Réthy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Réthy
(nl) Retie
Blason de Réthy
Héraldique
Drapeau de Réthy
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région flamande Région flamande
Communauté Drapeau de la Flandre Communauté flamande
Province Drapeau de la province d'Anvers Province d'Anvers
Arrondissement Turnhout
Bourgmestre Patrick Geuens (nl) (Nieuw Retie) (2013-24)
Majorité Nieuw Retie (2019-24)
Sièges
Nieuw Retie
CD&V
N-VA
21 (2019-24)
11
8
2
Section Code postal
Retie 2470
Code INS 13036
Zone téléphonique 014
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
11 240 ()
50,38 %
49,62 %
232 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
20,34 %
64,55 %
15,11 %
Étrangers 7,06 % ()
Taux de chômage 5,52 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 13 574 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 16′ nord, 5° 05′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
48,39 km2 (2005)
66,84 %
10,28 %
16,74 %
6,15 %
Localisation
Localisation de Réthy

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Réthy

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Réthy
Liens
Site officiel www.retie.be

Réthy en français[1],[2],[3], parfois écrit Rethy, en néerlandais Retie, est une commune néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province d'Anvers dans ce qu'on appelle le Limbourg anversois.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, Réthy appartenait au pays de Geel. Lorsque Geel reçut les privilèges, les droits et les libertés d'une ville vers 1230, un échevinage fut créé pour assumer l'administration. Il y avait alors un représentant de Réthy qui siégeait au conseil pour défendre les intérêts du village. À partir de 1332, Réthy posséda son propre échevinage, qui se réunissait sous le tilleul séculaire se trouvant encore aujourd'hui sur la place du marché.

La paroisse de Saint-Martin était gouvernée à partir de 1264 par les prémontrés de Tongerloo. Ils étaient également responsables des célébrations des messes et de la collecte des dîmes. Cela dura jusqu'en 1819.

Au XIIIe siècle, le chevalier Jean de Rode de Lantwyck[4], époux de Marguerite de Brabant dite de Tervueren, fille naturelle légitimée du duc Jean Ier de Brabant, est seigneur de Réthy.

Au XIVe siècle, le chevalier Gerard van Duffel, époux de la fille de Jean Ier de Lantwyck, Margarete de Lantwyck[5], est sire de Réthy.

Marie de Lantwyck, sœur du chevalier Jean de Lantwyck, épouse du chevalier Jean van Kraainem, est dame de Réthy.

À partir du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

En 1660, la seigneurie de Réthy entra dans le patrimoine de la maison de Spinola et enfin de la famille Mancini.

L'ancienne église Saint-Martin date du XVIe siècle mais fut démolie en 1871. Seule une partie de la tour a été préservée. L'église actuelle date de 1872.

Prince de Réthy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prince de Réthy.

En 1853, le premier roi des Belges, Léopold Ier, y acheta une propriété. Le nom de « prince de Réthy » ou de « Monsieur de Réthy » fut employé souvent par les monarques belges voulant garder l'incognito lors de déplacements ou d'activités privés, depuis Albert Ier jusqu'à Baudouin, en passant par Leopold III. Le titre de princesse de Réthy fut aussi donné à la seconde épouse de Léopold III, Lilian Baels.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville be Retie.svg
La commune possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 26 février 1851 et confirmées le 1er mars 1993. Ce sont celles de Gerard van Duffel, seigneur de Retie au début du XIVe siècle. Les armoiries sont dérivées de celles des seigneurs de Berthout. Réthy faisait partie de la succession de Geel, propriété de Hendrik Berthout. En 1331, Réthy devint son propre domaine et son conseil et devint la possession de l'un des fils bâtards de Hendrik Berthout, Gerard van Duffel, d'où l'étiquette figurant dans les armoiries de Berthout-Geel. Le plus ancien sceau connu du village date du XIVe siècle et portait les armoiries de Gerard van Duffel.
Blasonnement : D'or, à trois pals de gueules, au franc quartier d'hermines au lambel d'azur à trois pendants, brochant sur le tout.
Source du blasonnement : Heraldy of the World[6].



Personnalités natives de Réthy[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Elle comptait, au , 11 371 habitants (5 735 hommes et 5 636 femmes), soit une densité de 234,99 habitants/km²[7] pour une superficie de 48,39 km².

Graphe de l'évolution de la population de la commune.

  • Source : DGS - Remarque: 1806 jusqu'à 1970=recensement; depuis 1971=nombre d'habitants chaque 1er janvier[8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Devenue princesse de Réthy », La Dernière Heure/Les Sports,‎ (lire en ligne)
  2. « Le roi Baudouin aurait entretenu une liaison avec sa belle-mère : "Je ne vous quitterai jamais" », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  3. « Vague de chaleur: le mercure a atteint 32 degrés à Uccle, pas un record », RTBF,‎ (lire en ligne)
  4. Sire de Horst, seigneur de Lantwyck, Vorselaer, Réthy, Blanden et d'autres terres.
  5. Margarete de Lantwyck à laquelle Jean III, duc de Brabant, donna heritablement son vivier à Elsele, près de Bruxelles, et la qualifie expressément sa cousine, ès-lettres sur ce dépeschées le lendemain après la feste du S. Sacrement en MCCCXXX (Chartrier de l'abbaye de Cameren).
  6. https://www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Retie
  7. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
  8. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/population-bevolking-20190101.pdf

Sur les autres projets Wikimedia :