Oud-Turnhout

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une [[commune <adjF>]] image illustrant belge
Cet article est une ébauche concernant une commune belge.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne doit pas être confondu avec Turnhout.
Vieux-Turnhout
(nl) Oud-Turnhout
L'église du Cœur-Immaculé-de-Marie à Vieux-Turnhout
L'église du Cœur-Immaculé-de-Marie à Vieux-Turnhout
Blason de Vieux-Turnhout
Héraldique
Drapeau de Vieux-Turnhout
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province d'Anvers Province d'Anvers
Arrondissement Turnhout
Bourgmestre Leo Nys (CD&V)(2013-18)
Majorité CD&V, Groen!, Sp.a(2013-18)
Sièges
N-VA
CD&V
sp.a
Groen!
Vlaams Belang
Oud Turnhout Plus
23(2013-18)
9
8
2
2
1
1
Section Code postal
Oud-Turnhout 2360
Code INS 13031
Zone téléphonique 014
Démographie
Gentilé Vieux-Turnhoutois(e)
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
12 912 ()
49,98 %
50,02 %
333 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
19,30 %
64,19 %
16,51 %
Étrangers 11,26 % ()
Taux de chômage 5,37 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 15 323 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 18′ Nord 4° 59′ Est / 51.3, 4.983
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
38,80 km2 (2005)
52,24 %
7,33 %
23,47 %
16,96 %
Localisation
Image illustrative de l'article Oud-Turnhout

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Vieux-Turnhout

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Vieux-Turnhout
Liens
Site officiel www.oud-turnhout.be

Vieux-Turnhout[1] (en néerlandais : Oud-Turnhout) est une commune néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province d'Anvers.

Le , la commune de Vieux-Turnhout comptait 12 912 habitants.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vieux-Turnhout
Ravels
Turnhout Vieux-Turnhout Arendonk
Kasterlee Retie

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, l'alleu de Turneholt était une possession des seigneurs de Duffel. En 1187, Gérard de Duffel en fit don aux templiers et cette donation fut confirmée la même année par Roger de Wavrin, évêque de Cambrai[2]. Puis en 1212, Henri Ier de Brabant confirma aux templiers la donation d'une ferme et d'un Bonnier de terre faite par Alvéric de Turnhout[3]. Au moment de la dévolution des biens de l'ordre du Temple, les biens templiers de Turnhout dépendaient de leur commanderie d'Oosterhout (La Braque) et ils y possédaient un tiers de la dîme[4]. Au XIVe siècle les Hospitaliers constituèrent une seule commanderie dans le Brabant, celle de Chantraine que l'on appelait également baillie d'Avaltere et dont dépendait leurs biens à Turnhout puis au XVIe siècle ils recréèrent la commanderie de la Braque avec deux membres rattachés à cette commanderie, leur maison du Vieux-Turnhout et celle de Rixel[5].

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Graphe de l'évolution de la population de la commune.

  • Source:INS - De:1806 à 1970=recensement de la population au 31 décembre; depuis 1980= population au 1er janvier

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Vieux-Turnhoutois connus[modifier | modifier le code]

Nés à Vieux-Turnhout[modifier | modifier le code]

Liés à Vieux-Turnhout[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vieux-Turnhout est le nom français officiel de l'administration communale de la commune néerlandophone d'Oud-Turnhout, sur Belgium.be
  2. Wauters 1874, p. 173 ; (la) Aubert Le Mire, Opera diplomatica et historica, vol. II, (lire en ligne), p. 1332
  3. Wauters 1874, p. 174, 187-188 (doc. 8), lire sur Google Livres
  4. Chestret de Haneffe 1901, p. 307, 344-345 (doc. 8)
    « le maison de le Braque et d'Ostroot. Le disme de Turnot ».
  5. Mannier 1872, p. 739, 766-768
  6. Joseph Delmelle, Abbayes et béguinages de Belgique, Rossel Édition, Bruxelles, 1973, p. 41.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]