Évariste Colombel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombel.
Évariste Colombel
Fonctions
Maire de Nantes
Prédécesseur Ferdinand Favre
Successeur Ferdinand Favre
Biographie
Date de naissance
Date de décès
Lieu de décès Nantes (Loire-Atlantique)
Nationalité Française

Évariste Colombel

Évariste Jean-Marie Colombel, né le [1] et mort le à Nantes[2], est un homme politique français, député de la Loire-Inférieure de 1846 à 1848, maire de Nantes de 1848 à 1852.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père Hyacinthe Colombel, juge au tribunal civil de Nantes, est parmi les opposants au régime de la Restauration.

Évariste est élève du Petit séminaire, puis du collège royal, de 1828 à 1831.

Il exerce la profession d'avocat et est à deux reprises bâtonnier de Nantes.

Il est élu conseiller municipal de Nantes en 1843 et nommé adjoint de Ferdinand Favre le 2 août, mais il démissionne en octobre 1844[3]. Il est élu député en 1846 par le collège électoral de Paimbœuf.

En 1848, il agit pour la reconnaissance du gouvernement provisoire par le conseil municipal de Nantes et est nommé maire par le commissaire du gouvernement Maunoury (21 mars) à la place de Ferdinand Favre, insuffisamment républicain. Il ne fait pas partie des députés élus à la Constituante. En juin, il organise l'envoi de volontaires nantais pour participer à la répression de l'insurrection parisienne[4]. En 1849, il accueille une visite du président de la République. Il reste maire de Nantes jusqu'à l'avènement du Second Empire, qui rétablit Ferdinand Favre.

Par ailleurs, il est membre de la Société académique de Nantes dont il est président en 1847, 1848 et 1854[5].

Il est le père de Georges-Évariste Colombel, lui aussi avocat et maire de Nantes.

Évariste Colombel meurt le 22 novembre 1856, et est enterré au cimetière La Bouteillerie[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Perthuis et Stéphane de La Nicollière-Teijeiro, Le Livre doré de l’hôtel-de-ville de Nantes, Tome II, Imprimerie Grinsard, 1873, pages 105 à 109.
  • Édouard Pied, Notices sur les Rues, Ruelles, Cours, Impasses, Quais, Ponts, Boulevards, Places et Promenades de la ville de Nantes, Nantes, Imprimerie A. Dugas et Cie, , 331 p. (lire en ligne), p. 72
  • Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters (dir.), Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Nantes, éditions Coiffard, , 491 p. (ISBN 9782910366858), fiche biographique page 387 (ancien élève). Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guiffan, 2008, indique la date du 1er janvier
  2. Cf. Bibliographie
  3. Livre doré II, page 99.
  4. Voir à ce sujet l'attitude de Jules Vallès, alors élève de rhétorique.
  5. « Les anciens présidents et le bureau actuel », archives municipales de Nantes (consulté le 27 juin 2017).
  6. Éric Lhommeau et Karen Roberts, Guide du cimetière de la Bouteillerie Nantes, Nantes, Le Veilleur de nuit, , 88 p. (ISBN 978-2-9528652-5-8), p. 54.