Pierrafortscha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Pierrafortscha (bloc erratique).
Pierrafortscha
Blason de Pierrafortscha
Héraldique
Le bloc erratique de la Pierrafortscha qui a donné son nom à la commune
Le bloc erratique de la Pierrafortscha qui a donné son nom à la commune
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Sarine[1]
Syndic Jean-Luc Kuenlin
NPA 1723
N° OFS 2216
Démographie
Population 148 hab. (31 décembre 2016)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 13″ nord, 7° 11′ 06″ est
Altitude 705 m
Min. 554 m
Max. 780 m
Superficie 506 ha = 5,06 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Pierrafortscha

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Pierrafortscha

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Pierrafortscha
Liens
Site web www.pierrafortscha.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Pierrafortscha est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Sarine.

Historique[modifier | modifier le code]

La commune, appelée Pêrafortya Écoutez en patois fribourgeois[4], doit son nom à un bloc erratique "la pierrafortscha" ( en patois fribourgeois : "la pierre fourchue") transporté par le glacier du Rhône depuis le Valais jusqu'à sa position actuelle sur le territoire communal. Initialement, ce bloc possédait trois pointes qui lui valurent son nom patois. Mais au début du vingtième siècle, on tailla partiellement la pierre pour en extraire des matériaux de constructions. Elle perdit alors sa forme originelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Pierrafortscha mesure 506 ha[3]. 7,3 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 69,6 % à des surfaces agricoles, 22,1 % à des surfaces boisées et 0,10 % à des surfaces improductives[3].

Pierrafortscha est limitrophe de Fribourg, St. Ursen, Tentlingen, Villarsel-sur-Marly et Marly. Cette commune est composée de quatre hameaux - Villars-sur-Marly, Pierrafortscha, Granges-sur-Marly - ainsi que La Schürra et de quatre lieux-dits - Le Fahl, Morvin, Maison Rouge et Pfaffenwil - qui se sont réunis en 1832. Le cadastre définitif de la commune fut approuvé en 1864.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Pierrafortscha compte 148 habitants en 2016. Sa densité de population atteint 29,2 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Pierrafortscha entre 1850 et 2008[5] :

Langues[modifier | modifier le code]

En 1960 Pierrafortscha était germanophone. Puis cette commune a changé de "région linguistique"[6].

En 2000, la majorité de la population parlait le français. La langue allemande était minoritaire.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Le manoir de Weck de Villars d'En bas (route de Villars-sur-Marly 46), à Pierrafortscha, est une grande demeure appartenant à la famille de Weck. Elle a été bâtie en 1841-1846 pour Rodolphe de Weck (1784-1858), dit l'Avoyer, selon les plans de l'ingénieur et architecte Joseph de Raemy. Cette maison de maîtres a fait l'objet encore d'importantes transformations intérieures en 1927, sous la direction de l'architecte Rodolphe Spielmann (1877-1931), tandis que Adolf Vivell (de) redessine le grand jardin axial[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  2. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  4. Dictionnaire-Dikchenéro: Français-Patois/Patê-Franché. Société cantonale des patoisans fribourgeois. Fribourg: 2013. p. 281
  5. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  6. http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/regionen/11/geo/analyse_regionen/02.parsys.0010.downloadList.00101.DownloadFile.tmp/11regling18602000020405fr.xls
  7. Aloys Lauper, Le manoir de Weck de Villars d'En bas à Pierrafortscha, Fribourg, coll. « Patrimoine fribourgeois (hors série) », , 48 p. (ISBN 978-2-940392-04-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :