Roger de Wavrin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Roger de Wavrin
Fonction
Évêque
Biographie
Décès
Activité
PrélatVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Roger de Wavrin, mort à Saint-Jean-d'Acre en 1191, est un prélat français du XIIe siècle. Il est le fils de Roger III de Wavrin, sénéchal de Flandre, et d'Emma, dame de Villers, de Saint-Venant et de Malannoy[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est archidiacre de Cambrai. À l'époque, le diocèse de Cambrai est très vaste. Il couvre une bonne partie du Nord de la France et va d'Anvers à Valenciennes. En 1179, Roger est élu et, ensuite, consacré évêque de Cambrai à Rome par Guillaume, archevêque de Reims. Il participe cette année au troisième concile de Latran[2]. Parmi les canons issus de ce concile, notons l'élection du pape à la majorité des deux tiers des voix des cardinaux électeurs et l'interdiction de consacrer un évêque âgé de moins de 30 ans. La nomination des évêques était souvent fort politisée à cette époque et des évêques étaient parfois élus alors qu'ils étaient encore très jeunes, comme cela venait d'être le cas pour Pierre d'Alsace-Flandre qui renonça à son évêché avant d'être consacré. Pierre d'Alsace-Flandre était le beau-père de Robert de Wavrin, un neveu de l'évêque Roger de Wavrin.

En 1180, l'évêque Roger lève de terre le corps de saint Ghislain, de saint Sulpice et de sainte Léocadie. En 1182 il accorde à l'abbaye de Saint-Thierry de Reims l'autel de Celles[Lequel ?], et confirmer à l'abbaye de Saint-Denys l'église de Forest. Il a fondé aux faubourgs de Cambrai deux abbayes : Cantimpré, pour des chanoines réguliers, et Prémy, pour des religieuses du même ordre, celui de Saint Augustin.

L'évêque Roger entreprend en 1189 le voyage aux saints lieux (lors de la troisième croisade) avec deux de ses frères, Hellin, seigneur de Wavrin, sénéchal de Flandre, et Robert de Wavrin, dit de Senghin, ainsi qu'avec son neveu, Pierre du Maisnil. L'évêque Roger se préparait à quitter la Palestine, lorsqu'une maladie de quelques jours l'enlève le , pendant le siège de Saint-Jean-d'Acre. Michaud, dans son Histoire des Croisades[3], précise que l’évêque Roger et le vicomte Raymond de Turenne commandaient les étendards flamands lors du siège de Saint-Jean-d’Acre. Ceci est sans doute une conséquence directe du décès de Philippe d’Alsace, comte de Flandre, le , pendant ce même siège. L'évêque Roger ne périt pas seul dans cette expédition désastreuse; son frère, Hellin de Wavrin, sénéchal de Flandre, trouve aussi la mort lors du siège de Saint-Jean d'Acre.

Son épiscopat avait été agité et troublé par plusieurs mouvements insurrectionnels des bourgeois de Cambrai; et un diplôme impérial de Frédéric V de 1184, a diminué de beaucoup les prérogatives épiscopales en concédant au peuple d'assez grands privilèges.

Son neveu, Jean d’Antoing, lui succéda comme évêque de Cambrai[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Félix-Victor Goethals, Histoire de la Maison de Wavrin, Bruxelles, , p. 7
  2. Jean Le Carpentier, Histoire de Cambray, et du Cambresis, Tome 1, Leide, , p. 368
  3. Michaud, Histoire des Croisades, Tome 1, , p. 260
  4. Jean Le Carpentier, Histoire de Cambray, et du Cambresis, Tome 1, Leide, , p. 369

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Fisquet, La France pontificale, Cambrai