Pierrick Pédron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pierrick Pédron
Description de l'image Defaut.svg.
Informations générales
Naissance (47 ans)
Saint-Brieuc
Activité principale Saxophoniste
Genre musical Jazz
Instruments Saxophone alto
Site officiel myspace.com/pierrickpedron

Pierrick Pédron, né le à Saint-Brieuc[1] est un saxophoniste français de jazz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Pierrick Pedron découvre le jazz à 16 ans, après avoir débuté dans les bals populaires en Bretagne. Il intègre le CIM en 1987. Il commence à enregistrer en 1994 aux côtés de Magic Malik, et participe au « Douzetet de Sax » avec Lionel Belmondo et François Théberge.

Après y avoir enregistré avec Ernie Hammes, il réside plusieurs mois à New York où il joue dans les clubs.

De retour en France, il enregistre son premier album en tant que leader : Cherokee (2001). Il est choisi au même moment par Selmer pour concevoir le saxophone Alto « Référence » (commercialisé en 2003)[2]. Il lance son quartet, joue en duo avec Michel Graillier, et continue de jouer avec les frères Lionel et Stéphane Belmondo.

En 2004, Pierrick Pedron enregistre Classical Faces en sextet, avec Pierre de Bethmann, Magic Malik, Franck Agulhon, Thomas Savy et Vincent Artaud. Le disque est un succès critique (disque d’émoi Jazz Magazine, prix Charles Cros, ƒƒƒ Télérama).

Il participe également au Paris Jazz Big Band, au Septette de Jacques Vidal et se produit au sein du big band de Wynton Marsalis.

Il retourne à New York en 2005, où il enregistre avec Mulgrew Miller, Lewis Nash et Thomas Bramerie Deep in a Dream (choc de l’année 2006 pour Jazzman, disque d’émoi de l’année pour Jazz Magazine).

En 2011, paraît Cheerleaders, produit par Jean Lamoot, un album allant du « bal bop au psyché top ». Pierrick Pedron y joue en sextet, accompagné par une fanfare de dix-sept cuivres et un chœur de six voix. L'ensemble est scénarisé autour de la vie d’une majorette, racontant les tourments d’une nuit – de la vie – d’une « cheerleader »[3]. Il reçoit un très bon accueil de la presse[4],[5],[6].

En 2012, paraît Kubic's Monk (avec Franck Agulhon, Thomas Bramerie et sur quelques morceaux Ambrose Akinmusire. Les arrangements sont cosignés par Vincent Artaud). Ce disque, reprenant des morceaux peu connus de Thelonious Monk, reçoit un bon accueil critique[7],[8].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

En tant que leader[modifier | modifier le code]

En tant que sideman[modifier | modifier le code]

Avec :

Magic Malik
Teófilo Chantre (en)
Ernie Hammes (en)
  • 2000 : Stepwise, Blue Concept / LIP Records
Gordon Beck
  • 2005 : Seven Steps to Heaven, Art of Life
Élisabeth Kontomanou
  • 2007 : Back To My Groove, Plus Loin Music
Alice & Cécile
  • 2007 : All You Need Is a Song, Djaz Records
Mélanie Dahan
  • 2008 : La Princesse et Les Croque-Notes, Sunnyside (sur À Bicyclette)
Jean-Michel Proust
Gregory Houben
  • 2010 : Greg Houben Meets Pierrick Pédron, Plus Loin Music
Jacques Vidal
  • 2011 : Mingus Spirit, Plus Loin Music
G's Way
  • 2011 : Seventy Seven, G's Way (sur Parisisco)
Jean-Philippe Bordier
  • 2012 : Duke Celebration, Jean-Philippe Bordier
China Moses et Raphael Lemonnier
  • 2012 : Crazy Blues, MadeinChina (sur Why Don't You Go Right)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Pierrick Pedron », academiedujazz.com,‎ (consulté le 15 décembre 2011)
  2. « Voir les saxophones Référence », sur selmer.fr (consulté le 28 janvier 2013)
  3. « description de l'album sur le site du label », sur harmoniamundi.com (consulté le 28 janvier 2013)
  4. Michel Contat, « Cheerleaders - critique », sur telerama.fr,‎ (consulté le 28 janvier 2013)
  5. Denis Desassis, « Cheerleaders - critique », sur citizenjazz.com,‎ (consulté le 28 janvier 2013)
  6. Sophie Chambon, Lionel Eskenazi, Alex Dutilh..., « Le débat des DNJ : Pierrick Pedron - Cheerleaders », sur lesdnj.com,‎ (consulté le 28 janvier 2013)
  7. Michel Contat, « Kubic's Monk - critique », sur telerama.fr,‎ (consulté le 28 janvier 2013)
  8. Denis Desassis, « Kubic's Monk - critique », sur citizenjazz.com,‎ (consulté le 28 janvier 2013)
  9. Jean-Louis Lemarchand, « Emile Parisien et Pierrick Pedron, saxophonistes, lauréats de l'Académie du Jazz », sur latribune.fr,‎ (consulté le 29 janvier 2013)