Matran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Matran
Matran
Blason de Matran
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Sarine
Syndic Sébastien Dorthe
NPA 1753
N° OFS 2208
Démographie
Gentilé Matranais
Population
permanente
1 523 hab. (31 décembre 2017)
Densité 533 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 08″ nord, 7° 05′ 42″ est
Altitude 623 m
Min. 574 m
Max. 681 m
Superficie 2,86 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Matran
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Matran

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Matran

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Matran
Liens
Site web www.matran.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Matran est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Sarine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Matran se situe à sept kilomètres de Fribourg, à une altitude de 612 mètres. Selon l'Office fédéral de la statistique, Matran mesure 286 ha[2]. 29,4% de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 50,9% à des surfaces agricoles, 19,0% à des surfaces boisées et 0,7% à des surfaces improductives[2].

Matran est limitrophe de Corminboeuf, Villars-sur-Glâne, Hauterive, Neyruz et Avry. Elle fait partie du périmètre de l'Agglo Fribourg. Matran est à 10 minutes de Fribourg en train et à 20 minutes en bus.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Matran, dont l'histoire se confond avec celle de la paroisse, est parmi les plus anciennes du canton[réf. nécessaire]. Aucun document ne permet de fixer de façon précise l'origine de la localité désignée en 1138 sous le nom de Matrans en Nuithonie. La paroisse fut fondée au Xe siècle par les rois de Bourgogne, propriétaires du territoire. L'église, autour de laquelle se développa le village, fut longtemps desservie par les moines de Payerne qui lui donnèrent comme patron saint Julien, officier martyr en Gaule sous la 3e persécution. Un prêtre, Dom Borcardus, y exerçait le ministère en 1148. Le nom définitif de Matran apparaît dès 1578 (Matran Écoutez en patois fribourgeois).

La paroisse comprenait, outre les villages de Matran et d'Avry qui la composent aujourd'hui, le village de Posieux, détaché en 1590, et celui de Neyruz, érigé en paroisse en 1844.

Le territoire de Matran faisait partie des anciennes terres, noyau du canton, et fournissait à la ville en cas de conflit un contingent de cent soldats marchant sous la bannière de saint Julien. Sans doute, avant de regagner leurs foyers, ces guerriers allaient-ils se désaltérer à l'auberge communale qui existait déjà au XVIe siècle, puisqu'en 1553 le cabaretier fut condamné à la prison pour un méfait passé dans son établissement.

Les enfants de Matran fréquentaient, en 1820 déjà, une école de qualité puisqu'elle avait reçu, grâce au savoir-faire du régent Macheret, une patente d'école modèle. Cette patente fut toutefois retirée en 1822.

Le bureau de poste de Matran s'ouvrit en 1848. Il desservait, outre Matran, les hameaux ou localités de la Glâne, Villars-sur-Glâne, Cormanon, Avry-sur-Matran et Rosé. Le premier buraliste, Joseph Savarioud, ne ployait cependant pas sous le poids de la correspondance.

Avec l'implantation d'usines, le tracement de nouvelles routes, de nombreuses constructions familiales, la physionomie du village s'est peu à peu modifiée comme la structure de la population. De rurale qu'elle était exclusivement autrefois, celle-ci comporte maintenant des ouvriers, des employés, des commerçants, des industriels, des religieux, des étudiants.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Les armoiries de la commune portent: « D'azur au lion d'or, tenant une corne d'abondance de gueule remplie de roses du même, feuillées de sinople ». Ce sont les armoiries d'une ancienne famille patricienne, d'Odet, aujourd'hui éteinte, dont la dernière descendante, Catherine, repose au cimetière de Matran depuis 1908.

Conseil communal[modifier | modifier le code]

Le syndic de Matran actuel est Sébastien Dorthe, et le vice-syndic Simon Gabaglio[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Matran compte 1 523 habitants en 2017[1]. Sa densité de population atteint 532,5 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Matran entre 1850 et 2008[4] :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Conseil communal », sur matran.ch
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)

Sur les autres projets Wikimedia :