Paul Reboux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paul Reboux
Description de cette image, également commentée ci-après
Paul Reboux en 1921.
Nom de naissance André Amillet
Naissance
Paris
Décès (à 85 ans)
Nice
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

À la manière de...

André Amillet, dit Paul Reboux, est un écrivain, journaliste et artiste peintre français, né le à Paris et mort le (à 85 ans) à Nice. Il est notamment connu pour ses recueils de pastiches littéraires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Reboux est le fils de la modiste Caroline Reboux.

Également peintre, il est un écrivain prolifique aux intérêts très divers : rédacteur en chef, critique littéraire, critique gastronomique, romancier, auteur de livres d'histoire naturelle, de biographies, de récits de voyages et de livres pour enfants.

À la manière de...[modifier | modifier le code]

Reboux écrit des pastiches d'abord avec son ami Charles Müller ; ils publient ensemble trois séries de À la manière de... (1908, 1910 et 1913). Charles Müller étant mort en 1914, il fait paraître un quatrième recueil en 1925 et un cinquième en 1950, dans lequel les pastiches de Jean-Paul Sartre voisine avec ceux de Jean Giono, Boris Vian et Henry de Montherlant.

Ces recueils se moquent gentiment des tics littéraires d'écrivains comme Octave Mirbeau, Léon Tolstoï, Marcel Proust[1], Stéphane Mallarmé, Gyp, Alphonse Daudet, José-Maria de Heredia, Jules Renard, Jean Jaurès, Charles Péguy, Conan Doyle, Anna de Noailles, etc. Ils ont été réédités jusque de nos jours (la dernière édition date de 2003), mais certains auteurs jugés insuffisamment connus du public actuel (notamment, Gyp) ont cependant été éliminés de ces rééditions.

Dans la préface qu'il rédige pour le recueil A la façon de du chroniqueur Georges-Armand Masson, Paul Reboux décrit clairement et longuement les règles d'or qui président à la bonne rédaction d'un pastiche. Ce procédé a aussi été repris par Jean-Louis Curtis dans plusieurs de ses livres, comme Haute École, La Chine m'inquiète et La France m'épuise.

Autres activités[modifier | modifier le code]

Entre 1922 et 1924, Paul Reboux est le rédacteur en chef d'un mensuel humoristique illustré, La Charrette charrie.

En 1951, il fait partie, aux côtés de Félicien Challaye et d'Émile Bauchet[2] des fondateurs[3] de La Voie de la paix, organe du Comité national de résistance à la guerre et à l'oppression (CNRGO, devenu Union pacifiste de France en 1961).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Iris noirs (roman), Alphonse Lemerre, 1898
  • Josette, (roman), Ollendorff, 1903.
  • La Maison de danses (roman), Calmann-Lévy, 1904 (belle réédition illustrée par Lobel-Riche "Pour le compte des auteurs" en 1928. (Une pièce en cinq actes en a été tirée, par Fernand Nozière et Charles Muller et représentée au Vaudeville en 1908).
  • Le Phare (roman), Paul Ollendorff, 1907 (nombreuses rééditions jusqu'à ce jour : notamment aux Editions de l'intermédiaire du bibliophile illustré par Paul de Pidoll en 1926 ou chez Flammarion en 1934).
  • La Petite Papacoda (roman napolitain), Bibliothèque Charpentier / Eugène Fasquelle, 1911 (réédition Flammarion, 1924)
  • Le Jeune Amant (roman parisien), Flammarion, 1913 (réédition Select-Collection n° 159, 1939)
  • Blancs et noirs, carnet de voyage. Haïti, Cuba, Jamaïque, États-Unis..., Flammarion, 1915
  • Chonchon (roman parisien), Flammarion, 1920
  • Les Drapeaux (roman), Flammarion, 1921
  • Trente-deux poèmes d'amour, 1921
  • Colin, ou les Voluptés tropicales (Saint-Domingue, 1767), (roman), Flammarion, 1923
  • Arthur et Sophie ou Paris en 1860 (roman), Flammarion, 1924
  • Romulus Coucou (roman nègre), Flammarion, 1924
  • Trio (roman), Flammarion, 1924
  • Colette, ou Le génie du style, Éditions Vald Rasmussen, 1925
  • Pour Jasmine (roman), Flammarion, 1925
  • La Vie amoureuse de Madame du Barry, Flammarion, coll. « Leurs amours », 1925
  • Femmes (trente-cinq nouveaux petits poèmes d'amour), 1926
  • Bamboulina, Flammarion, 1926 (eaux-fortes et bois de Hallo)
  • Plats Nouveaux. 300 recettes inédites ou singulières (Essai de gastronomie moderne), 1927
  • La Rue de la paix, P. Lafitte, 1927
  • La Vie amoureuse de Madame Tallien, Flammarion, coll. « Leurs amours », 1928
  • Les Conquêtes d'amour et de gloire du maréchal Duc de Richelieu, Flammarion, 1929
  • Le Nouveau Savoir-manger
  • Le Nouveau Savoir-causer
  • Le Nouveau Savoir-écrire
  • Le Nouveau Savoir-vivre, Flammarion, 1930
  • Une Blanche peut-elle épouser un homme de couleur ?, 1930
  • L'Affaire La Roncière, A. Lemerre, 1931
  • Belle Neige, Belle Glace, Paris, Éditions Alpina, 1931
  • La Princesse palatine, Paris, Deglaube, 1932 (illustrations d'André Pécoud)
  • Madame se Meurt! Madame est Morte!, Flammarion, 1932
  • L'Art de recevoir : petit traité à l'usage des maîtresses de maison, Paris, Office d'éditions d'art, 1932
  • « Une aventure de Paul Reboux d'après un manuscrit retrouvé par sa petite-fille », dans Lectures pour tous, décembre 1932
  • Gérard et les fourmis (roman pour la jeunesse), Flammarion, 1932
  • Gérard est un as ! (roman pour la jeunesse), Flammarion, 1933 (illustrations de Mauzan)
  • Au gaz naturel (collectif), Paris, L. et B. de Plas et Y. Alexandre, 1935 (préface de Paul Valéry)
  • Comment fut aimée l'Impératrice Joséphine, Flammarion, 1935
  • « Le cynique et glorieux Pierre l'Arétin, récit historique... » dans Gringoire, 17 mai—12 juillet 1935
  • Attention aux enfants !, Flammarion, 1937
  • Le Nouveau Savoir-aimer, Flammarion, 1938
  • La Belle Gabrielle qu'aima Henri IV, Paris, A. Fayard, 1938
  • Le Brigand Cartouche, roi des cœurs, Paris, A. Fayard, 1939
  • Les Animaux et l'Amour 1939 (réédité en 2004)
  • Les Deux Amours de Cléopâtre, Paris, A. Fayard, 1939 (réédité en 2000)
  • Alba, esclave romaine (roman), Flammarion, 1942
  • Les Ancêtres du papier monnaie, Paris, Editions Regina, 1943 (illustrations de Francis Prompt)
  • L'Algérie et ses vins, Alger, Agence française de librairie, 1945
  • Le Bon Sens en exil : tableau de ce temps, Toulon, Editions Gallia, 1947
  • Danièle ou Danielle ? (roman-film), Oran, R. Tari, 1947
  • Le Calvaire de Marie Stuart, Paris, Amiot-Dumont, 1948
  • Héloïse et Abélard (ill. Jihel), Paris, Société Parisienne d'Imprimerie, coll. « La Vie amoureuse » (no 32), , 96 p., 15 x 23
  • L'A.B.C. de l'Amour, Raoul Solar éditeur, 1949
  • Les Alcôves de Louis XIV, Paris, Amiot-Dumont, 1951
  • Sens interdits, éditions Raoul Solar, Cannes, 1951 (illustrations de F. D'Hey).
  • L'Épouvantable Fiancé, 1953
  • Notre sixième sens, Raoul Solar éditeur, 1953
  • L'Art d'écrire des lettres d'amour, Monte-Carlo, R. Solar, 1955

Sans date :

  • Josette (roman parisien), Flammarion
  • Trois petits tours de Marionnettes
  • Les Iris noirs
  • Missel d'Amitié
  • Les Matinales
  • La Création du Monde, Flammarion
  • Rikette aux Enfers, Flammarion
À la manière de...

Quelques citations[modifier | modifier le code]

  • « Tout l'art d'écrire des lettres est dans l'emploi de ces finesses opportunes, de ces nuances par l'effet desquelles on donne aux gens l'impression que l'on parle d'eux, tout en ne parlant que de soi ». (Le Nouveau Savoir-écrire)
  • « Il fut de mode, il y a quelques années, d'organiser des surprises-parties. Ce genre de réunion convient à merveille à une époque que certains auteurs ont nommée l'« âge du mufle ». La surprise-partie consistait à grouper des invités, à commander des rafraîchissements, des sandwiches et des friandises, et à survenir à l'improviste, tous à la fois, chez un ami commun sans que celui-ci eût été prévenu de ce projet d'invasion ». (Le Nouveau Savoir-vivre)
  • « Ne courez jamais après une femme ou un taxi. Il en passera d'autres ». (Le Nouveau Savoir-aimer)
  • « S'il fallait donner une règle concernant le baisemain, le meilleur précepte qu'on pourrait formuler serait celui-ci : ne baisez jamais la main d'une femme. En formant ce ferme propos, vous serez assuré d'agir avec correction et de ne jamais vous exposer à un ridicule. Contentez-vous de serrer avec douceur, sans autre geste et en vous inclinant un peu, la main qu'on vous tend. C'est la meilleure façon d'être correct en toutes circonstance ». (Le Nouveau Savoir-vivre)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Article de la revue Contexte n°1, sept 2006, sur les pastiches de Proust
  2. Paul Reboux sur militants-anarchistes.info
  3. Cf tracts du CNRGO, reproduits sur une page consacrée à Émile Bauchet, troisième et quatrième documents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :