Parc naturel de la Sierra et des gorges de Guara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Parc naturel de la Sierra et des gorges de Guara
Guara.jpg
Type
Site de pratique du canyonisme (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Adresse
Coordonnées
Superficie
474,5 km2
Création
Localisation sur la carte des Pyrénées
voir sur la carte des Pyrénées
Green pog.svg

Le Parc naturel de la Sierra et des gorges de Guara (Parque Natural de la Sierra y Cañones de Guara), parc naturel depuis 1990 de la province de Huesca (Aragon, Espagne), couvre une superficie d'environ 47 450 hectares, sans compter la zone périphérique de protection qui couvre 33 775 hectares.

Géographie[modifier | modifier le code]

Face nord du Tozal de Guara, vue depuis Nocito, au coucher du soleil
Depuis le sommet du Tozal de Guara (2077 m), vue vers le nord-ouest, face au village de Nocito. La neige au premier plan, en bas de l'image, est habituelle en cette période (début mai).

Il inclut les communes de Abiego, Adahuesca, Aínsa-Sobrarbe, Alquézar, Arguis, Bárcabo, Bierge, Boltaña, Caldearenas, Casbas de Huesca, Colungo, Huesca, Loporzano, Nueno et Sabiñánigo. Son altitude varie entre 430 mètres au point le plus bas du rio Alcanadre et 2 077 mètres au sommet du Pico Guara (Tozal de Guara).

Géologie[modifier | modifier le code]

Le paysage est de caractère karstique, comprenant de nombreuses dolines, gouffres, collines, avens et canyons.

Cinq rivières traversent le parc, créant les canyons caractéristiques : l'Alcanadre, le Flumen, le Guatizalema, le Vero et le Mascún.

En raison de sa géologie, c'est un lieu privilégié pour la pratique du canyonisme et de l'escalade. Dans les années 1950 à 1980, ça a même été un (voire le) site majeur où le canyonisme s'est constitué en une activité sportive spécifique.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est un hybride entre les climats océanique et méditerranéen, à la suite de sa localisation entre les Pyrénées et la vallée de l'Èbre. Ceci explique les différences entre la végétation du sud du parc, plus sèche et abondante en chênes verts, et celle du nord, avec des espèces plus touffues comme les hêtres.

Flore et faune[modifier | modifier le code]

Parmi les animaux remarquables, on trouve le vautour fauve, le gypaète barbu et l'aigle royal.

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve des peintures rupestres du paléolithique supérieur dans la Fuente del Trucho.

Activités sportives et règlementations[modifier | modifier le code]

En traversant les plateaux calcaires, les rivières qui parcourent le parc ont formé de profonds ravins, canyons, gorges et chaos, qui sont très prisés par les pratiquants de randonnées, canyonisme, VTT, via ferrata et d'escalade. Le parc, et sa zone périphérique, étant des zones de protection de la faune et de la flore, des réglementations limitent les pratiques et les usages :

  • pour le canyonisme[1],[2]
  • pour l'escalade[3],[4]
  • pour le VTT[5]
  • pour la randonnée, seules des recommandations sont données[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :