Pont de Crimée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour le pont de Paris, voir pont levant de la rue de Crimée.

Pont de Crimée
Les deux arches du pont de Crimée
Les deux arches du pont de Crimée
Géographie
Pays Drapeau de la Russie Russie
Sujets fédéraux Kraï de Krasnodar, République de Crimée
Commune Kertch
Coordonnées géographiques 45° 14′ 50″ N, 36° 35′ 03″ E
Fonction
Franchit Détroit de Kertch
Fonction Pont routier et ferroviaire
Caractéristiques techniques
Longueur 18,1 km (pont ferroviaire)
16,9 km (pont routier) m
Hauteur 80 m
Hauteur libre 35 m
Construction
Construction décidé en mars 2014, commencé en février 2016
Inauguration
Mise en service (section routière)

Géolocalisation sur la carte : Crimée

(Voir situation sur carte : Crimée)
Pont de Crimée

Géolocalisation sur la carte : Kraï de Krasnodar

(Voir situation sur carte : Kraï de Krasnodar)
Pont de Crimée

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
Pont de Crimée

Le pont de Crimée (en russe : Крымский Мост, Krimsky Most ; en ukrainien : Кримський міст, Krimsky Mist) est un pont traversant le détroit de Kertch, entre la péninsule de Kertch, en Crimée, à l'ouest, et la péninsule de Taman, dans le kraï de Krasnodar, en Russie, à l'est. Avec ses 18 km de long, c'est le plus long pont de Russie et d'Europe[1].

Le pont est inauguré le 15 mai 2018, par le président russe, Vladimir Poutine. Il est ouvert à la circulation routière le lendemain.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Une pile du pont construit après la libération de Crimée (1944).

Le 7 mars 1943, Hitler ordonne la construction d'un pont routier et ferroviaire au-dessus du détroit de Kertch, qui doit être édifié en 6 mois. L'organisation Todt commence les travaux en avril 1943, mais dès le 1er septembre 1943, de puissants bombardements forcent l'arrêt des travaux. Seul un tiers de l'ouvrage prévu avait alors été construit. Dans le cadre de la retraite allemande, le pont est alors dynamité.

Un premier pont sur ce détroit est construit durant l'été 1944, après la libération de la Crimée par l'Armée rouge, en utilisant en partie les matériaux laissés par l'Organisation Todt. Ce pont est détruit par la glace lors de la débâcle six mois après sa mise en service, faute d'épis lors de sa construction.

Projets ultérieurs[modifier | modifier le code]

Si plusieurs propositions sont faites sous l'URSS, notamment dans les années 1960, aucune n'est sérieusement étudiée.

L'idée d’un pont sur le détroit de Kertch resurgit entre la Russie et l'Ukraine post-soviétiques. Le 25 avril 2010, les chefs d'État ukrainien Viktor Ianoukovytch et russe Dmitri Medvedev signent un accord autorisant la construction du pont du détroit de Kertch. « Ce pont doit constituer un élément important d'une autoroute qu'il est prévu de construire autour de la mer Noire[2]. ». La Russie souhaite que le projet soit achevé avant les Jeux olympiques de 2014 qui se déroulaient à Sotchi[2].

Selon le projet initial présenté en 2010, le pont doit être long de 4,2 km, large de 22 mètres et d'une hauteur de 50 mètres[3]. Il doit être doté d'une autoroute, d'une ou deux voies ferrées et de trottoirs pour piétons[3].

Le rejet de l'accord d'association Ukraine-Union européenne en novembre 2013 entraîne un regain d'intérêt pour le projet de pont. À la fin de janvier 2014, les gouvernements ukrainien et russe décident qu'une nouvelle société conjointe devrait être chargée de la construction et la société russe Rosavtodor (russe : Росавтодор) de son exploitation. On estime alors la durée des travaux de construction à 5 ans pour un prix compris entre 1,5 et 3 milliards de dollars.

Construction[modifier | modifier le code]

En mars 2014, à la suite de la crise de Crimée et du rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie, la Russie annonce son intention de construire le pont. Le projet est doté d'un budget plafonné à 228,3 milliards de roubles, soit environ 2,9 milliards d'euros ou 3 milliards de dollars[4],[5]. Le chantier est confié le [5] à Stroïgazmontaj, une entreprise russe spécialisée dans la construction et dirigée par Arkadi Rotenberg.

La construction du pont — routier à 2x2 voies[6] et ferroviaire à deux voies —, commence en février 2016[7]. Malgré les sanctions internationales, les travaux progressent rapidement[8] et son achèvement est prévu en 2019. Ce pont est également un projet symbolique, destiné à matérialiser le rattachement de la Crimée à la Russie ; les ouvriers y travaillent par rotations 24 heures par jour afin de tenir les délais, et la construction se veut entièrement russe[6].

La traversée, qui passe notamment par l'île de Touzla, a une longueur de 19 km, pour une hauteur du tablier maximale de 35 mètres[7].

À partir de mars 2014, l'Union européenne et les États-Unis décident de sanctions en lien avec la crise de Crimée, étendues depuis aux entreprises participant à la construction du pont de Crimée[9]. En septembre 2017, l'annonce que deux sociétés néerlandaises ont contribué à la construction du pont fait débat[10]. Selon les juristes spécialistes du domaine, la participation, même indirecte, d'une entreprise néerlandaise à la construction de ce pont est en effet une violation des sanctions[11]. Le parquet néerlandais ouvre en mai 2018 une enquête visant sept entreprises nationales soupçonnées de violation des sanctions[12].

En novembre 2018, le service de presse du pont annonce que la découverte d'un site archéologique hellénique sur le trajet de la voie ferroviaire projetée, nécessite de dévier le tracé dans les environs de Kertch afin de protéger le site[13].

Ouverture[modifier | modifier le code]

Le pont est inauguré le par Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie[14].

L’ouverture du pont à la circulation routière a lieu le lendemain (16 mai 2018) pour les véhicules légers et les bus. L’ouverture du trafic aux poids lourds est prévue pour fin 2018[15].

L’ouverture au trafic ferroviaire est prévue pour fin 2019.

Conséquence sur le trafic maritime[modifier | modifier le code]

Les arches du pont de Crimée ne permettent le passage que de navires d'au plus de 33 mètres de tirant d'air, ce qui exclue ceux de type Panamax. Or ces derniers transportaient 20 % du trafic local. Les ports ukrainiens de Berdyans et de Marioupol qui sont les seuls ports en eaux profondes de la mer d'Azov, et donc les seuls aptes à recevoir des navires de grande hauteur perdent en conséquence une grande partie de leur trafic.

Ainsi le port de Marioupol a vu son trafic en 2018 diminuer de 27 % sur un an. Or par ces deux ports ukrainiens passaient une grande partie des exportations céréalières, et quasiment tout le trafic sidérurgique provenant du Donbass, le cœur économique de l'Ukraine. Le pont impacte donc très négativement l'économie ukrainienne déjà très fragile[16]. Les ports russes situés sur la mer d'Azov (Azov, Ieïsk et Primorsko-Akhtarsk) sont eux tous en eaux peu profondes et ne peuvent accueillir que des navires à faible tirant et à faible tonnage, et ne sont donc pas affectés par la construction du pont de Crimée.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Pont de Crimée », sur Le Monde, (consulté le 29 novembre 2018).
  2. a et b « Moscou-Kiev : construction d'un pont reliant la Crimée au Caucase », RIA Novosti, 26 octobre 2010.
  3. a et b « Pont entre Russie et Ukraine : un projet onéreux, mais nécessaire (Medvedev) », RIA Novosti, 15 octobre 2013.
  4. « Ukraine. Un pont reliant la Crimée et la Russie à 3 milliards de dollars », ouest-france.fr, 19 mars 2014.
  5. a et b « Russie : la construction du pont reliant la Crimée confiée à Stroïgazmontaj », sur ville rail transport, (consulté le 11 décembre 2017).
  6. a et b Étienne Bouche, « Crimée: projet de pont du détroit de Kertch, symbole du rattachement à la Russie », sur RFI, .
  7. a et b Le pont de Kertch : derrière la prouesse technique, le geste politique , Céline Bayou, Regard sur l'Est, 20 septembre 2016.
  8. « En Crimée, le « pont Poutine » se construit en un temps record », sur La Croix (consulté le 25 mars 2017).
  9. « Les États-Unis placent le pont de Crimée sous sanctions », sur Le Courrier de Russie, (consulté le 4 mars 2018).
  10. (nl) « Nederlandse bedrijven bouwen mee aan omstreden brug naar de Krim », sur NPO radio, (consulté le 27 septembre 2017).
  11. (nl) Rob Berends, « 'Hele brug naar Krim valt onder sancties EU' », sur gelderlander.nl, (consulté le 27 septembre 2017).
  12. « Des firmes néerlandaises soupçonnées d'avoir violé les sanctions européennes contre la Russie », sur Paris Match, (consulté le 15 mai 2018).
  13. rbth découverte d'un site antique au pont de Crimée
  14. Agence France Presse, « Poutine inaugure le pont reliant la Crimée à la Russie », sur Le Point, (consulté le 15 mai 2018).
  15. « La Russie révèle quand le pont de Crimée sera ouvert à la circulation », sputniknews, 21 mars 2018.
  16. Benoît Vitkine, « Ukraine : emprise russe en mer d’Azov », Le Monde.fr,‎ , p. 12-15 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]