Pedro Arrojo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pedro Arrojo
Illustration.
Pedro Arrojo en 2012.
Fonctions
Député aux Cortes Generales

(3 ans, 2 mois et 1 jour)
Élection
Réélection
Circonscription Saragosse
Législature XIe et XIIe
Groupe politique Unidos Podemos
Biographie
Nom de naissance Pedro Arrojo Agudo
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Madrid (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique Podemos
Diplômé de Université de Saragosse
Profession Universitaire

Pedro Arrojo Agudo, né le , est un homme politique espagnol membre de Podemos.

Il est élu député de la circonscription de Saragosse lors des élections générales de .

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié. Il parle anglais, français et portugais.

Une carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il réalise ses études à l'université de Saragosse où il obtient un doctorat en sciences physiques en 1987. Il devient, deux ans plus tard, professeur titulaire d'analyse économique dans cette même université. En 2011, il prend sa retraite et devient professeur émérite.

Entre 1997 et 2010, il est membre du comité scientifique du programme sur l'homme et la biosphère (MAB) de l'Unesco. L'année suivante, il devient membre du conseil de l'eau auprès de la confédération hydrographique de l'Èbre. En 2000, il devient président de la fondation « Nouvelle culture de l'eau ». Le prix Goldman pour l'environnement lui est décerné en 2003 pour avoir su conjuguer ses activités professionnelles avec celles de défense de l'environnement et du développement durable dans un contexte non-violent, notamment au travers de son opposition au Plan hydrologique national de 2001 proposé par le gouvernement de José María Aznar[1].

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Il est chargé de conduire la liste de Podemos dans la circonscription de Saragosse en vue des élections générales de [2] ; liste sur laquelle José Julio Rodríguez — ancien chef d'État major des Armées durant le mandat de Carme Chacón au ministère de la Défense et une des recrues les plus importantes du parti — est candidat en deuxième position. Le résultat obtenu est néanmoins décevant puisque seul Pedro Arrojo est élu après avoir remporté plus de 100 000 voix et 19,22 % des suffrages exprimés[3]. Deux jours après le scrutin, le , la direction de Podemos lui propose une place dans l'organigramme de la mairie de Saragosse dirigée par Pedro Santisteve dans le but de permettre à Rodríguez d'occuper un siège au Congrès des députés[4]. Refusant la proposition qui lui est soumise, il intègre la commission de l'Étude du changement climatique et celle de l'Égalité. Il est porte-parole titulaire à la commission de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement et à la commission de la Sécurité routière et des Déplacements durables.

Candidat à un nouveau mandat lors des élections anticipées de [5], il obtient sa réélection au palais des Cortes. Il est alors confirmé dans ses responsabilités à la commission de l'Agriculture mais perd les autres au profit de celle de membre de la commission de la Coopération internationale pour le développement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Uno de los detractores del embalse recibe el Goldman de medio ambiente. », sur lavozdegalicia.es, (consulté le 19 janvier 2018).
  2. (es) Junte électorale centrale, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 977/2015, de 26 de octubre. », sur BOE.es, (consulté le 19 janvier 2018).
  3. (es) « El general José Julio Rodríguez (Podemos) se queda fuera del Congreso. », sur eldiario.es, (consulté le 19 janvier 2018).
  4. (es) « Podemos ofrece un cargo al diputado de Zaragoza para que el ex Jemad entre en el Congreso. », sur okdiario.com, (consulté le 19 janvier 2018).
  5. (es) Junte électorale centrale, « Candidaturas proclamadas para las elecciones al Congreso de los Diputados y al Senado, convocadas por Real Decreto 184/2016, de 3 de mayo. », sur BOE.es, (consulté le 19 janvier 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche sur le site de transparence de Podemos.
  • Fiche sur le site du Congrès des députés : XIe, XIIe législatures.