pièce de théâtre, performance artistique, œuvre littéraire ou cinématographique, etc.)[1],[2].

Ses finalités sont tout à la fois éducatives, récréatives et citoyennes. Voulant œuvrer tant sur le registre du sens que sur celui du vivre ensemble, la médiation culturelle s'inscrit dans une double perspective de démocratisation culturelle (accès du plus grand nombre aux valeurs patrimoniales) et de démocratie culturelle (valorisation des expressions culturelles des populations)[3].


Histoire[modifier | modifier le code]

En France, l'expression « médiation culturelle » se développe au milieu des années 1990 dans le cadre de la politique des emplois-jeunes, à côté des médiateurs sociaux. Si ces derniers sont chargés de réguler des situations de tension, les médiateurs culturels, quant à eux, s'inscrivent alors dans une perspective de prévention des conflits sociaux par la création de liens entre les cultures et les publics, et par le partage d'une culture commune, qui ne peut pas être la culture de masse mais qui doit être la culture supposée légitime, celle qui est soutenue par les institutions[4].

Dans les musées labellisés musée de France, la présence d'un « service ayant en charge les actions d'accueil du public, de diffusion, d'animation et de médiation culturelles » a été rendu obligatoire par loi du , dite « loi musée »[5], codifiée en 2004 au code du patrimoine.

Cas de la médiation culturelle du patrimoine versus l'interprétation du patrimoine[modifier | modifier le code]

Lorsque la médiation culturelle s'applique au patrimoine culturel ou au patrimoine naturel, l'expression « médiation du patrimoine » peut être utilisée[6],[N 1]. Cependant, cette médiation culturelle du patrimoine est à distinguer de la doctrine anglo-saxonne de l'interprétation du patrimoine. Certes, les deux concepts sont voisins et s'inscrivent dans le champ de la médiation. Ils partagent le fait, d'une part, de vouloir réduire l'écart entre le voir et le savoir auprès des visiteurs, et, d'autre part, de pouvoir prendre la forme d'interventions humaines et de supports allant au-delà de la simple monstration. Cependant, leur philosophie et les effets visés sont différents[7],[8], même si les concepts peuvent se compléter selon certains modèles[9].

Médiateurs culturels[modifier | modifier le code]

Usuellement, on appelle ainsi surtout les professionnels de la médiation culturelle. Ils exercent leurs activités au sein d'institutions, de collectivités territoriales, d'associations et d'entreprises. Ils font parfois parties d'un service pédagogique, service culturel ou encore service des publics.

Formations et qualifications[modifier | modifier le code]

Des diplômes de médiation culturelle et communication sont délivrés dans différents cadres disciplinaires en particulier les Arts, les sciences du langage, les Sciences de l'Information et de la Communication ou l'Histoire de l'Art, notamment à l'École du Louvre, au CELSA et au département de Médiation culturelle de l'Université Sorbonne-Nouvelle. Il existe également des diplômes de médiation du patrimoine.

Missions[modifier | modifier le code]

La mission du médiateur culturel est de faire le lien entre le public et l'œuvre ; il peut s'agir de médiation orale (visite, ateliers..) ou de médiation écrite (écriture de journaux d'exposition, cartels détaillés, fiches de salles). Il a un rôle particulier à jouer avec les publics dits « éloignés » ou « empêchés » pour des raisons culturelles, sociales ou économiques, ainsi qu'avec les publics handicapés où son rôle de passeur est précieux.

Le rôle du médiateur culturel a été souligné dans la loi musée[N 2], intégrée aujourd'hui au Code du patrimoine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le terme de médiation du patrimoine ne doit pas être confondu avec celui de médiation patrimoniale (qui porte sur les différends entre héritiers ou avec des administrations).
  2. Article 7 de la loi musée du 4 janvier 2002 : chaque musée labellisé musée de France dispose d'un service ayant en charge les actions d'accueil du public, de diffusion, d'animation et de médiation culturelles. Le cas échéant, ce service peut être commun à plusieurs musées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacky Beillerot, article Médiation in Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Nathan, 2000, p. 679.
  2. Bruno Nassim Aboudrar et François Mairesse, La médiation culturelle, Que sais-je, n°4046, 2016, p.3.
  3. Yves Jammet, Médiation culturelle et politique de la ville – un lexique, 2003, p.208-212.
  4. Bruno Nassim Aboudrar et François Mairesse, op. cit., p.6
  5. Loi no 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France, JORF du 5 janvier 2002, p. 305–309, texte no 1, NOR MCCX0000178L, sur Légifrance ; dossier législatif, sur le site du Sénat.
  6. association imp-Actes, « La médiation du patrimoine : essai de définition » (consulté le 18 mars 2018) ou la version plus détaillée en pdf : La médiation du patrimoine
  7. A. Desvallées et F. Mairesse (dir.), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p.226-229.
  8. Jessica Fèvres-de Bideran, « La médiation du patrimoine restitué ou l’interprétation d’une mémoire fabriquée… », sur Com'en Histoire : l'histoire, une question de communication, (consulté le 18 mars 2018)
  9. M. Paquin, Médiation culturelle au musée : essai de théorisation d’un champ d’intervention professionnelle en pleine émergence, 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Nassim Aboudrar et François Mairesse, La médiation culturelle, collection Que sais-je, PUF, 2016
  • Elisabeth Caillet, A l'approche du musée : la médiation culturelle, Presses universitaires de Lyon
  • Jean Caune, La démocratisation culturelle : une médiation à bout de souffle, Presses universitaires de Grenoble, collection Art, culture, public, 2006 - (ISBN 2706113405)
  • Jean Caune, Pour une éthique de la médiation : le sens des pratiques culturelles, Presses universitaires de Grenoble, collection Communication, Médias et sociétés, 1999 (ISBN 270610824X)
  • Alain Chante, 99 réponses sur... la culture et la médiation culturelle, CRDP/CDDP Languedoc-Roussillon, 2000
  • Serge Chaumier et François Mairesse, La médiation culturelle, Armand Colin, 2013.
  • François Hers, Le Protocole, Les presses du réel, 2001 (en ligne).
  • Laurence Kaufmann et Olivier Voirol (coord.), Médiations. Hommage à Paul Beaud, Réseaux, no 148-149, 2008, 436 p. - (ISBN 9782746221901)
  • Bernard Lamizet, La médiation culturelle, L'Harmattan, 2000.
  • Maryse Paquin, Médiation culturelle au musée : essai de théorisation d’un champ d’intervention professionnelle en pleine émergence, Animation, territoires et pratiques socioculturelles, 8, 103-115, 2015, Lire en ligne]
  • Serge Saada, Et si on partageait la culture ? Essai sur la médiation culturelle et le potentiel du spectateur, Éditions de l'Attribut, coll. « La culture en questions », 2011.


Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]