Oscaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Oscaro
logo de Oscaro
Création 2001
Fondateurs Pierre-Noël Luiggi
Forme juridique Société anonyme
Slogan Le spécialiste des pièces auto neuves et d’origine sur Internet
Siège social Drapeau de France Paris (France)
Direction Pierre-Noël Luiggi
Activité Automobile
Produits Pièces détachées
Effectif 500 (2013)[1]
Site web www.oscaro.com
Chiffre d’affaires 281 M€ (2015)

Oscaro est une entreprise française qui exploite le site internet Oscaro.com spécialisé dans la vente de pièces automobile neuves et d'origine en provenance d'équipementiers ou de grossistes automobiles. La société est basée à Paris et à Gennevilliers[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Début 2000, après des études à Sciences Po et une première expérience en tant que dirigeant de PME, Pierre-Noël Luiggi décide de créer Oscaro.com après avoir constaté l'impossibilité de trouver un rétroviseur de rechange pour sa voiture[3],[4]. Le site internet Oscaro.com est lancé en mars 2003, après 3 ans de négociations avec le GIE européen pour obtenir l'accès à ses produits et à sa base de données techniques[5].

En 2005, l'entreprise atteint son 1er million d’euros de chiffre d’affaires. L'année suivante, le site Oscaro Recambios est lancé en Espagne.

En décembre 2010, l'entreprise Bosch attaque en justice Oscaro pour usage frauduleux de sa marque : Oscaro.com vend des produits Bosch avec des remises de 64%, ce qui ne plaît pas à l'entreprise allemande[6],[7],[8]. La plainte est officiellement déposée en janvier 2011. En décembre 2012, le tribunal de grande instance de Paris déboute Bosch en première instance et le condamne à verser 5 000 euros d'amende à Oscaro. Bosch fait appel en janvier 2013[9]. En juin 2014, la cour d'appel déboute Bosch et le condamne à verser 30 000 euros à Oscaro[10].

En octobre 2015, Oscaro devient actionnaire de Temot International, un important groupement international d'achats dans l'après-vente automobile[11].

Activité[modifier | modifier le code]

Oscaro.com est spécialisé dans la vente de pièces automobile neuves et d'origine en provenance d'équipementiers ou de grossistes automobiles. Le nom OSCARO a été créé en ajoutant au mot anglais CAR (voiture) une roue (O) devant et derrière[12].

À l'origine, Oscaro ne stocke pas les produits vendus, mais les achète aux grossistes pour les distribuer directement aux clients[13].

Oscaro est affilié à la Charte de Qualité de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance depuis 2008. En octobre 2011, Oscaro et son fondateur Pierre-Noël Luiggi font partie de la délégation française au sommet G20 Yes (Young Entrepreneur Summit)[14].

En juin 2015, Oscaro propose 530 000 références produits sur son site internet[15], et plus de 8 000 colis sont expédiés chaque jour.

En juin 2016, le catalogue Oscaro présente 700 000 références de pièces à ses clients[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Menneveux, « 3 startups françaises draguées par les investisseurs », sur Frenchweb.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  2. « Oscaro loue un site logistique de 22 000 m2 à Cergy ! », sur Apres-vente-auto.com,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  3. Laurent Calixte, « Oscaro carbure au service clients », Challenges, no 404,‎ , p. 74 (ISSN 0751-4417)
  4. Laurent Calixte, « Comment Oscaro est devenu le roi de la pièce détachée auto sur le Web », sur Challenges.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  5. Philippe Bertrand, « Oscaro.com, la nouvelle pépite de l'e-commerce français », sur Lesechos.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  6. « Bosch attaque Oscaro.com en justice! » : les réactions, sur Apres-vente-auto.com,‎ (consulté le 6 juin 2016)
  7. Christophe Carignano, « Bosch se rebiffe contre Oscaro », sur Decisionatelier.com,‎ (consulté le 6 juin 2016)
  8. Jean-Pierre Genet, « Bosch attaque oscaro.com », sur Largus.com,‎ (consulté le 6 juin 2016)
  9. Eloïse Le Goff-Bernis, « Bosch continue son bras de fer contre Oscaro.com », sur Largus.fr,‎ (consulté le 6 juin 2013)
  10. « Procès Bosch / Oscaro (suite): comment la Cour d’appel a débouté Bosch et consacré Oscaro… », sur Apres-vente-auto.com,‎ (consulté le 6 juin 2016)
  11. « Oscaro est bien devenu adhérent de Temot International! », sur Apres-vente-auto.com,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  12. Pierre-Noël Luiggi. Interview par Thomas Sotto. Capital. M6. 23 février 2014.
  13. « VIDÉO. L'entrepôt sans stock selon Oscaro », sur Wk-transport-logistique.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  14. « http://www.g20yes.fr/fr/entrepreneurs/8 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 5 juin 2016
  15. Maryse Gros, « Oscaro.com analyse ses big data pour améliorer ses ventes », sur Lemondeinformatique.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  16. (fr) « Oscaro.com veut accélérer son internationalisation »,‎ (consulté le 12 juillet 2016)

Lien externe[modifier | modifier le code]