Le Mouret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mouret.

Le Mouret
Le Mouret
Le vieux presbytère de Praroman.
Blason de Le Mouret
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Sarine
Syndic Nicolas Lauper
NPA 1724
N° OFS 2220
Démographie
Gentilé Murtenois
Population
permanente
3 156 hab. (31 décembre 2016)
Densité 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 43″ nord, 7° 10′ 18″ est
Altitude 898 m
Min. 679 m
Max. 1 463 m
Superficie 18,54 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Le Mouret
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Le Mouret

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Le Mouret

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Le Mouret
Liens
Site web www.le-mouret.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Le Mouret est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Sarine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Diverses découvertes archéologiques[réf. nécessaire] attestent que la contrée fut habitée dès les temps préhistoriques.

Plus tard, les Romains, se mêlant aux populations locales, s'y établirent. Diverses découvertes dans le village, dont les ruines d'un aqueduc ou les traces de bastions sur diverses éminences aux alentours[réf. nécessaire] prouvent que s'était développé une véritable agglomération, certainement aussi populeuse qu'aujourd'hui, sinon plus.

Le territoire de la commune actuelle est proche de celui de la paroisse de 1644. Depuis, Bonnefontaine et Montécu se sont érigés en paroisses en 1888, avant de fusionner cent ans plus tard, en 1989.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Mouret mesure 1 854 ha[2]. 8,7 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 48,5 % à des surfaces agricoles, 42,4 % à des surfaces boisées et 0,4 % à des surfaces improductives[2].

Le Mouret comprend les localités de Bonnefontaine, Essert, Montévraz, Oberried, Praroman et Zénauva.

Elle est limitrophe d'Épendes, Ferpicloz, La Roche, Plasselb, Saint-Sylvestre, Senèdes, Tentlingen, Treyvaux et Villarsel-sur-Marly.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Mouret compte 3 156 habitants en 2016[1]. Sa densité de population atteint 170,2 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population du Mouret entre 1850 et 2008[3] :

Bâtiments[modifier | modifier le code]

L’institut Les Peupliers, aujourd’hui maison pour personnes âgées et institution éducative spécialisée, se trouve sur le secteur Oberried. Les premières mentions du domaine remontent à 1628 – 1630. Le domaine est acquis en 1875 par Jacques Chassot de Treyvaux, puis par l’Abbé Biolley. Dès 1886, la bâtisse abrite la « Ferme-école de la Sainte Famille ». Un nouveau corps de bâtiment comprend salle de cours, chapelle et école. En raison de la construction de Grangeneuve, vers 1900, le site se transforme en institut pour jeunes filles, géré par les Sœurs oblates de la Sagesse jusqu’en 1986[réf. nécessaire].

Le château de la Grande Riedera, à Essert est érigé au début du XVIIe siècle par la famille noble de Gotterau. A l’exception de l’écurie aux chevaux, plus tardive, l’ensemble des bâtiments devrait avoir été achevé vers 1639[réf. nécessaire].

La tuilerie du Mouret se trouve en fait sur le territoire de la commune de Ferpicloz. En 1626, le maître d’œuvre Hans Peter Schröter propose la construction de cet établissement, sur un terrain dont le fond argileux était déjà exploité à l’époque romaine. Cette tuilerie est le premier site industriel de cette région à vocation agricole[réf. nécessaire]. Cédée par l’État à la commune de Fribourg en 1803, la tuilerie est agrandie à trois étages vers 1839. Entre 1867 et 1880, l’établissement change de mains à plusieurs reprises. En 1892, il occupe 25 employés et produit 600 000 pièces par année[réf. nécessaire]. La tuilerie cesse toute activité en 1963, après avoir été exploitée durant plus de 150 ans par la famille Gasser.

Histoire de la fusion[modifier | modifier le code]

Les liens qui unissent les six anciennes communes ne datent pas d'hier. Tout s’articule autour du nom du lieu-dit Le Mouret. Les sociétés locales portent d’ailleurs depuis longtemps ce nom. Il existe un Club Sportif Le Mouret, également un FC Le Mouret, un club des lutteurs Le Mouret, un moto-club Le Mouret, un HC Le Mouret, une Jeunesse Le Mouret, etc.

Un premier projet de fusion, lancé au début des années 1990, n’a pas abouti[réf. nécessaire]. En revanche, une fusion à six communes est acceptée le 13 juin 2012 par plus de 75 % d’avis favorables[réf. nécessaire].

Le Conseil nouvellement constitué, fort de 9 membres et mené par Thierry Ackermann, premier syndic de la "grande commune", a repris les rênes de cette nouvelle entité politique le 1er janvier 2003.

Culture[modifier | modifier le code]

Le trio comique du Cabaret Chaud 7 investit l'Auberge de la Croix-Blanche et y attire des centaines de spectateurs plusieurs fois par semaine de 1990 à 1995[4].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club Sportif Le Mouret qui comprend des sections d'athlétisme, de volley-ball, de ski, de gymnastique et d’aérobic
  • Football Club Le Mouret (FCLM), fondé en 1961 - www.fclemouret.ch
  • Hockey Club Le Mouret (HCLM)
  • Club Des Lutteurs Haute-Sarine, fondé en 1922
  • Société de Tir Le Mouret, fondée en 1847 - www.tirlemouret.ch
  • Société de pêche à la mouche Le Mouret, fondée en 1780

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Aloys Lauper, Le Mouret, histoires croisées, destin commun, vol. 157, coll. « Pro Fribourg », (ISSN 0256-1476, lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  4. Maxime Laurent, « Cabaret Chaud 7, Fribourg FR » dans le Dictionnaire du théâtre en Suisse en ligne.

Sur les autres projets Wikimedia :