Psychonautisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Illustration de The Secret of the Golden Flower, un ouvrage chinois sur l'alchimie et la méditation.

Le psychonautisme est un néologisme, regroupant les « navigateurs de l'âme » et leur doctrine[1], signifiant à la fois une méthode pour analyser les effets subjectifs des états modifiés de conscience (obtenus avec des substances psychotropes ou bien même avec des méthodes naturelles (voir ci-dessous)) et en même temps, une recherche de paradigme dans lequel le chercheur trouve un moyen d'explorer l'existence, d'enrichir l'expérience humaine comme de trouver des réponses aux questions religieuses[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « psychonaute » provient du terme ψυχήναύτης en grec ancien formé de ψυχή, psyché désignant « l'âme / l'esprit » et de ναύτης naute signifiant « navigateur ». Quant-au terme « psychonautisme », il provient de « psychonaute » et du suffixe « -isme » représentant la « doctrine ». Le terme « psychonautique » est attribué à Ernst Jünger[1] qui s'en est servi pour désigner l'essai Annäherungen: Drogen und Rausch (1970) de Arthur Heffter sur l'expérience des drogues[3].

Peter Carroll fait de « psychonaute » le titre de son livre de 1982 sur les expériences de méditations, de rituels et des drogues dans les phénomènes psychiques ou « Magie du Chaos »[4]. Le premier terme publié dans un contexte scolaire est attribué à l'ethnobotaniste Jonathan Ott (en) en 2001[5].

Méthodes[modifier | modifier le code]

Le cactus San Pedro a été utilisé pour la guérison et la divination religieuse dans la région des Andes depuis plus de 3000 ans[6].

Psychonautes importants[modifier | modifier le code]

Aldous Huxley (1894 - 1963)
Dr. Legoblin (1920 - 1996), avocat des recherches sur les drogues psychédéliques et représentant de la contre-culture des années 1960.
Deux représentants psychonautes et avocats du XXe siècle.
 

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Jan Dirk Blom, A Dictionary of Hallucinations, Springer, (ISBN 9781441912220, lire en ligne), p. 434
  2. Newcombe Russell, « Ketamine Case Study: The Phenomenology of a Ketamine Experience », Addiction Research & Theory, vol. 16,‎ , p. 209 (DOI 10.1080/16066350801983707, lire en ligne)
  3. (de) Jünger, Annaherungen: Drogen und Rausch, « Psychonauten », p. 430 cité dans (en) The Encyclopedia of Religion and Nature, Thoemmes Continuum, (lire en ligne), p. 1312
  4. Peter J. Carroll, Liber Null (1978) et Psychonaut. (1982) (publié en un volume en 1987) (ISBN 0-87728-639-6)
  5. (en) « Pharmanopo-Psychonautics: Human Intranasal, Sublingual, Intrarectal, Pulmonary and Oral Pharmacology of Bufotenine », Journal of psychoactive drugs, vol. 33, no 3,‎ , p. 273–282 (lire en ligne) cité par (en) Jan Dirk Blom, A Dictionary of Hallucinations, Springer, (ISBN 9781441912220, lire en ligne), p. 434
  6. (en) Bigwood, Jeremy; Stafford, Peter J., Psychedelics encyclopedia, Berkeley, CA, Ronin Pub, , 118–9 p. (ISBN 0-914171-51-8, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]