Les Passagers du vent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Passagers du vent)
Aller à : navigation, rechercher
Les Passagers du vent
Série
Auteur François Bourgeon
Genre(s) aventure
Historique

Personnages principaux Isa
Hoel
Zabo

Pays Drapeau de la France France
Langue originale français
Éditeur Glénat
Casterman
12 bis
Première publication 1re série : 1979–1984
2e série : 2009 – 2010
Nb. d’albums 7

Les Passagers du vent est une série de bande dessinée historique, dont le scénario, le dessin et les couleurs sont de François Bourgeon.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette fresque historique, qui a pour cadre la mer au XVIIIe siècle, raconte les aventures rocambolesques et tragiques d'Isa. La jeune héroïne, une noble dont on a volé l'identité, rencontre sur un navire de la Marine royale Hoel, un gabier à qui elle sauve la vie. Hoel se retrouve prisonnier dans un sinistre ponton anglais. Aidée par son amie anglaise Mary, Isa parvient à le libérer. Isa, Hoel et Mary embarquent à bord d'un navire négrier, la Marie-Caroline, et arrivent au comptoir de Juda au royaume de Dahomey. Face aux intrigues de pouvoir et aux sortilèges africains, Isa doit lutter pour guérir Hoel d'un empoisonnement. La Marie-Caroline repart pour Saint-Domingue avec à son bord le « bois d’ébène », c’est-à-dire les esclaves. Ces derniers se mutinent mais leur révolte est réprimée dans un bain de sang. L'arrivée à Saint-Domingue sera déterminante pour Hoel et Isa.

Une suite est publiée après une interruption de 25 ans. La jeune héroïne Zabo est l'arrière-petite-fille d'Isa (toutes deux se prénomment en fait « Isabeau »), plongée dans la guerre de Sécession, entre La Nouvelle-Orléans et les bayous du Mississippi. Les deux se rencontrent, ce qui permet à l'auteur de nous conter en flash-back la suite des aventures d'Isa.

Analyse[modifier | modifier le code]

La planche qui clôt Les Passagers du vent, d'une très grande force, traduit bien l'énergie vitale qui porte Isa tout au long de son voyage. Isa fait preuve, comme bien des personnages féminins de l'œuvre de Bourgeon, d'une grande liberté et affronte un monde dominé par les hommes, souvent lâches et brutaux.

S'appuyant sur une documentation très riche, Bourgeon décrit avec minutie la vie en mer et les horreurs du commerce triangulaire.

Le fort et la plage de Ouidah, au Bénin, cadre d’un des épisodes du tome 3 des Passagers du vent, est un lieu nodal de la mémoire négrière où mémoires d'esclaves et négriers se mêlent, comme au Sénégal, l'ile de Gorée[1].

À la fin des années 1970 la représentation des femmes dans la bande dessinée est encore faible et leur place dans le récit souvent accessoire. Pour Stéphane Dubreuil, « François Bourgeon fait de cette femme la porte-parole d’une cause morale (la lutte contre l’esclavage à un moment où on en parlait peu) et d’une réelle liberté dans la conduite de sa vie (...) C’est à la fois un personnage politique et une figure romanesque, un mélange entre un personnage d’Alexandre Dumas et d’Émile Zola (...) [Elle] mène l’histoire avec imagination et poigne, n’hésitant pas à se mettre en danger pour sauver son amour, ses amis, ou pour dénoncer les horreurs du commerce triangulaire. (...). Elle décide, tranche, et assume ses choix, qu’ils soient moraux, amoureux ou sexuels[2] ».

Héritage[modifier | modifier le code]

Vitrine de la Maison Schœlcher à Fessenheim avec des fers d'esclaves sous la bande dessinée Le Bois d'ébène.

Le succès populaire des Passagers du vent a été tel que les éditions Glénat ont décidé de le faire fructifier au travers de la création de la collection et de la revue Vécu, dont le principe est de mêler aventure et histoire à la manière d’Alexandre Dumas.

Albums[modifier | modifier le code]

  1. La Fille sous la dunette (1979) Prix du meilleur dessinateur au festival d'Angoulême 1980.
  2. Le Ponton (1980)
  3. Le Comptoir de Juda (1981)
  4. L'Heure du serpent (1982)
  5. Le Bois d'ébène (1984)
  6. La Petite Fille Bois-Caïman - Livre 1 (2009)[3]
  7. La Petite Fille Bois-Caïman - Livre 2 (2010)

Publication[modifier | modifier le code]

Succès éditorial[modifier | modifier le code]

Selon François Bourgeon, les titres de la série en langue française se sont vendus à environ un million d'exemplaires par titre depuis la première édition en 1979 et il existerait «pas loin de 18 traductions»[4].

Périodiques[modifier | modifier le code]

  • Circus entre 1979 et 1984
  • (À suivre) : en 1997, Bourgeon réalise un épilogue de la série d'une planche à l'occasion du dernier numéro de la revue (no 239)

Éditeurs[modifier | modifier le code]

Après une première édition chez Glénat des tomes 1 à 5, les cinq tomes ont été réédités chez Casterman, puis à nouveau en 2009 chez l'éditeur 12 bis, avec un format agrandi et des couvertures inédites.

  • Glénat : tomes 1 à 5 (première édition des tomes 1 à 5)
  • Glénat (collection « Caractère ») : tomes 1 à 5
  • Casterman : tomes 1 à 5
  • 12 bis : tomes 1 à 7 (première édition des tomes 6 et 7)

Exposition[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]