Structure des articles scientifiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La structure des articles scientifiques est l'ordre de présentation des contenus que suivent les articles rédigés à destination d'une communauté scientifique. En matière de publication scientifique, IMRAD ou IMRaD (Introduction, Methods, Results, and Discussion)[1] constitue une norme communément employée dans les revues scientifiques pour la structure d'un article scientifique[2]. Ce plan est généralement reconnu comme propice à la lecture et à la diffusion des contenus. On rencontre aussi dans la littérature francophone l'acronyme IMRED ou IMReD (Introduction, Méthodes, Résultats et Discussion).

Historique[modifier | modifier le code]

L'article scientifique dans les sciences de la santé a évolué de la forme d'une lettre et d'un style purement descriptif au XVIIe siècle jusqu'à une structure très standardisée au XXe siècle, connue sous le nom de « introduction, methods, results, and discussion » (IMRAD)[2], ou IMRED en français.

Le format IMRED a été adopté par un nombre de plus en plus grand de revues scientifiques depuis la première moitié du XXe siècle. La structure IMRED a été amenée à dominer la publication académique dans les sciences, plus particulièrement dans la biomédecine empirique[3].

Il a été standardisé par l'ANSI en 1972 et 1979[4].

Aperçu[modifier | modifier le code]

Fig.1: Modèle de structure en forme de verre à vin.

La plupart des articles scientifiques sont structurés selon le plan-type suivant[5],[6] :

  • Introduction – Pourquoi a-t-on entrepris l'étude ? Quelle était la problématique, l'hypothèse testée ou l'objectif de la recherche ?
  • Méthodes – Quand, où et comment l'étude a-t-elle été effectuée ? Quels matériaux ont été utilisés ou qui faisait partie des groupes d'étude (patients, etc.) ?
  • Résultats – Quelle réponse a été trouvée à la problématique ; qu'est-ce que l'étude a trouvé ? L'hypothèse testée était-elle vraie ?
  • Discussion puis Conclusion – Qu'est-ce que la réponse pourrait impliquer et pourquoi cela est-il important ? Comment cela correspond-il à ce que d'autres chercheurs ont trouvé ? Quelles sont les perspectives pour de futures recherches ?

Le schéma figure 1 montre schématiquement comment aligner les informations dans la rédaction d'un article IMRaD. Le modèle a deux caractéristiques : la première est « forme symétrique de haut en bas » ; la seconde est le « changement de largeur », qui signifie que « le haut est large et il devient étroit vers le milieu, puis s'élargit à nouveau vers le bas ». La première (« top-bottom symmetric shape » en anglais) représente la symétrie du développement de l'article. La seconde, le changement de la largeur du diagramme fig. 1, représente le changement de généralité du point de vue.

Bénéfices[modifier | modifier le code]

La structure IMRED s'est révélée bénéfique parce qu'elle facilite la revue de la littérature scientifique, en autorisant les lecteurs à naviguer entre les articles plus rapidement pour trouver les informations correspondant à leur objectif de recherche[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P.K. Ramachandran Nair et Vimala D. Nair, Scientific Writing and Communication in Agriculture and Natural Resources, Springer, (ISBN 978-3-319-03100-2 et 978-3-319-03101-9), chap. 2 (« Organization of a Research Paper: The IMRAD Format »), p. 13–25 [lire en ligne].
  2. a et b (en) Luciana B. Sollaci et Mauricio G. Pereira, « The introduction, methods, results, and discussion (IMRAD) structure: a fifty-year survey », Journal of the Medical Library Association, vol. 92, no 3,‎ , p. 364–7 (PMID 15243643, PMCID 442179).
  3. (en) R.A. Day, « The Origins of the Scientific Paper: The IMRAD Format », American Medical Writers Association Journal, vol. 4, no 2,‎ , p. 16–18.
  4. (en) Jianguo Wu, « Improving the writing of research papers: IMRAD and beyond », Landscape Ecology, vol. 26, no 10,‎ , p. 1345–1349 (DOI 10.1007/s10980-011-9674-3).
  5. (en) Hilary Glasman-Deal, Science Research Writing for Non-Native Speakers of English, Londres, Imperial College Press, , 257 p. (ISBN 978-1-84816-309-6 et 978-1-84816-310-2).
  6. « Le plan IMRAD (IMRED) », sur mgtfe.be, MG/TFE.
  7. (en) Joy Burrough-Boenisch, « International Reading Strategies for IMRD Articles », Written Communication, vol. 16, no 3,‎ , p. 296–316 (DOI 10.1177/0741088399016003002).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]