Paix et Liberté

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Paix et Liberté est un mouvement anticommuniste français de la Quatrième République (1951-1956).

Naissance[modifier | modifier le code]

En réponse à l'appel de Stockholm, Jean-Paul David, député-maire radical de Mantes et secrétaire général du RGR, crée dès 1951 l'organisation « Paix et Liberté », à laquelle il alloue un but : répondre à la propagande diffusée par le PCF auprès des Français.

Cette organisation de propagande disposait d'un apport de fonds américains considérable[1]. « Paix et Liberté » était une des organisations de « l'appareil anti-communiste » en pleine expansion au cours de la Guerre froide.

L'organisation obtient le soutien de René Pleven, président du Conseil, ainsi que de nombreux hommes politiques de l'époque. Pourtant, l'expérience s'arrêta en 1956, en raison du dégel des relations internationales.

Propagande[modifier | modifier le code]

« Paix et Liberté » publia, distribua et placarda des centaines de milliers d'affiches dans la France des années 1950. Ces affiches, reproduites sous formes de vignettes, dénonçaient le régime stalinien et la propagande communiste, mais visait aussi le PCF et ses dirigeants, présentés comme des agents au service de l'URSS, tels Maurice Thorez ou Jacques Duclos.

Jean-Paul David utilise également la radio, avec son émission Les causeries au coin du feu (qui ne duraient que quelques minutes), inaugurée le 22 septembre 1951

Les affiches[modifier | modifier le code]

Ainsi en 1951, « La colombe qui fait BOUM » (300 000 exemplaires), première d'une longue série (en moyenne 3 par mois entre 1951 et 1956) parodiait l'affiche de Picasso (la colombe de la paix) qu'Aragon avait choisie pour le Congrès mondial des partisans de la paix qui se tint à Paris en avril 1949. Sur cette image, la colombe devenait un char soviétique.

En référence à l'appel de Stockholm, l'affiche « La pelle de Stockholm », qui creuse la tombe des pays d'Europe de l'Est.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Frédéric Charpier, La CIA en France : 60 ans d'ingérence dans les affaires françaises, Seuil, 2008, 364 p. (ISBN 978-2-02-081881-0).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • René Sommer, « Paix et Liberté : la Quatrième République contre le PC », L'Histoire, n° 40.
  • Torben Gülstorff: Warming Up a Cooling War: An Introductory Guide on the CIAS and Other Globally Operating Anti-communist Networks at the Beginning of the Cold War Decade of Détente (Cold War International History Project Working Paper Series #75), Washington 2015.