Paul Bilhaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Paul Bilhaud
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Charles Paul BilhaudVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Passy - Division 3 - Amillet-Bilhaud 01.jpg
Vue de la sépulture.

Paul Bilhaud, né à Bruère-Allichamps le et mort à Avon le , est un auteur dramatique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Bilhaud est le fils de Charles Jean-François Bilhaud, cultivateur, et de Laïs Frère.

Il se marie avec la sœur de Paul Reboux[1]. Il est ami des frères Paul et Victor Margueritte, de Georges d'Esparbès, de Maurice Rollinat, l'intime de Sarah Bernhardt et de Maurice de Féraudy. Ami d'Alphonse Allais de longue date, il est, avec celui-ci, connu pour être l'un des précurseurs du minimalisme avec son tableau minimalistique Combat de nègres pendant la nuit, exposé pour la première fois le , plus de trente ans avant l'exposition du Carré noir sur fond blanc de Kasimir Malevitch[2].

Paul Bilhaud est nommé chevalier dans l'Ordre de la légion d'honneur le [3], il est également Officier de l'Instruction publique.

Il est secrétaire de la Revue des poètes et des auteurs dramatiques[4] dont il démissionne en 1878.

Il est enterré au cimetière de Passy (3e division).

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • La Première Querelle, scène de ménage, éditions Barbré, 1881, pièce créée au Gymnase, .
  • La Soirée du seize, comédie de salon en un acte, éditions Librairie théâtrale, 1884.
  • Première Ivresse (en collaboration avec Julien Berr de Turique) créée à l’Odéon, .
  • Bigame, comédie en trois actes (en collaboration avec Albert Barré), éditions Librairie théâtrale, 1886.
Sarah Bernhardt dans La Courtisane de Corinthe de Paul Bilhaud et Michel Carré, Paris : Théâtre Sarah Bernhardt, 8 avril 1908
  • La Courtisane de Corinthe (en collaboration avec Michel Carré).
  • Ma bru ! (en collaboration avec Michel Carré), jouée à L’Odéon en 1898.
  • Le Gant, comédie en un acte (en collaboration avec Maurice Hennequin), éditions P.-V. Stock, 1905.
  • L’Âme des héros, (en collaboration avec Michel Carré) pièce en 1 acte et en vers, créée à la Comédie-Française, le .
  • L'École des bavards ou Parler, scène en trois temps, éditions Georges Ondet, 1919.
  • La Douche, comédie de salon, jouée par Coquelin cadet et Mlle Scellier, éditions Librairie Théâtrale, 1884.
  • Gustave !, comédie de salon en un acte, joué par Coquelin aîné et Coquelin cadet, Paris, 1884, Librairie théâtrale, lire en ligne sur Gallica
  • Heureuse !, comédie en trois actes (en collaboration avec Maurice Hennequin)[5]
  • La Famille Boléro, pièce en trois actes
  • Les Espérances, comédie en un acte, en prose, Paris, Vaudeville,
  • J’attends Ernest, comédie en un acte, en prose, Paris, Palais-Royal,
  • Le Papillon, comédie en un acte, en vers

Livrets[modifier | modifier le code]

  • La Soubrette, opérette en un acte, avec Quénéhen et Rambaud (Asnières, )
  • Un mariage à bout portant, opérette en un acte, avec Félix Rémy, musique de Cieutat (Scala, )
  • Toto, opérette en trois actes, avec Albert Barré, musique d'Antoine Banès (Menus-Plaisirs, )
  • Madame Rose, opéra-comique en un acte, avec Albert Barré, musique d'Antoine Banès (Opéra-Comique, )
  • Nos bons chasseurs, vaudeville en 3 actes, avec Michel Carré fils, musique de Charles Lecocq (Nouveau Théâtre, )
  • Le Roi Frelon, opérette en trois actes, avec Albert Barré, musique d'Antoine Banès (Folies-Dramatiques, )
  • La Tourte, opérette en un acte, musique de Gaston Serpette (Asnières, )
  • La Jarretière, opérette en un acte, avec Albert Barré, musique d'Antoine Banès (Eldorado, )
  • La Fiancée du trombone à coulisse, symphonologue plutôt gai, musique d’Émile Pessard

Chansons[modifier | modifier le code]

  • A qui ça ?, chansonnette, paroles de Paul Bilhaud ; musique de Henri Chatau ; créée par Éléonore Bonnaire à l'Eldorado, 1878, lire en ligne sur Gallica
  • À la dérive, romance, paroles de Jacques Grancey et Paul Bilhaud ; musique de Alfred d'Hack ; interprétée par Juana à l'Eldorado, 1880, lire en ligne sur Gallica
  • C'était pour sortir d'embarras, chansonnette, paroles de P. Bilhaud ; musique de Joseph Darcier, 1877, lire en ligne sur Gallica

Livres pour la jeunesse[modifier | modifier le code]

  • Les Vacances de Bob et Lisette, illustrations de Job, A,  Paris, 1894, Hachette et Cie, 40 p. lire en ligne sur Gallica
  • Histoire du bon Cric et du méchant Croc, illustrations de Job, Paris 1898, Hachette et Cie, 15 p.
  •  Fanfan la Tulipe, illustrations par Job, Paris, 1896, Hachette et Cie, lire en ligne sur Gallica

Romans[modifier | modifier le code]

Tableaux[modifier | modifier le code]

  • Combat de nègres pendant la nuit (exposition du 1er octobre 1882, no 15)
  • Madame Veuve X (Nature demi-morte). Fantaisie exposée aux Incohérents. Plume et aquarelle. Signé avec dédicace[6].
  • Lézards cohérents, 1883[7]

Découverte[modifier | modifier le code]

Paul Bilhaud (1854-1933), Combat de nègres pendant la nuit, huile sur toile, 1882

En 2018, le galeriste et expert Johann Naldi retrouve et identifie dix-sept œuvres exposées aux Arts Incohérents[8], classées Trésor National le 7 mai 2021 par le Ministère de la Culture[9]. Parmi elles, le Combat de nègres pendant la nuit de Paul Bilhaud, premier monochrome exposé de l'histoire de l'art, perdu depuis 1882. Cette découverte fait toutefois l'objet de remises en question[10].

Adaptations au cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mort de Paul Bilhaud », L'Homme libre,‎
  2. Danto 2005, p. 251.
  3. Base Léonore
  4. lire en ligne sur Gallica
  5. « Heureuse! ; comédie en trois actes [par] Maurice Hennequin & Paul Bilhaud »
  6. Bernheim-jeune, Catalogue de tableaux anciens et modernes, dessins et aquarelles d'artistes contemporains, gravures et dessins en lots, Paris, 5-6 novembre 1903, 34 p.
  7. Catalogue illustré de l'Exposition des arts incohérents Paris, 1903 lire en ligne sur Gallica la présentation de l’œuvre : "BILHAUD (Paul). Né le 31 décembre. Pas marié. Elève de H. Gray, professeur de A. Erhard. 76,rue de Seine, au 1er étage (c'est une blague, mais ça pose toujours). – A un piano à, vendre".
  8. Philippe Dagen, « 17 œuvres des Arts incohérents : un trésor redécouvert dans une malle », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. Philippe Dagen, « Dix-neuf œuvres des Arts incohérents classées trésor national », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « suspicions-autour-de-deux-chefs-doeuvre-revelations-sur-la-malle-qui-fait-trembler-le-monde-de-lart »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :